Encyclopedia of Renaissance Philosophy

Living Edition
| Editors: Marco Sgarbi

Le Roy, Loys

Born: Coutance 151
Died: Paris 1577
Living reference work entry
DOI: https://doi.org/10.1007/978-3-319-02848-4_203-1
  • 62 Downloads

Abstract

Translator and classicist at the Collège Royal, jurist, propagandist, and theorist of history, Loys Le Roy (1510–1577), also known as Regius, was an academic whose role at the Parisian court in the second half of the XVI century is still to be clarified. In 1568, in Paris, as a member of Michel de Vascosan’s workshop, the humanist published a commented translation of Aristotle’s Politics, which was due to become, in France, the reference text for the Aristotelian ars politica until the end of eighteenth century. In 1575, the academic from Coutance printed for Pierre l’Huilier’s press the treatise titled De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, one of the most well-known histoires de la civilisation of the sixteenth and seventeenth centuries. Through unprecedented use of an analysis of history grounded on facts, the development of the concept of veritas filia temporis, the querelle focusing on the relationship between ancient and modern times, the myth of the so-called Noble Savage and the Golden Age, and the theory of the natural differences between people, developed in a broader view of people’s characteristics as related to the variety of climates, down to the idea of a global Republic of Nations, Le Roy became the herald of a new interpretation of history stemming from his instinctual optimism and faith, which were bound to pave the way for the cultural revolution of the following century.

Keywords

Universal Substance Medieval Scholar Latin Classic Parisian Intellectual Violent Riot 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.
This is a preview of subscription content, log in to check access.

References

Primary Literature

    De La vicissitude’s Editions

    1. Le Roy, L. 1575. De la Vicissitude ou Variété des Choses en l’Univers, et Concurrence des Armes e des Lettres par les premières et plus illustres Nations du monde, depuis le temps où a commencé la civilité et memoire humaine jusques à present. Plus s’il est vray ne se dire rien qui n’ayt esté dict paravant, et qu’il convient par propres inventions augmenter la doctrine des anciens, sans s’arrester seulement aux versions, expositions, corrections, et abregez de leurs escrits. Par Loys le Roy, dict Regius. Paris: Pierre l’Huillier.Google Scholar
    2. Le Roy, L. 1585. La vicissitudine o mutabile varietà delle cose nell’universo di Luigi Regio Francese, tradotta dal sig. cavalier Ercole Cato. Venezia: Aldo Manuzio.Google Scholar
    3. Le Roy, L. 1594. Of the interchangeable course or variety of things, Written in French by Loys Le Roy called Regius and Translated into English by Robert Ashley. London: Charles Yetsweirt.Google Scholar
    4. Le Roy, L. 1944. De la Vicissitude ou variété des choses en l’univers, selection with an introduction by B.W. Bates. Princeton: Princeton University Press.Google Scholar
    5. Le Roy, L. 1988. De la vicissitude, texte revu par Philippe Desan. Paris: Fayard.Google Scholar
    6. Le Roy, L. 2014. De la vicissitude ou variété des choses en l’univers. La traduzione italiana di Ercole Cato, introduction et texte édité par M.E. Severini. Paris: Garnier.Google Scholar

