Advertisement

Sphygmologie du Neijing

  • Éric Marié
Part of the Médecines d’Asie: Savoirs et Pratiques book series (MEDASIE)

Résumé

Le Huangdi neijing 黃帝內經 [Classique interne de l’Empereur jaune] est indiscutablement le texte fondateur le plus important, le plus consensuel et le plus souvent cité, commenté et utilisé de toute la littérature médicale chinoise. Il n’est évidemment pas question d’en faire ici une description exhaustive, pas plus que de développer les circonstances et les modalités de sa création. Cellesci ont fait l’objet de nombreuses recherches, tant en Extrême-Orient (Chine, Taïwan, Japon et Corée, principalement) que dans de nombreux autres pays1. Cependant, comme il n’est pas non plus possible de tout en ignorer, il apparaît difficile de faire l’économie d’une présentation générale d’une oeuvre aussi essentielle.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Voir, par exemple, Y. Keiji, «The Formation of the Huang-ti nei-ching », Acta Asiatica, Special Issue: Studies in the History of Chinese Science, 36:67–89, 1979.Google Scholar
  2. 2.
    Wang Hongtu, Neijing, Beijing, Renming weisheng chubanshe, 2000, p. 57.Google Scholar
  3. 3.
    Institut Ricci, Dictionnaire français de la langue chinoise, Taipei, Kuangchi Press, 1986, caractère no 4441.Google Scholar
  4. 14.
    Wu Guoqing (dir.), Zhongguo yixue dacheng xubian, Changsha, Yuelu shutu chuban, 1992.Google Scholar
  5. 15.
    Li Zhongzi, Neijing zhiyao, Zhongguo shudian chuban, 1994.Google Scholar
  6. 16.
    Li Zhongzi, « Neijing zhiyao » dans Yixue quanshu [Œuvres intégrales de médecine], Beijing, Zhongguo zhongyiyao chubanshe, 1999, p. 1–64.Google Scholar
  7. 17.
    Shanghai zhongyi xueyuan, Lidai zhongyi zhenben jisheng, Shanghai, Shanghai sanlian shudian chuban, 1990, vol. 1 et 2.Google Scholar
  8. 18.
    « Yijin yifa », Lidai zhongyi zhenben jicheng, Shanghai sanlian shudian chuban, 1990, vol. 1, p. 45–48.Google Scholar
  9. 19.
    Op. cit., p. 47, 1re colonne.Google Scholar
  10. 21.
    Lidai zhongyi zhenben jicheng, vol. 2.Google Scholar
  11. 22.
    Op. cit., rouleau 1, p. 3.Google Scholar
  12. 23.
    Liu Zheng (dir.), Jindai zhongyi zhenben ji, Xijiang kexue jishu chuban tuchuban, 1990–1994.Google Scholar
  13. 26.
    Voir dans ce chapitre: « Origine et signification du nom de l’oeuvre et de ses parties », p. 62, Compilation des oeuvres médicales. Deux éditions pékinoises contemporaines, réalisées par Renmin weisheng chubanshe, ont été utilisées pour cette recherche: celle de 1959 et celle de 1988–1995.Google Scholar
  14. 29.
    Celle qui a été le plus souvent utilisée au cours de cette recherche est: Zhang Jiebin, Leijing, Beijing, Renmin weisheng chubanshe, 1965–1985, 1170 p. en 2 vol.Google Scholar
  15. 41.
    Wang Hongtu, Diseases, symptoms and clinical applications ot the Yellow Emperor’s Canon on internal medicine, Beijing, New world press, 1999.Google Scholar
  16. 53.
    Zhao Enjian, Zhongyi maizhenxue, Tianjin kexue zhishu chubanshe, 1992, p. 50.Google Scholar
  17. 80.
    M. Granet, La Pensée chinoise, La Renaissance du livre, Paris, 1934, rééd. Albin Michel, Paris, 1968.Google Scholar
  18. 81.
    Op. cit., chap. III, « Les nombres », p. 127.Google Scholar
  19. 82.
  20. 83.
    Op. cit., p. 128.Google Scholar
  21. 89.
    Artères préauriculaires, au niveau du point Heliao (22 TR), selon Yang Shangshan, tandis que Wu Kun, dans son Wuzhu Huangdi neijing suwen, cite le point Ermen (21 TR). Ces deux points sont anatomiquement proches.Google Scholar
  22. 97.
    En relation symbolique avec les neuf palais et les neuf fleuves, selon Zhang Jingyue. Cela est lié à la représentation symbolique du Mingtang (Palais de la Lumière), archétype idéal de l’organisation spatiale, avec ses neufs salles contingentes, disposées en carré de trois sur trois.Google Scholar
  23. 99.
    « Hailun [Traité des Mers] », Lingshu, 33.Google Scholar
  24. 101.
    On peut lire quelques arguments en faveur de cette correspondance dans J. M. Eyssalet et al., Diététique énergétique et médecine chinoise, vol. 1, p. 134–138.Google Scholar
  25. 108.
    « Pingren qi xiang lun [Traité des manifestations du Qi d’une personne saine] », Suwen, 18.Google Scholar
  26. 119.
  27. 120.
  28. 121.
    Zhai Shuangqing, « Lun “Neijing” zhenmai de gezhong butong xueshuo [Théories différentes issues de la diversité des diagnostics sphygmologiques selon le “Neijing”] », Beijing zhongyi xueyuan xuebao [Revue académique de l’Institut de médecine chinoise de Beijing], 1989–6, p.10–14.Google Scholar
  29. 122.
    Voir § « Normalité et pathologie, Énergie de l’Estomac », p. 94.Google Scholar
  30. 123.
    Voir § « Les trois parties et les neufs poste d’observation », p. 85.Google Scholar
  31. 124.
    Voir § « Les trois parties et les neufs poste d’observation », p. 85.Google Scholar
  32. 125.
    Voir § « Pouls faisant référence à des pathologies des Méridiens », p. 81.Google Scholar
  33. 127.
    Voir § « Pouls faisant référence à des pathologies des Méridiens », p. 81.Google Scholar
  34. 128.
    Voir § « Pouls du “pouce” et pouls du “pied” », p. 76.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • Éric Marié
    • 1
  1. 1.Faculté de médecine de MontpellierMontpellierFrance

Personalised recommendations