Advertisement

La Récupération du Sujet Phénoménologique

En dialogue avec Derrida, Ricoeur, et Lévinas
  • Calvin O. Schrag
Chapter
Part of the Analecta Husserliana book series (ANHU, volume 50)

Résumé

La thèse principale de cette communication est que la république actuelle de la philosophie a besoin d’une récupération du sujet phénoménologique. C’est un besoin particulièrement urgent par suite du démontage du sujet par la pensée déconstructionniste et post-moderniste. Quoique nous soyons d’accord sur le fait qu’on ait investi trop de capital dans le sujet métaphysique des anciens et dans le sujet épistémologique des modernes, la position que nous voulons défendre est que le démontage des fondations traditionnelles métaphysiques et épistémologiques de la subjectivité ne mène pas à un refus du sujet en tant que tel. Par contre, nous soutiendrons que la déconstruction de la métaphysique et de l’épistémologie traditionnelles fournit une opportunité pour l’exploration d’un nouvel espace de la subjectivité dans lequel demeurent intactes des traces d’un sujet phénoménologique.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Notes

  1. 1.
    The Languages of Criticism and the Sciences of Man, éds. Richard Macksey et Eugenio Donato (Baltimore: the Johns Hopkins Press, 1970), p. 217 [Tr: traduit du texte en anglais]. Google Scholar
  2. 2.
    Cahiers Confrontations 20 (hiver 1989), p. 95.Google Scholar
  3. 3.
    Voir Communicative Praxis and the Space of Subjectivity (Bloomington: Indiana University Press, 1986), chapitre six, pp. 115 à 138.Google Scholar
  4. 4.
    Problèmes de linguistique générale (Paris: Éditions Gallimard, 1966), pp. 259 à 260.Google Scholar
  5. 5.
    Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre (Paris: Éditions du Seuil, 1990), p. 74.Google Scholar
  6. 6.
    Cependant, nous ne parlons pas de cette vraie liberté comme autonome. Le sujet agissant n’est pas subordonné à la «loi-de-l’autre», et ce n’est pas une «loi-sur-soi» non plus. Le sujet, soit discursif soit agissant selon le cas, ne peut pas être libre tout seul. Pourtant, cela n’implique pas de subordination à la «loi-de-l’autre», c’est-à-dire l’hétéronomie. Ni l’autonomie ni l’hétéronomie ne fournissent de déterminants corrects du sujet agissant et discursif. Il y a une liberté dans l’être-avec-autrui qui se trouve de ce côté-ci du choix entre l’autonomie vs. l’hétéronomie, une liberté qui s’ouvre à l’Autre comme il procède de lui-même. L’erreur de Sartre était de ne pas reconnaître cette expression de liberté. Merleau-Ponty a corrigé Sartre sur cette question et a rendu ce point explicite quand il a écrit: «La subjectivité n’est pas l’identitié immobile avec soi: il lui est, comme au temps, essentiel, pour être subjectivité, de s’ouvrir à un Autre et de sortir de soi». Phénoménologie de la perception (Paris: Éditions Gallimard, 1945).Google Scholar
  7. 7.
    Aubier Éditions Montaigne, 1967.Google Scholar
  8. 8.
    Le Volontaire et l’involontaire,p. 58.Google Scholar
  9. 9.
    Cahiers Confrontations no. 20 (hiver 1989) p. 96.Google Scholar
  10. 10.
    Communicative Praxis, pp. 197–214.Google Scholar
  11. 11.
    Totalité et infini (La Haye: Martinus Nijhoff, 1961), p. 271.Google Scholar

Copyright information

© Springer Science+Business Media Dordrecht 1997

Authors and Affiliations

  • Calvin O. Schrag
    • 1
  1. 1.Purdue UniversityUSA

Personalised recommendations