Advertisement

La sphygmologie chinoise en Europe : médecins sinophiles et médecins sinophobes

  • Éric Marié
Part of the Médecines d’Asie: Savoirs et Pratiques book series (MEDASIE)

Résumé

Alors que la fin du XVII e siècle marque l’introduction en Europe des doctrines chinoises sur la sphygmologie, on assiste, à partir de cette époque, à un développement considérable de la palpation des pouls qui devient même, pour certains médecins, la méthode centrale du diagnostic et du pronostic. Tandis que, depuis le début du Moyen Âge, urines et pouls étaient toujours associés dans la littérature médicale, en quelques décennies la sphygmologie accède au rang de discipline autonome. Son apogée se situe vers le milieu du XVIII e siècle et perdure quelques décennies. Cet engouement s’exprime également sous la forme d’une opposition grandissante aux doctrines antiques transmises par Galien et donne naissance à une « querelle des Anciens et des Modernes » qui fait écho à la controverse littéraire du même nom initiée quelques décennies plus tôt. Il est intéressant d’examiner si l’on peut déceler, sinon des liens directs, du moins quelques analogies entre la dispute qui naît dans le monde des lettres et les débats médicaux sur les pouls. Pour cela, il faut rappeler brièvement quelques faits.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 3.
    W. Harvey, « Seconde réponse à Riolan, 1649 », dans la trad. française de C. Richet, William Harvey, De Motu cordis. La circulation du sang. Des mouvements du coeur chez l’homme et les animaux. Deux réponses à Riolan, Paris, Christian Bourgois, coll. « Epistémè Classiques », 1990.Google Scholar
  2. 4.
    F. Hoffman, « Pulsus, pouls », Dictionnaire universel de médecine, Paris, chez Briasson, David l’Aîné et Durand, 1746–1748, t. V, p. 791–798.Google Scholar
  3. 5.
    Ibid., p. 791.Google Scholar
  4. 6.
    P. Hunauld, Traité du pouls ou des connaissances qu’on peut acquérir par son moyen..., Paris, chez la veuve de Denis-Antoine Pierres, 1747.Google Scholar
  5. 7.
    Op. cit., Préface (s. p.).Google Scholar
  6. 10.
    R. Descartes, De l’homme, Paris, C. Angot, 1664. L’ouvrage, rédigé vers 1632 est resté inachevé. Il est publié dans la traduction latine de Florent Schyul, en 1662, puis dans sa version française d’origine en 1664.Google Scholar
  7. 11.
    G. A. Borelli, De motu animalium, Romae, A. Bernabo, 1680–1681, 2 vol.Google Scholar
  8. 13.
    P. Hunauld, op. cit., p. 4–5.Google Scholar
  9. 14.
    Ibid., p. 6.Google Scholar
  10. 15.
    Ibid., p. 11–12.Google Scholar
  11. 16.
    J.-J. Menuret de Chambaud, Nouveau Traité du pouls, Amsterdam, Vincent, 1768, p. 75.Google Scholar
  12. 17.
    D. Diderot et J. Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des lettres, Paris, Briasson, 1751–1780, t. XIII, art. « Pouls ».Google Scholar
  13. 18.
    L. Bellini, De Urinis et pulsibus, de missione sanguinis, de febribus, de morbis capitis et pectoris, Bononiae, A. Pisarrij, 1683.Google Scholar
  14. 19.
    Op. cit., « De Pulsibus », p. 57–75.Google Scholar
  15. 20.
    W. Harvey, Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus, Francfort, 1628.Google Scholar
  16. 21.
    J. Nieuhof, L’Ambassade de la Compagnie orientale des Provinces Unies vers l’Empereur de la Chine ou Grand Cam de Tartarie, faite par les Srs. Pierre De Goyer et Jacob De Keyser, A. Leyde, Jacob de Meurs, 1665.Google Scholar
  17. 22.
    J. Ogilby, An Embassy from the East-India Company..., Londres, 1673.Google Scholar
  18. 23.
    W. Wotton, Reflections upon Ancient and Modern Learning, Londres, 1705.Google Scholar
  19. 24.
    I. Vossius, Variarum observationum liber, Londres, R. Scott, 1685, p. 69–85.Google Scholar
  20. 25.
    M. D. Grmek, op. cit., p. LXXXI.Google Scholar
  21. 26.
    D. Abercromby, De variatione ae varietate pulsus observationes, Londres, S. Smith, 1685.Google Scholar
  22. 27.
    Ibid, « Author Lectori »Google Scholar
  23. 28.
    J. Floyer, The Physician’s Pulse-Watch, or, an Essay to Explain the Old Art of Feeling the Pulse, and to improve it by the Help of a Pulse-Watch, Londres, S. Smith et B. Walford, 1707.Google Scholar
  24. 29.
    J. Floyer, L’oriuolo da polso de medici, ovvero un saggio per ispiegare l’arte antica di tastare il polso..., Venise, G. G. Ertz, 1715.Google Scholar
  25. 31.
    J. Floyer, op. cit., I, p. 31.Google Scholar
  26. 32.
    Ibid., p. 330.Google Scholar
  27. 33.
    J. C. Barchusen, De medicinae origine et progressu dissertationes, Trajecti ad Rhenum, 1723.Google Scholar
  28. 35.
    F. Solano de Lucques, Lapis Lydius Appolinis, Madrid, J. Gonzalez, 1731.Google Scholar
  29. 36.