    Latin Works

    1. Le Roy, L. 1540. G. Budæi parisiensis viri clarissimi vita per Ludovicum Regium Constantinum. Paris: Jean Roigny.Google Scholar
    2. Le Roy, L. 1545. Oratio in funere Caroli Valesii Aureliorum Ducis. Paris: Jean Roigny.Google Scholar
    3. Le Roy, L. 1553. De Francisco Connano, consiliario supplicumque libellorum in pretorio magistro, ac commentariis iuris civilis ab eo scriptis, tum etiam de iure romanorum, et utrum ars iuris institui posit. Paris: Adrien Turnèbe.Google Scholar
    4. Le Roy, L. 1559a. Selectiores Aliquot Epistolæ. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    5. Le Roy, L. 1559b. Oratio ad invictissimos potentissimosque principes Henricum ii et Philippum Hispan. reges, De pace et concordia nuper inter eos inita et bello religionis Christianæ hostibus inferendo. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    6. Le Roy, L. 1560. Ad Illustrem Reginam D. Catharinam Medicem Francisci ii, Franciæ regis matrem, Consolatio in morte Henrici regis ejus mariti. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    7. Le Roy, L. 1575. Prolegomena politica Inter quæ prima est Oratio ab eo habita Parisiis initio professionis Regiœ. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    8. Le Roy, L. 1576. Orationes duæ, habitæ Parisiis mense octobri 1575, Prima est de motu Franciæ et casibus aliarum gentium, Altera de jungenda sapienter sentiendi scientia cum ornate dicendi facultate. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    9. Le Roy, L. 1578. Trium disertissimorum virorum præfationes ac Epistolæ Familiares aliquot: Mureti, Lambini et Regii. Paris: Gilles Le Maugier.Google Scholar

