Advertisement

Aspects psychiatriques de la révélation d’un cancer: est-ce toujours un traumatisme?

  • A. Ronson
  • G. Stefos
Chapter
Part of the Psycho-Oncologie book series (PSYCHONC)

Conclusion

Nous pensons que les manifestations dépressives, quelle que soit leur intensité, ne surviennent presque jamais isolément, mais en association avec des symptÔmes post-traumatiques, quelle que soit leur sévérité et quelle que soit leur intensité. Cela demande un réexamen complet et une éventuelle révision de l’épidémiologie des troubles psychiques en oncologie. Si l’existence de manifestations dépressives isolées devait cependant être avérée par un tel réexamen, deux hypothèses s’affronteraient, à savoir d’une part l’éventualité d’un « fondu enchaîné » — transition lente d’un tableau post-traumatique en phase de résolution vers une présentation dépressive résultant de l’impact des facteurs de stress « secondaires » — ou, d’autre part, la possibilité de deux orientations psycho-pathologiques distinctes, dont les déterminants devront être identifiés. Notre hypothèse est au moins soutenue par des données issues de la littérature psychiatrique générale. En effet, dans une revue de données rétrospectives et prospectives provenant d’un registre épidémiologique de jeunes adultes de l’État du Michigan, Breslau et al. (26) ont démontré qu’un risque augmenté de dépression majeure à la suite d’un événement traumatique n’existait que chez les personnes aussi atteintes de PTSD. Si l’on met en perspective ces données avec la démonstration, chez des patients cancéreux déprimés, d’une fréquence accrue de mémoires intrusives et de comportements d’évitement (27), il est permis d’anticiper l’existence d’un cercle vicieux renforçant l’amplitude du spectre post-traumatique au travers d’une intensification de la co-morbidité.

Des modèles d’intervention « universalistes », reposant exclusivement sur des formulations cognitives rationnelles, telles que « renforcer les convictions d’efficacité personnelle », « engager à nouveau l’individu dans la réalisation de ses objectifs », tout en l’incitant à « accommoder ses schémas cognitifs antérieurs à la réalité d’une espérance de vie diminuée (!) » (3), nous semblent, dans ce cadre, réducteurs et voués à l’échec dans la majorité des cas. Les données les plus récentes se révèlent d’ailleurs critiques à cet égard. En effet, il convient de reconnaître que, en dépit de certains résultats encourageants, l’efficacité des interventions psychosociales en oncologie reste généralement faible. Il est exemplaire à cet égard de souligner que Moynihan et al. (28) n’ont pas été en mesure de démontrer l’efficacité de la thérapie psychologique adjuvante dans une population de patients atteints de cancer testiculaire. Or, ce modèle de prise en charge, structuré et reproductible, était jusqu’alors considéré comme la référence en termes de thérapie cognitivo-comportementale chez le patient cancéreux. Il avait en fait été développé spécifiquement pour tenter de répondre aux besoins psychosociaux des patients cancéreux (29). Si les résultats d’une seule étude ne suffisent pas pour remettre en cause l’impression clinique d’un bénéfice substantiel des interventions psychosociales pour la qualité de vie, une revue de la littérature récente (30) confirme la difficulté d’établir de manière significative l’efficacité de ces interventions, fondées essentiellement sur des approches cognitives. La littérature relative au traitement psychologique du syndrome de stress post-traumatique se trouve, elle aussi, confrontée à d’importantes difficultés dans la démonstration de l’efficacité des modèles actuels. Cette observation ne peut manquer de soulever de multiples questions quant à l’adéquation des concepts fondateurs à l’origine de ces modèles.