    J. Nihell, New and extraordinary observations, concerning the predictions of various crisis by the means of the pulse, Londres, James Crokatt, 1741.Google Scholar
  30. 37.
    Observations nouvelles & extraordinaires sur la prédiction des crises, de Bure etc. par D. Francisco Solano de Lucques, enrichies de plusieurs cas nouveaux, par M. Nihell, Paris, chez de Bure l’Aîné, 1748.Google Scholar
  31. 38.
    Pour ce qui concerne l’origine et les théories du vitalisme, voir la thèse de R. Rey, Naissance et développement du vitalisme en France, de la deuxième moitié du SVIII e siècle à la fin du Premier Empire, université de Paris I, 1987, 3 vol.Google Scholar
  32. 39.
    T. de Bordeu, Recherches sur le pouls par rapport aux crises, Paris, chez de Bure, 1756.Google Scholar
  33. 40.
    Ibid., seconde éd., 2 vol., Paris, P. F. Didot Jeune, t. I et II, 1768; ibid., même éditeur, t. III, 1772; ibid., 3 t. en 4 vol., même éditeur, 1779.Google Scholar
  34. 41.
    Ibid., « Discours préliminaire », p. xxix.Google Scholar
  35. 42.
    Ibid., p. xxv–xxviii, voir fac-similé de ces quatre pages, reproduit p. 348.Google Scholar
  36. 44.
    D. Cox, Nouvelles Observations sur le pouls intermittent... publiées en anglois en 1758, traduit et augmenté par M. D*** (Dupuy), Amsterdam, se vend à Paris chez Vincent, 1761.Google Scholar
  37. 45.
    M. Flemyng, Dissertation sur les découvertes de François Solano. Londres, S. Bladon, 1767.Google Scholar
  38. 46.
    J. J. Menuret de Chambaud, Nouveau Traité du pouls, Amsterdam, Vincent, 1768.Google Scholar
  39. 47.
    H. Fouquet, Essai sur le pouls par rapport aux affections des principaux organes..., Montpellier, chez J. Martel, 1767.Google Scholar
  40. 49.
    R. Desgenettes, Biographie médicale, vol. IV, Paris, 1821, p. 214–222.Google Scholar
  41. 50.
    H. Fouquet, op. cit., p. XLVIII–LI.Google Scholar
  42. 51.
    J.-B. Du Halde, Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, chez P. G. Le Mercier, 1735.Google Scholar
  43. 52.
    M. D. Grmek, op. cit., p. LXXXVIII.Google Scholar
  44. 53.
    Op. cit., III, p. 383.Google Scholar
  45. 54.
    L. Pfister, Notices biographiques et bibliographiques sur les Jésuites de l’ancienne mission de Chine, Paris, 1932.Google Scholar
  46. 55.
    Zhongguo yiji tongkao [Étude compréhensive des écrits médicaux de Chine], Shanghai, Shanghai zhongyi xueyuan chuban she [Éditions de l’Institut de médecine chinoise de Shanghai], 1992, t. I, p. 811–812.Google Scholar
  47. 56.
    J.-A.-M. de Moyriac de Mailla, L’Histoire Générale de la Chine, ou Annales de cet Empire..., Paris, 1777–1785.Google Scholar
  48. 57.
    P. A. Huard, « La médecine chinoise dans les milieux parisiens du XVIII e siècle, La semaine des hôpitaux, 1959, vol. 35, no 58, p. 3519–3527.Google Scholar
  49. 58.
    H. Cordier, La Chine en France au XVIII e siècle,. Paris, H. Laurens, 1910.Google Scholar
  50. 59.
    Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les arts, les moeurs, les usages etc. des Chinois, par les missionnaires de Pékin, publié par MM. Batteaux et de Bréquigny etc., 15 vol., Paris, Nyon, 1776–1791.Google Scholar
  51. 60.
    Des extraits de certains de ces courriers sont reproduits dans M. D. Grmek, op. cit., chap. I, p. IV–XXIV.Google Scholar
  52. 62.
    C. J. Saillant, An ex vario variorum arteriarum motu variae diagnosci possint hominum διαθεσιζ, Paris, Quillan, 1770.Google Scholar
  53. 77.
    Bibliothèque nationale de France, fonds Bréquigny, vol. II, ff. 16–19.Google Scholar
  54. 78.
    Voir note 69, p. 359.Google Scholar
  55. 82.
    Bibliothèque nationale de France, fonds Bréquigny, vol. II, ff. 237–242.Google Scholar
  56. 83.
    M. D. Grmek, op. cit., p. CI.Google Scholar
  57. 84.
    K. Sprengel, Versuch einer pragmatischen Geschichte der Arzneikunde, Halle, Gebauer, 1792–1803.Google Scholar
  58. 85.
    K. Sprengel, Histoire de la médecine, depuis son origine jusqu’au XIX e siècle, traduit de l’allemand par A. J. L. Jourdan et revu par E. F. M. Bosquillon, Paris, Deterville et Desoer, 1815, vol. 1–7; Paris, Béchet, 1820, vol. 8–9.Google Scholar
  59. 86.
    M. D. Grmek, op. cit., p. CI.Google Scholar
  60. 87.
    J.-P.-A. Rémusat, Dissertatio de glosso-semeiotice, sive de signis morborum quae e lingua sumuntur, praesertim apud Sinenses, thèse, Paris, 1813.Google Scholar
  61. 88.
    F. A. Lepage, Recherches historiques sur la médecine des Chinois, thèse de médecine, Paris, 1813.Google Scholar
  62. 89.
  63. 90.
  64. 91.
    Voir D. Geoffroy, L’Acupuncture en France au XIX e siècle, Sainte-Ruffine, Maisonneuve, 1986.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • Éric Marié
    • 1
  1. 1.Faculté de médecine de MontpellierMontpellierFrance

Personalised recommendations