    French Works

    1. Le Roy, L. 1551a. Trois livres d’Isocrates, ancien orateur et philosophe. Le premier contient enseignemens pour induire les jeunes gens à vivre honnestement. Le second traitte de la maniere de bien regner et comment les Roys et grans seigneurs se doyvent gouverner. Le Livre d’Isocrates intitulé Nicocles ou le Symmachique, c’est-à-dire qui traitte de l’amitié qui doit estre entre le Roy et ses sugetz et comment ils se doivent conduire ensemble. Le Premier Livre de l’institution de Cyrus, ou du Roy perfet, composé par Xenophon […]. Oraison de Xenophon contenant les louanges du tresvaillant et tressage roy des Lacedemoniens Agesilaus. Paris: Michel de Vascosan.Google Scholar
    2. Le Roy, L. 1551b. Le Timée de Platon, traittant de la nature du Monde et de l’Homme, et de ce qui concerne universellement tant l’âme que le corps des deux: translaté de grec en françois, avec l’exposition des lieux plus obscurs et difficiles. Paris: Michel de Vascosan.Google Scholar
    3. Le Roy, L. 1551c. Trois Oraisons de Demosthene prince des orateurs, dittes Olynthiaques, pleines de matieres d’Estat, deduittes avecques singuliere prudence et eloquente, translatées pareillement du grec en françois, avec une Preface contenant la conjonction de l’eloquence et de la philosophie, par Loys le Roy et adressées à Madame la Duchesse de Valentinois. Paris: Michel de Vascosan.Google Scholar
    4. Le Roy, L. 1553. Le Phedon de Platon traittant de l’immortalité de l’âme, presenté au Roy treschretien Henri ii, à son retour d’Allemagne. L’origine, progres et perfection de la philosophie, avec comparaison de Platon et d’Aristote, qui l’ont mise au plus hault qu’elle fust jamais. Discours de son estat et condition jusques à nostre temps, par Loys Le Roy. Dixiesme livre de la Republique de Platon, en ce qu’il parle de l’immortalité, où la resurrection est confirmée, avec lample deduction des loyers et suplices eternelz, selon l’opinion des anciens. De l’âme divine et humaine, de leurs actions et affections, discours pris du Phedre de Platon, traduit de Grec en Françoys par Loys Le Roy. Du jugement des trespassez selon l’opinion des anciens, autre discours pris du Gorgias. La Remonstrance que feit Cyrus Roy des Perses à ses enfans et amys, un peu paravant que rendre l’esprit, prise de l’huitieme livre de son institution escritte par Xenophon. Le tout traduit de Grec en Françoys par Loys Le Roy. Paris: Sébastien NyveIle.Google Scholar
    5. Le Roy, L. 1555. Le Premier, second et dixiesme livre de Justice, ou de la Republique de Platon. Quatre Philippiques de Demosthene. Sermon de Theodorite, Evesque de Cyropoli, ancien philosophe et Theologien, de la providence et justice divine. Le tout traduite de Grec en François par Loys Le Roy. Quatre Oraisons de Demosthene Prince des Orateurs, prononcées au conseil publique d’Athenes, contre Philippe Roy de Macedonie, voulant usurper l’Empire de Grece, traduittes de Grec en François par Loys Le Roy. Preface de Loys Le Roy contenant la comparaison de Demosthene et de Ciceron, de leurs styles et fortunes, de leur estat et condition, des temps esquelz ilz ont vescu, et comment ilz sont decede. Paris: Sébastien Nyvelle.Google Scholar
    6. Le Roy, L. 1559. Le Sympose de Platon, ou de l’Amour et de beauté, traduit de Grec en François, avec trois livres de Commentaires, extraictz de toute philosophie, et recueillis des meilleurs autheurs tant Grec que Latins, et autres, par Loys Le Roy, dit Regius. Plusieurs passages des meilleurs Poëtes Grecs et Latins, citez aux Commentaires du Sympose, mis en vers François par J. du Bellay Angevin. Paris: Vincent Sertenas, Jehan Longis et Robert le Mangnyer.Google Scholar