L’expérience traumatique du cancer est caractérisée par deux spécificités qui lui sont presque uniques, au moins pour la première. En effet, la survenue de l’une des composantes de l’événement traumatique, en l’occurrence l’annonce du diagnostic de cancer, est prévisible. Cette caractéristique implique la possibilité de moduler éventuellement l’impact traumatogène de l’événement par la qualité de la communication lors de l’annonce du diagnostic de cancer. Par ailleurs, le processus d’adaptation post-traumatique fait l’objet d’obstacles multiples, potentiellement intenses et persistants, qui résultent du stigmate social de la maladie, des conséquences des traitements et de l’évolution éventuelle de l’affection néoplasique. Une intervention psychosociale de qualité optimale ne peut donc en aucune manière faire l’économie d’une prise en compte approfondie de tous les facteurs susceptibles d’entretenir le processus anxieux ou d’accroître le risque d’une évolution dépressive. Or, il nous semble que, au cours de ces dernières années, le souci apporté à l’effort de compréhension des aspects psychologiques associés au cancer s’est traduit par un relatif détachement des concepts de base qui faisaient appel à des programmes de « réhabilitation » pluridisciplinaires (31). Un retour aux sources est probablement indispensable à cet égard. D’autre part, et contrairement à une affirmation fréquemment avancée dans la littérature (32), nous ne pensons pas que la réalité d’une menace future — l’éventualité d’une rechute néoplasique — doive être considérée comme une caractéristique distinctive, spécifique de l’expérience traumatique du cancer.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Lazarus RS (1993) Coping theory and research: past, present, and future. Psychosom Med 55(3): 234–247PubMedGoogle Scholar
  2. 2.
    Spencer SM, Carver CS, Pice AA (1998) Psychological and social factors in adaptation. In Holland JC, ed. Psycho-oncology 211–222. Oxford University Press, New YorkGoogle Scholar
  3. 3.
    Brennan J (2001) Adjustment to cancer — coping or personal transition ? Psycho-oncology 10(1): 1–18PubMedCrossRefGoogle Scholar
  4. 4.
    Ehlers A, Clark DM (2000) A cognitive model of post-traumatic stress disorder. Behav Res Ther 38(4): 319–345PubMedCrossRefGoogle Scholar
  5. 5.
    Brewin CR (2001) A cognitive neuroscience account of post-traumatic stress disorder and its treatment. Behav Res Ther 39(4): 373–393PubMedCrossRefGoogle Scholar
  6. 6.
    Cella DF, Mahon SM, Donovan MI (1990) Cancer recurrence as a traumatic event. Behav Med 16(1): 15–22PubMedCrossRefGoogle Scholar
  7. 7.
    Gurevich M, Devins GM, Rodin GM (2002) Stress response syndromes and cancer: conceptual and assessment issues. Psychosomatics 43(4): 259–281PubMedCrossRefGoogle Scholar
  8. 8.
    Holland JC (1997) Preliminary guidelines for the treatment of distress. Oncology (Huntingt) 11(11A): 109–114Google Scholar
  9. 9.
    Moreau C, Zisook S (2002) Rationale for a post-traumatic stress spectrum disorder. Psychiatr Clin North Am 25(4): 775–790PubMedCrossRefGoogle Scholar
  10. 10.
    McGarvey EL, Canterbury RJ, Koopman C et al. (1998) Acute stress disorder following diagnosis of cancer. Intern J Rehabil Health 4(1): 1–15CrossRefGoogle Scholar
  11. 11.
    Harvey AG, Bryant RA (1999) The relationship between acute stress disorder and posttraumatic stress disorder: a 2-year prospective evaluation. J Consult Clin Psychol 67(6): 985–988PubMedCrossRefGoogle Scholar
  12. 12.
    Green BL, Krupnick JL, Rowland JH et al. (2000) Trauma history as a predictor of psychological symptoms in women with breast cancer. J Clin Oncol 18(5): 1084–1093PubMedGoogle Scholar
  13. 13.
    McFarlane AC (1988) The aetiology of post-traumatic stress disorders following a natural disaster. Br J Psychiatry 152: 116–121. 26PubMedCrossRefGoogle Scholar
  14. 14.
    Blanchard EB, Jones-Alexander J, Buckley TC et al. (1996) Psychometric properties of the PTSD Checklist (PCL). Behav Res Ther 34(8): 669–673PubMedCrossRefGoogle Scholar
  15. 15.
    Carlier IV, Gersons BP (1995) Partial post-traumatic stress disorder (PTSD): the issue of psychological scars and the occurrence of PTSD symptoms. J Nerv Ment Dis 183(2): 107–109PubMedCrossRefGoogle Scholar
  16. 16.
