Silhouette & Manipulation

Chapter
Part of the Phaenomenologica book series (PHAE, volume 201)

Abstract

D’après différentes études comparatives sur la physionomie des doigts, Charles Féré constatât que la musculature des mains de penseurs et artistes était plus proéminente que celle de manouvriers ; l’exercice mental se traduirait dans le développement physique de la main.1 Plus évidente est la façon dont la main a accru la force de l’esprit. L’habileté avec laquelle elle compose des ensembles de figures minutieuses a fait croître de manière exponentielle nos capacités intellectuelles. Il est difficile de s’imaginer où en serait la connaissance théorique, et la théorie de la connaissance, sans sa précision manipulatoire. Pourtant, au coeur même de l’épistémologie se trouve une situation où la main – nous semble-t-il – jette la poudre aux yeux de la réflexion. Plus précisément, dans la conviction que la forme serait un sensible commun (propriété perçue par plusieurs sens), on rencontre une situation où il n’est plus clair si l’expertise manuelle se met au service de la connaissance ou si elle s’inscrit dans une pratique qui inspire une doctrine imaginaire.

Keywords

Perception Haptique Motif Implicite Nous Permettent Nous Trouvons Premier Plan 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Copyright information

© Springer Science+Business Media B.V. 2012

Authors and Affiliations

  1. 1.Katholieke Universiteit LeuvenLeuvenBelgium

Personalised recommendations