Advertisement

Chapitre 1. La conquête de la perspective cosmologique dans le dialogue critique avec Heidegger

  • Claude Vishnu Spaak
Chapter
Part of the Phaenomenologica book series (PHAE, volume 223)

Abstract

Nous avons souligné en ouverture de ce travail que Patočka s’intéresse à la Physique parce qu’il y aperçoit à l’œuvre, comme Heidegger au reste, une caractérisation expresse du mouvement comme détermination ontologique de plein droit. Il s’est avéré que le mouvement n’est pas primordialement un simple accident qui affecte un étant préalablement apparu dans le monde, muni d’une essence fixée à l’avance, et susceptible ensuite de subir des variations dynamiques, telles qu’Aristote en répertorie par ailleurs les divers types (accroissement/diminution, altération, transport). Plus profondément, le mouvement désigne le procès par lequel tout ce qui est entre dans la présence, se manifeste comme l’étant qu’il est, et déploie son essence pendant la durée qui lui est impartie (fût-ce une durée infinie, incessante, comme c’est le cas avions-nous remarqué des sphères célestes qui peuplent la partie haute du monde se situant au-delà de l’orbite de la lune ; toutefois, les corps supralunaires n’étant pas susceptibles de génération, nous avions aussi remarqué que c’est en définitive la physique sublunaire qui intéresse Patočka au premier chef). Le philosophe est sensible au fait qu’Aristote pense le mouvement en termes d’émergence, de croissance, de genèse (γένεσις), mouvement qu’il convient de qualifier d’ontogénétique en tant qu’il prend en charge les conditions de l’advenue de l’étant à lui-même, c’est-à-dire à son être-individué occupant sa place dans le monde. Avec tout le crédit que prête Patočka à la catégorie physique de la γένεσις, ainsi que celle qui lui répond, le déclin ou la corruption (φθορά), il devient possible d’envisager le mouvement autrement que ne le fit Heidegger avant lui dans une veine phénoménologique pourtant proche en apparence, mais qui cache une différence importante : Heidegger interprète la portée du mouvement ontologique aristotélicien selon un sens que nous avions qualifié d’ontométabolique, et de la sorte il ne place pas autant l’accent sur sa dimension matérielle et incarnée.

Copyright information

© Springer International Publishing AG 2017

Authors and Affiliations

  • Claude Vishnu Spaak
    • 1
  1. 1.Institut supérieur de philosophie, Université Catholique de LouvainLouvain-la-NeuveBelgium

Personalised recommendations