    7. Le Roy, L. 1562, 1563, 1569, 1588. Discours treslegant et tres grave sur le grave sur le grand et jadis renommé Royaume des Perses, et la nourriture de leurs Roys […] Extraict du Troisieme Livre des Lois de Platon, traduit du Grec en François par Loys Le Roy dit Regius. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    8. Le Roy, L. 1562, 1563. Des differens et troubles advenans entre les hommes par la diversité des opinions en la Religion: ensemble du commencement, progrez, et excellence de la Chrestienne. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    9. Le Roy, L. 1566. Des changemens, ruines, et conservations des Estats publics avec les causes des Emotions civiles, leurs maux, et remedes. Discours de Platon extraict du troisieme livre de ses Loix, sur le Royaume de Perses, et la Seigneurie d’Athenes. Le tout traduit du Grec en François par Loys Le Roy dit Regius. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    10. Le Roy, L. 1567a. De l’origine, antiquité, progres, excellence et utilité de l’art politique. Ensemble des Legislateurs les plus renommez qui l’ont prattiquée, et des autheurs illustres qui en ont escrit, specialement Platon et Aristote, avec le sommaire et conference de leurs Politiques, traduittes de Grec en François et eclarcies d’expositions pour les accomoder aux meurs et affaires de ce temps, par Loys Le Roy, dict Regius: Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    11. Le Roy, L. 1567b. Consideration sur l’histoire françoise, et l’universelle de ce Temps, dont les merveilles sont succinctement recitées. A Tresvertueuse et Excellente Dame Madame Catherine Royne de France, Mere du Roy treschrestien Charles ix de ce nom. Ensemble trois Prefaces: l’une au Roy, l’autre à M. d’Anjou son frere, sur les Politiques de Platon et Aristote, la troisieme à M. d’Alençon autre frere du Roy sur l’Histoire politique recueillie des plus illustres estats du monde, anciens et modernes. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    12. Le Roy, L. 1568a. Les Enseignemens d’Isocrates et de Xenophon autheurs anciens tres excellens pour bien regner en paix et en guerre, traduicts de grec en françois par Loys le Roy, dict Regius de Costentin, au Roy treschretien Charles ix. Paris: Vascosan.Google Scholar
    13. Le Roy, L. 1568b. Les Politiques d’Aristote traduittes de grec en françois par Loys le Roy dict Regius de Costentin, a très hault et excellent prince Henry duc d’Anjou frère du roy tres chretien Charles ix. Paris: Vascosan.Google Scholar
    14. Le Roy, L. 1570. Exhortation aux François pour vivre en concorde et jouir du bien de la paix par Loys Le Roy. Project ou dessein du Royaume de France, pour en representer en dix Livres l’estat entier, soubs le bon plaisir du Roy. Les Monarchiques de Loys le Roy, ou de la Monarchie et des choses requises à son establissement et conservation, avec la conference des Royaumes et Empires plus celebres du monde ancien et moderne, en leurs commencemens progrez, accroissement, estendues, revenus, forces par mer et par terre, diversitez de guerroyer, Trains et Cours de Princes, Conseils souverains, Polices, Judicatures, Lois, Magistrats, durées, decadence, et ruine. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    15. Le Roy, L. 1574. L’Oraison du Seigneur Jean Savius de Zamoscie, gouverneur de Belzs et Zamech, l’un des ambassadeurs envoyez en France par les Estats du Royaume de Poloigne et du grand duché de Lithuanie, au Serenissime Roy eleu de Poloigne, Henry, fils et frere des Roys de France, duc d’Anjou, sur la declaration de son election et pourquoy il a esté preféré aux autres competiteurs. Où l’estat present d’iceluy Royaume est proposé au vray. Traduite de latin en françois par Loys Regius, suivant le commandement dudit seigneur Roy et à la requeste des seigneurs ambassadeurs. