Special Article

Canadian Journal of Anesthesia/Journal canadien d'anesthésie

, Volume 59, Issue 6, pp 586-603

Open Access This content is freely available online to anyone, anywhere at any time.

Anesthesia advanced circulatory life support

  • Vivek K. MoitraAffiliated withDepartment of Anesthesiology, College of Physicians and Surgeons, Columbia University
  • , Andrea GabrielliAffiliated withAnesthesia Department, University of Florida
  • , Gerald A. MaccioliAffiliated withAmerican Anesthesiology of North Carolina/MEDNAX
  • , Michael F. O’ConnorAffiliated withDepartment of Anesthesia and Critical Care, University of Chicago Email author 

Abstract

Purpose

The constellation of advanced cardiac life support (ACLS) events, such as gas embolism, local anesthetic overdose, and spinal bradycardia, in the perioperative setting differs from events in the pre-hospital arena. As a result, modification of traditional ACLS protocols allows for more specific etiology-based resuscitation.

Principal findings

Perioperative arrests are both uncommon and heterogeneous and have not been described or studied to the same extent as cardiac arrest in the community. These crises are usually witnessed, frequently anticipated, and involve a rescuer physician with knowledge of the patient’s comorbidities and coexisting anesthetic or surgically related pathophysiology. When the health care provider identifies the probable cause of arrest, the practitioner has the ability to initiate medical management rapidly.

Conclusions

Recommendations for management must be predicated on expert opinion and physiological understanding rather than on the standards currently being used in the generation of ACLS protocols in the community. Adapting ACLS algorithms and considering the differential diagnoses of these perioperative events may prevent cardiac arrest.

Réanimation circulatoire avancée en anesthésie

Résumé

Objectif

Le grand ensemble d’événements liés à la réanimation cardiaque avancée (ACLS) tels que les embolies gazeuses, les surdosages d’anesthésiques locaux et la bradycardie sinusale dans un contexte périopératoire est différent des événements que l’on observe à l’extérieur de l’hopital. En conséquence, une modification des protocoles traditionnels d’ACLS permet une réanimation plus spécifique, en fonction de l’étiologie.

Constatations principales

Les arrêts cardiaques en période périopératoire sont à la fois rares et hétérogènes; ils n’ont pas été décrits ou étudiés avec la même ampleur que les arrêts cardiaques survenant hors de l’hôpital. Ces crises sont habituellement vécues en direct, souvent anticipées et impliquent l’intervention d’un médecin connaissant les comorbidités du patient ainsi que la physiopathologie en rapport avec l’intervention et les anesthésiques utilisés. Lorsque le professionnel de la santé identifie la cause probable de l’arrêt cardiaque, le praticien a la possibilité d’entreprendre rapidement une prise en charge médicale.

Conclusions

Des recommandations pour la prise en charge doivent être fondées sur les avis d’experts et sur la compréhension de la physiologie plutôt que sur des normes actuellement utilisées pour la création de protocoles d’ACLS hors du milieu hospitalier. L’adaptation des algorithmes d’ACLS et la prise en compte des diagnostics différentiels de ces événements périopératoires peuvent prévenir les arrêts cardiaques.