Advertisement

1839

Chapter
  • 16 Downloads
Part of the Heine-Studien book series (HEINEST)

Zusammenfassung

M. Heine est allé chercher en France ce qui manque à l’Allemagne; et, quoique je le croie sincèrement dévoué à sa patrie, il a eu l’air quelquefois de la sacrifier à la nôtre. Je pense qu’on pourrait venir de même chercher au-delà du Rhin des qualités précieuses que nous ne possédons pas; mais qui aimera assez la France pour oser lui dire qu’elle ne réunit point toutes les perfections imaginables? Cependant, si l’esprit allemand a moins de vivacité et de force que le nôtre, il a plus d’étendue et de profondeur. Dans cette capitale de la Bavière, dominée, comme je vous l’ai dit, par la politique et par la religion du passé, les arts professent une tolérance plus universelle que chez nous; ils ne rejettent absolument aucune forme, aucun temps; et, donnant à leurs croyances l’ampleur de l’esprit humain lui-même, ils se gardent bien de nier, en leur nom, aucune des manifestations de l’histoire. Ils les appellent toutes au contraire avec un enthousiasme intelligent; et, pour accroître le faisceau des gloires humaines, ils associent l’antiquité au moyen-âge, et mêlent ensemble les grandes traditions.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Notizen

  1. (9).
    Né en 1786, mort à Paris en 1837. Ses œuvres ont paru à Hambourg, en quinze volumes.Google Scholar

Notizen

  1. (1).
    Un vol. in-8°; prix 7 fr. 50 c. Chez Brockhaus et Avenarius, à Paris, rue Richelieu, 60, et à Leipsick.Google Scholar

Notizen

  1. (1).
    Quiconque n’aime ni les femmes, ni le vin, ni le chant, Celui-là est un sot, et le sera sa vie durant.Google Scholar
  2. (2).
    Henri Heine. — De l’Allemagne.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag GmbH Deutschland 2001

Authors and Affiliations

There are no affiliations available

Personalised recommendations