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    16. Le Roy, L. 1575a. Du bien advenant aux princes freres de leur amitié mutuelle et bonne intelligence entre eulx, par le grand Cyrus à Cambyses et Tanares ses filx. Traduict du Grec de Xenophon par Loys Le Roy, dict Regius. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    17. Le Roy, L. 1575b. De l’excellence du Gouvernement royal, avec exhortation aux François de perseverer en iceluy, sans chercher mutations pernicieuses, ayans le Roy present digne de cest honneur, non seulement par le droict de legitime succession, mais aussi par le merite de sa propre vertu; et le royaume reiglé d’ancienneté par meilleur ordre que nul autre que l’on sçache, estant plus utile qu’il soit hereditaire qu’electif, et administré par l’authorité du Roy, et de son Conseil ordinaire, que par l’advis du peuple, non entendu ny experimenté és affaires d’estat. Par Loys Le Roy dict Regius. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    18. Le Roy, L. 1575c. Sept oraisons de Demosthene, prince des Orateurs, à sçavoir trois Olynthiaques et quatre Philippiques, pleines de matieres d’Estat et de gouvernement, deduites avec singuliere prudence et eloquence. Traduites de grec en françois par Loys le Roy, dict Regius. Paris: Frédéric Morel. (reprint of Trois oraisons del 1551 et Quatre Philippiques del 1555).Google Scholar
    19. Le Roy, L. 1576a. Les Politiques d’Aristote, esquelles est monstree la science de gouverner le genre humain en toutes espèces d’estats publics. Traduites de Grec en François, avec expositions prises des meilleurs auteurs, specialement d’Aristote et de Platon conferez ensemble, ou les occasions des matieres par eulx traitees s’offroyent, dont les observations et raisons sont eclarcies et confirmees par innumerables exemples anciens et modernes, recueillis des plus illustres empires, royaumes, seigneuries et republiques qui furent oncques, et dont lon a peu avoir la cognoissance par escript, ou par le fidele rapport d’autruy. Par Loys le Roy dict Regius, de Costentin. Paris: Michel Vascosan.Google Scholar
    20. Le Roy, L. 1576b. Deux oraisons françoises de Loys le Roy, prononcées par luy a Paris, avant la lecture de Demosthene Prince des Orateurs, au mois de fevrier 1576. La premiere Oraison de Loys Le Roy. Touchant les Langues doctes et vulgaires, et de l’usage de l’eloquence. Seconde Oraison de Loys Le Roy, sur l’estat de l’ancienne Grece, depuis son commencement iusques à ce qu’elle fust asservie par les Macedoniens. Paris: Frédéric Morel.Google Scholar
    21. Le Roy, L. 1600. La Republique de Platon, divisée en dix livres, ou Dialogues. Traduicte de Grec en François par Loys le Roy. Plus quelques autres traictes Platoniques de la traduction du mesme interprete, touchant l’immortalité de l’Ame par l’esclarcissement du x livre de ladicte Republique. Le tout reveu et conféré avec l’original Grec par Fédéric Morel, Lecteur et interprete du Roy. Œuvre non encore mis en françois et fort necessaire et profitable tant aux Roys, Gouverneurs, et magistrats, que à toutes autres sortes d’estats, et qualitez de personnes. Paris: Claude Morel.Google Scholar
    22. Le Roy, L. 1861. Traitté de la Venerie par feu Monsieur Budé conseiller du roy François premier, et maistre ordinaire de son hostel. Traduit du Latin en François par Loys le Roy dict Regius, suyvant le commandement qui luy en a esté fait par Le Roy (1572). Paris: Pairault et fils.Google Scholar