    Andrykowski MA, Cordova MJ (1998a) Factors associated with PTSD symptoms following treatment for breast cancer: test of the Andersen model. J Trauma Stress 11(2): 189–203PubMedCrossRefGoogle Scholar
  17. 17.
    Andrykowski MA, Cordova MJ, Studts JL et al. (1998b) Post-traumatic stress disorder after treatment for breast cancer: prevalence of diagnosis and use of the PTSD Checklist-Civilian Version (PCL-C) as a screening instrument. J Consult Clin Psychol 66(3): 586–590PubMedCrossRefGoogle Scholar
  18. 18.
    Van Der Kolk BA, Pelcovitz D, Roth S et al. (1996) Dissociation, somatization and affect dysregulation: the complexity of adaptation of trauma. Am J Psychiatry 153(Suppl 7): 83–93PubMedGoogle Scholar
  19. 19.
    Kinzie JD, Goetz RR (1996) A century of controversy surrounding posttraumatic stress-spectrum syndromes: the impact on DSM III and DSM IV. J Trauma Stress 9(2): 159–179PubMedCrossRefGoogle Scholar
  20. 20.
    Ronson A (2002) Le diagnostic et le traitement de la dépression en phase avancée du cancer. Rev Med Brux 23(5): 417–421PubMedGoogle Scholar
  21. 21.
    McFarlane AC, Weber DL, Clark CR (1993) Abnormal stimulus processing in post-traumatic stress disorder. Biol Psychiatry 34(5): 311–320PubMedCrossRefGoogle Scholar
  22. 22.
    Ronson A, Body JJ (2005) Psychosocial rehabilitation of cancer patients after curative therapy. Supp Care Cancer 2002 10(4): 281–291. L’Encéphale 31:118-26CrossRefGoogle Scholar
  23. 23.
    Paterson RJ, Neufeld RW (1987) Clear danger: situational determinants of the appraisal of threat. Psychol Bull 101: 404–416PubMedCrossRefGoogle Scholar
  24. 24.
    McFarlane AC, Yehuda R, Clark CR (2002) Biologic models of traumatic memories and post-traumatic stress disorder. The role of neural networks. Psychiatr Clin North Am 25: 253–270Google Scholar
  25. 25.
    Greene JD, Sommerville RB, Nystrom LE et al. (2001) An FMRI investigation of emotional engagement in moral judgment. Science 293: 2105–2108PubMedCrossRefGoogle Scholar
  26. 26.
    Breslau N, Davis GC, Peterson EL et al. (2000) A second look at comorbidity in victims of trauma: the post-traumatic stress disorder-major depression connection. Biol Psychiatry 48: 902–909PubMedCrossRefGoogle Scholar
  27. 27.
    Brewin CR, Watson M, McCarthy S et al. (1998) Intrusive memories and depression in cancer patients. Behav Res Ther 36: 1131–1142PubMedCrossRefGoogle Scholar
  28. 28.
    Moynihan C, Bliss JM, Davidson J et al. (1998) Evaluation of adjuvant psychological therapy in patients with testicular cancer: randomized controlled trial. BMJ 316: 429–435PubMedGoogle Scholar
  29. 29.
    Greer S, Moorey S, Baruch JD et al. (1992) Adjuvant psychological therapy for patients with cancer: a prospective randomized trial. BMJ 304: 675–680PubMedCrossRefGoogle Scholar
  30. 30.
    Ronson A (2004) Psychiatric disorders in oncology: recent therapeutic advances and new conceptual frameworks. Curr Opin Oncol 16: 318–323PubMedCrossRefGoogle Scholar
  31. 31.
    Body JJ, Lossignol D, Ronson A (1997) The concept of rehabilitation of cancer patients. Curr Opin Oncol 9: 332–340PubMedCrossRefGoogle Scholar
  32. 32.
    Kangas M, Henry JL, Bryant RA (2002) Post-traumatic stress disorder following cancer. A conceptual and empirical review. Clin Psychol Rev 22: 499–524PubMedCrossRefGoogle Scholar
  33. 33.
    Horowitz MJ, Bonanno GA, Holen A (1993) Pathological grief: diagnosis and explanation. Psychosom Med 55: 260–273PubMedGoogle Scholar
  34. 34.
    Cella DF, Tross S (1986) Psychological adjustment to survival from Hodgkin’s disease. J Consult Clin Psychol 54: 616–622PubMedCrossRefGoogle Scholar
  35. 35.
    Ell K, Nishimoto R, Morvay T et al. (1989) A longitudinal analysis of psychological adaptation among survivors of cancer. Cancer 63: 406–413PubMedCrossRefGoogle Scholar

Reference

  1. Pas d’appel direct dans le texte: Gurevich M, Devins GM, Wilson C et al. (2004) Stress response syndromes in women undergoing mammography: a comparison of women with and without a history of breast cancer. Psychosom Med 66(1): 104–112Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France, Paris 2011

Authors and Affiliations

  • A. Ronson
    • 1
  • G. Stefos
    • 1
  1. 1.PsychiatreInstitut Jules BordetBruxelles

Personalised recommendations