Advertisement

La coopération industrielle en Europe

Chapter
  • 17 Downloads

Résumé

En supprimant les protections (aujourd’hui contingentaires et tarifaires, demain fiscales, administratives et autres), le Marché commun rend en général les entreprises plus vulnérables. Mais en contrepartie du durcissement des lois de la concurrence qui leur est ainsi imposé, elles ont la possibilité de constituer des profits plus importants dans un marché élargi. Il n’est pas exagéré de dire que le Marché commun ouvre une ère nouvelle pour la plupart des entreprises des pays auxquels il s’applique: de leur plus ou moins bonne adaptation il résultera pour elle ou une prospérité encore insoupçonnée ou au contraire leur élimination progressive du marché à plus ou moins brève échéance.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    La nature de ce type d’accord n’est pas toujours clairement définie et cache parfois des clauses visant la limitation de la vente. On ne cherchera pas ici à déterminer son caractère éventuellement nocif eu égard à la libre concurrence.Google Scholar
  2. 2.
    cf. Henri Aujac: L’intégration européenne et l’interpénétration des entreprises — Colloque de Bruges, 1964.Google Scholar
  3. 3.
    Il y a des exceptions à la règle: quelques entreprises de très grandes dimensions peuvent dominer un secteur et en accroître l’importance relative dans l’économie nationale ou internationale, l’autonomie de certains centres de décision les rendant indépendantes du territoire où elles s’installent. Exemples: Nestlé, Unilever, Royal Dutch. Google Scholar
  4. 4.
    cf. Max Peyrard: Dimension de l’entreprise et concurrence, in: Les Formes modernes de la concurrence, Paris-Gauthier-Villars éditeur, 1964.Google Scholar
  5. 5.
    cf. Paul Haine: L’importance croissante des participations dans les actifs des grandes sociétés industrielles — Recherches Economiques de Louvain, septembre 1963.Google Scholar
  6. 6.
    cf. Pierre Wack: Les charges et les chances d’une entreprise dans le Marché commun -Paris, décembre 1959.Google Scholar
  7. 7.
    cf. Claude Champaud: Le pouvoir de concentration de la société par actions — Paris, Sirey 1962.Google Scholar
  8. 8.
    cf. «Les Industries Mécaniques», Paris, numéro spécial et supplémentaire de juin 1958 intitulé: «Votre entreprise dans la Communauté européenne».Google Scholar
  9. 9.
    cf. «Les industries Mécaniques», janvier 1965.Google Scholar
  10. 10.
    cf. «Le Figaro» du 9 mars 1965.Google Scholar
  11. 11.
    cf. «Communauté Européenne», Paris, février 1965.Google Scholar
  12. 12.
    fc. «Communauté Européenne», Paris, janvier 1965.Google Scholar
  13. 13.
    cf. Il importe de noter que les notions d’intégration, de concentration et d’interpénétration ne s’entendent pas au sens juridique. Ces notions sont d’ailleurs fluides: les entreprises n’ont pas besoin d’avoir le même propriétaire légal pour être, en fait, intégrées; par exemple, des entreprises collaborant étroitement dans la planification de leurs productions et de leur distribution, tout en étant juridiquement distinctes, doivent être considérées comme concentrées ou intégrées.Google Scholar
  14. 14.
    cf. Jean-François Besson: Les groupes industriels et l’Europe — Paris, PUF, 1962.Google Scholar
  15. 15.
    cf. Claude Champaud (ouvrage cité).Google Scholar
  16. 16.
    cf. Alexandre Silj: Les entreprises européennes face à la concurrence internationale, Bruxelles 1965.Google Scholar

Copyright information

© Springer Fachmedien Wiesbaden 1968

Authors and Affiliations

There are no affiliations available

Personalised recommendations