Secondary Literature

  1. Baron, H. 1959. The querelle of the Ancients and the Moderns as a problem of Renaissance Scholarship. Journal of the History of Ideas 20: 3–22.CrossRefGoogle Scholar
  2. Becker, A.H. 1896. Un humaniste au xvie siècle: Loys Le Roy (Lodovicus Regius) de Coutance. Paris: Oudin.Google Scholar
  3. Céard, J. 1976. Le modèle de la République de Platon et la pensée politique au xvie siècle. In Platon et Aristote à la Renaissance (Actes du xvie Colloque international d’études humanistes de Tours, 1976),175–190. Paris: Vrin.Google Scholar
  4. Céard, J. 1977. L. Le Roy et la vicissitude des choses. In La Nature et les prodiges, L’insolite au xvie siècle en France, 373–382. Genève: Droz.Google Scholar
  5. Céard, J. 2004. Les conceptions de la royauté et l’institution du prince en France au xvie siècle. In La formazione del Principe in Europa dal Quattrocento al Seicento, ed. by P. Carile, 59–74. Roma: Aracne.Google Scholar
  6. Crescenzo, R. 2009. La réflexion sur les langues dans l’œuvre de Loys Le Roy, traducteur et historien. In Le lent brassement des livres, des rites et de la vie, Mélanges offerts à James Dauphiné. Paris: Champion.Google Scholar
  7. De Smet, I. 2013. Philosophy for princes: Aristotle’s politics and its readers during the French Wars of Religion. Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 76 (1)23–47.Google Scholar
  8. Desan, Ph. 1989. La philosophie de l’histoire de Loys Le Roy. Corpus Revue de philosophie 10: 3–21.Google Scholar
  9. Desan, Ph. 2005. Loys Le Roy et l’anthropologie historique. In Écritures de l’histoire (xive-xvie siècles), ed. by D. Bohler, C. Magnien-Simonin, 39–47. Genève: Droz.Google Scholar
  10. Duport D. 2010a. Loys Le Roy et la représentation psychique du grand homme dans De la vicissitude ou variété des choses en l’univers. In La représentation de la vie psychique dans la littérature (Journée d’études de l’Université de Caen, 11 avril 2008). Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
  11. Duport, D. 2010b. Histoire et éducation dans De la vicissitude et variété des choses en l’univers de Loys Le Roy. Écrire l’Histoire 6: 39–46.CrossRefGoogle Scholar
  12. Duport, D., ed. 2011. Loys Le Roy, renaissance et vicissitude du monde (Actes du colloque tenu a l’Université de Caen, 25–26 Septembre 2008), 67–80. Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
  13. Duport, D. 2012. Une nouvelle lecture de la fortune et de la vertu d’Alexandre: Loys Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers (1575) In Figures d’Alexandre du Moyen Âge à la Renaissance, ed. by C. Jouanno, 205–223. Turnhout: Brepols.Google Scholar
  14. Duport, D. 2015. Loys Le Roy. In Écrivains juristes et juristes écrivains. Du Moyen Âge à l’aube des Lumières, 743–752. Paris: Garnier.Google Scholar
  15. Gaille-Nikodimov, M. 2006. Un humaniste peut-il inventer? L’idée d’un progrès de l’art politique chez Louis Le Roy. Lab Ital 6: 55–77.CrossRefGoogle Scholar
  16. Gundersheimer, W. 1962. Loys Le Roy’s Humanistic Optimism. Journal of the History of Ideas 22: 324–339.CrossRefGoogle Scholar
  17. Gundersheimer, W. 1966. The life and works of Loys Le Roy. Genève: Droz.Google Scholar
  18. Holslin, J. 2005. The Destruction of the Depraved Age: Orientalism and Modernity in Louis Le Roy’s. De la vicissitude ou variété des choses en l’univers. Lore Fall.Google Scholar
  19. Isnardi Parente, M. 1990. Loys Le Roy su Platone e Aristotele nell’introduzione ai Politiques, in Studi politici in onore di Luigi Firpo, ed. by S. Rota Ghibaudi e F. Barcia, I, 773–780. Milano: F. Angeli.Google Scholar
  20. Jehasse, J. 1993. Le Roy, maître et émule de Jean Bodin. In Études sur Etienne Dolet. Le théâtre au xvie siècle. Le Forez, le Lyonnais et l’histoire du livre, publié a la mémoire de Claude Longeon, 251–264. Genève: Droz.Google Scholar
  21. Lardet, P. 1999. La Politique d’Aristote en français par Louis Le Roy (1568)In Philosophy in the 16th and 17th centuries. Conversations with Aristotle, 126–145. Aldershot: Ashgate.Google Scholar
  22. Lardet, P. 2006. Louis Le Roy. In Centuriæ Latinæ ii. Cent une figure humaniste de la Renaissance aux Lumières. à la memoire de Marie-Madeleine de La Garanderie, 457–468. Genève: Droz.Google Scholar
  23. Lecointe, J. 2001. La mise en récite de la Nature dans le traité De la vicissitude ou variété des choses. In Loys Le Roy, renaissance et vicissitude du monde (Actes du colloque tenu a l’Université de Caen, 25–26 septembre 2008, réunis par D. Duport), 53–66. Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
  24. Lefranc, A. 1922. Le traité de la vicissitude ou variété des choses de Le Roy et sa véritable date. In Mélanges Lanson. Paris: Hachette.Google Scholar
  25. Longeon, C. 1982. L’Oratio de pace e concordia de Le Roy (1559)In La Conscience européenne au xvie -xviie siècles, 227–234. Paris: École normale supérieure de jeunes filles.Google Scholar
