Advertisement

Premières sources sur la sphygmologie chinoise

  • Éric Marié
Part of the Médecines d’Asie: Savoirs et Pratiques book series (MEDASIE)

Résumé

Le diagnostic par la palpation des pouls est mentionné dans le Shiji 史記 [Mémoires historiques] de Sima Qian, rédigé environ un siècle avant notre ère. L’auteur évoque la vie du fameux médecin Qin Yueren (vers 407–310), plus connu sous le nom de Bian Que, dont les prouesses médicales sont au coeur de plusieurs anecdotes. Sa méthode de diagnostic est décrite comme reposant sur « la palpation des pouls, l’observation du teint, l’écoute des sons (corporels) et la description de la forme (corporelle)1 ». Dans le trentième rouleau du Hanshu 漢書 [Livre des Han]2, rédigé vers 82, des titres d’ouvrages médicaux attribués à Bian Que sont mentionnés3, mais leur contenu ne nous est pas parvenu. Il a longtemps été considéré comme l’auteur du Nanjing 經難 [Classique des Difficultés], mais celui-ci a été rédigé beaucoup plus tardivement. Les auteurs anciens considéraient parfois que Bian Que était à l’origine des méthodes de diagnostic par la palpation des pouls qui sont exposées dans les premiers traités classiques. Il faut d’ailleurs noter que le Maijing 脈經 [Classique des pouls] de Wang Shuhe consacre quatre des cinq chapitres de son cinquième juan à des méthodes attribuées à Bian Que. Il est cependant difficile de se prononcer sur la nature et l’étendue des apports de ce personnage4, d’autant qu’il faudrait préalablement discerner les aspects légendaires et les données historiques de sa biographie, ce qui n’est pas clairement établi.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 4.
    Voir, à ce propos Liao Yuqun, « Bianque maixue yanjiu [Recherche sur la sphygmologie de Bian Que] », Zhonghua yishi zazhi [Revue chinoise d’histoire de la médecine], 1988, vol. 18, p. 65–69.PubMedGoogle Scholar
  2. 7.
    Mawangdui Hanmu boshu [Livres sur soie de la tombe Han de Mawangdui], Beijing, Wenwu chubanshe, 1985, t. IV.Google Scholar
  3. 8.
    Mawangdui yishu kaozhu [Analyse et commentaires des livres médicaux de Mawangdui], Tianjin, Tianjin kexue jishu chubanshe, 1988, 444 p.Google Scholar
  4. 12.
    Voir Y. Robert, « Les arts thérapeutiques chinois au IIIe siècle avant notre ère », Médecine chinoise et médecines orientales, no 2, p. 55–72.Google Scholar
  5. 13.
    « Jiangling Zhangjiashan Hanjian Maishu shiwen » Jiangling Zhangjiashan Hanjian zhengli xiaozu, Wenwu, 7, 1989, p. 72–75.Google Scholar
  6. 18.
    S. Kuriyama, The Expressiveness of the Body and the Divergence of Greek and Chinese Medicine, New York, Zone Books, 1999, p. 43.Google Scholar
  7. 19.
    Rappelons que le Nanjing [Classique des difficultés] est structuré en quatre-vingt-un chapitres, chacun d’entre eux portant sur l’explicitation d’un point particulier, d’une « difficulté », voire d’une incohérence apparente émanant des théories de la médecine chinoise. Voir chap. « Sphygmologie du Nanjing », p. 103.Google Scholar
  8. 20.
    Ma Jixing, « Zhangjiashan Hanjian “Maishu” zhong de wuzhong guyiji (xu) [Cinq genres de livres médicaux anciens provenant du ‘Livre des vaisseaux” des tablettes sur bambou des Han de Zhangjiashan] », Zhongyi zazhi [Journal de médecine chinoise], no 31, 1990, p. 51.Google Scholar
  9. 21.
  10. 23.
    Ma Jixing, Zhangjiashan Hanjian “Maishu” zhong de wuzhong guyiji (xu) [Cinq genres de livres médicaux anciens provenant du ‘Livre des vaisseaux” des tablettes sur bambou des Han de Zhangjiashan] », Zhongyi zazhi [Journal de médecine chinoise], no 31, 1990 op. cit., p. 52.Google Scholar
  11. 25.
    Voir chap. « Sphygmologie du Neijing », p. 61.Google Scholar
  12. 30.
    Ce qui conduit Husson (traducteur du Suwen) à faire l’impasse sur la traduction du passage concerné, en mentionnant seulement: « 16 mots aberrants » (A. Husson, Méridien, H.S. « Huang Di Nei Jing Su Wen », ASMAF, Paris, 1973, p. 118).Google Scholar
  13. 32.
    Y. Robert, Les arts thérapeutiques chinois au IIIe siècle avant notre ère », Médecine chinoise et médecines orientales, no 2 op. cit., p. 63.Google Scholar
  14. 33.
    Liu Shijing et Zhu Qian, « Xiangmai zhi dao kaoding [Étude critique de la façon d’examiner le pouls] », Zhonghua yishi zazhi [Revue chinoise d’histoire de la médecine], 1997, vol. 27, no 4, p. 198–200.Google Scholar
  15. 34.
    Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise, vol. V, p. 782.Google Scholar
  16. 37.
    Yang Shangshan, Huangdi neijing taisu, Beijing, Renming weisheng chubanshe, 1983, p. 239–240.Google Scholar
  17. 42.
    S. Kuriyama, op. cit., p. 42–43.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • Éric Marié
    • 1
  1. 1.Faculté de médecine de MontpellierMontpellierFrance

Personalised recommendations