Chapter

Faits et Valeurs

Volume 4 of the series Bibliotheca Neerlandica Extra Muros pp 195-212

Jan Greshoff le Francophile

  • P. Brachin

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

Il y a une quinzaine d’années, j’eus l’idée — la Fortune ne souriant qu’aux audacieux — de faire une enquête auprès d’un certain nombre d’écrivains néerlandais: il s’agissait de savoir quelle place ils estimaient que la France occupait dans leur vie et dans leur œuvre. Des quelque 70 réponses qui me parvinrent, celle de Jan Greshoff était de loin la plus détaillée. Nul ne s’en étonnera qui connaît tant soit peu Greshoff. Pour ne parler que de l’essayiste: sur les 4 tomes de prose que comportent les Oeuvres Complètes, Zwanen pesten (“Harceler les cygnes”)** est consacré pour un quart à la littérature française et Grensgebied (“Région frontière”) pour plus de la moitié. En dehors des Oeuvres Complètes, qui, comme il arrive souvent, sont loin de l’être, on peut encore citer Latijnsche Lente (“Printemps latin”) et Mengelstoffen (“Pot pourri”), parus respectivement en 1918 et 1924, et qui traitent exclusivement des auteurs français d’alors. En outre, depuis la publication des Oeuvres Complètes, Greshoff a encore écrit Volière et Ménagerie, où ses souvenirs de France ont la part du lion. Ajoutons enfin que Afscheid van Europa (“Adieu à l’Europe”) — paru en 1965 et qui constitue une sorte de testament spirituel — porte en exergue trois sentences respectivement empruntées à Maine de Biran, à André Billy et à Paul Valéry, et qu’une synthèse de tous les faits, plus ou moins importants, cités dans l’ouvrage à propos des lettres françaises fournirait un vaste panorama de la vie intellectuelle en France depuis deux générations.