  26. Magnien, M. 2000. Portrait de Budé en ‘intellectuel’: la G. Budœi viri clarissimi Vita de Loys Le Roy (1540)Renaissance and Reformation 24 (4)29–48.Google Scholar
  27. Margellos, C. 2000. Le modèle ficinien dans Le Sympose de Louis le Roy. In Sources et intertexte: résurgences littéraires du Moyen Âge au xxe siècle, 67–75. Genève: Droz.Google Scholar
  28. Margolin, J.-C. 1966. Le Roy, traducteur de Platon et la Pléïade. In Lumières de la Pléïade (Neuvième stage international d’Etudes Humanistes, Tours, 1965, “De Pétrarque a Descartes”, xi), 49–62. Paris: Vrin.Google Scholar
  29. Margolin, J.-C. 2011. Hasard et Providence dans la philosophie de Louis Le Roy. In Loys Le Roy, renaissance et vicissitude du monde (Actes du colloque tenu a l’Université de Caen, 25–26 septembre 2008 réunis par D. Duport), 99–112. Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
  30. Mastellone, S. 1972. Venalità e machiavellismo in Francia, 1572–1610: all’origine della mentalità politica borghese. Firenze: Olschki.Google Scholar
  31. Papi, F. 1968. L’alternativa naturalistica: Le Roy e Diodoro Siculo. In Id., Antropologia e civiltà nel pensiero di Giordano Bruno, 220–227. Milano: Pubblicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Milano.Google Scholar
  32. Pouilloux, J.-Y. 1969. Problèmes de traduction: Le Roy et le xe livre de la République. Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 31: 47–66.Google Scholar
  33. Richter, L.O. 1961. The Tought of Loys Le Roy according to his Early Pamplhets. Stud Renaiss 8: 173–196.CrossRefGoogle Scholar
  34. Rivaud, A. 1922. La première traduction française du Timée de Platon. Revue du Sizième Siècle 9: 286–289.Google Scholar
  35. Schachter, M. 2006. Louis Le Roy’s Sympose de Platon and Three Other Renaissance Adaptations of Platonic Eros. Renaissance Quarterly 58: 406–439.CrossRefGoogle Scholar
  36. Sciacca, E. 2005. L’art politique. Le forme di governo in Loys Le Roy, tra Seyssel e Machiavelli. In Id., Principati e repubbliche. Machiavelli, le forme di governo e il pensiero francese del Cinquecento, 145–227. Firenze: Centro editoriale toscano.Google Scholar
  37. Sciacca, E. 2007. Umanesimo e scienza politica nella Francia del Cinquecento. Loys Le Roy. Firenze: Olschki.Google Scholar
  38. Severini, M.E. 2011a. La scientia politica aristotelica. In Viaggio e metamorfosi di un testo. I Ricordi di Francesco Guicciardini tra XVI e XVII secolo, ed. V. Lepri and M.E. Severini, 253–286. Genève: Droz.Google Scholar
  39. Severini, M-E. 2011b. La vicissitudine o mutabile varietà delle cose di Loys Le Roy. La traduzione italiana di Ercole Cato. In Loys Le Roy, renaissance et vicissitude du monde (Actes du colloque tenu a l’Université de Caen, 25–26 septembre 2008, réunis par Danièle Duport), 139–152. Caen: Presses Universitaires de Caen.Google Scholar
  40. Severini, M.E. 2012. “Italiani accorti” e “Francesi arditi”: letture e lettori italiani del trattato sulla vicissitudine universale di Loys Le Roy. Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 2: 311–324.Google Scholar
  41. Severini, M.E. 2013a. Sur la fortune française de l’Arte della guerra de Machiavel: Loys Le Roy et François de La Noue. Revue du Sizième Siècle 9: 245–257.Google Scholar
  42. Severini, M.E. 2013b. Il destino di un libro al servizio del sovrano: la Politica di Aristotele da Loys Le Roy a John Donne. Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance LXXIV (1)89–104.Google Scholar
  43. Severini, M.E. 2014. Tamerlan vs Bajazet: l’origine de la modernité chez Loys Le Roy lecteur de Machiavel. Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance LXXVI (1)55–72.Google Scholar
  44. Severini, M.E. 2017. La partie supérieure de l’Univers et la matière première: cosmos et renovatio mundi chez Loys Le Roy et Giordano Bruno. In Entre le ciel et la terre: savoirs et cosmographie à la Renaissance, Athelier du CRH.Google Scholar
  45. Stoner, J.R. 2005. John Donne and the Translation of Aristotle’s Politics Into English. In The Aristotelian Revival and the Path to Religious Toleration, Sponsored by the Eric Voegelin Society, at the annual meeting of the American Political Science Association Washington, DC September 1, 2005, All Academic Research 2005.Google Scholar
  46. Weisinger, H. 1954. Loys Le Roy on science and progress. Osiris 11: 199–210.CrossRefGoogle Scholar
  47. Yardeni, M. 1972. Idée de progrès et sentiment national en France au xvie siècle: Bodin, Le Roy et Pasquier. Studies in history 23: 165–183.Google Scholar

Authors and Affiliations

  1. 1.Istituto Nazionale di Studi sul RinascimentoFirenzeItaly

Section editors and affiliations

  • David A. Lines
    • 1
  1. 1.Italian Studies, School of Modern Languages and CulturesUniversity of WarwickCoventryUnited Kingdom