Advertisement

La sphygmologie à l’époque moderne avant les apports chinois

  • Éric Marié
Part of the Médecines d’Asie: Savoirs et Pratiques book series (MEDASIE)

Résumé

Dans l’histoire de la médecine occidentale, la Renaissance est une période qui présente de grandes difficultés d’analyse. Il peut être tentant de l’appréhender en s’appuyant sur les découvertes, principalement en anatomie et en physiologie, qui déterminent des étapes essentielles et qui font de leurs auteurs les fondateurs ou les réformateurs de la connaissance médicale. On pourrait ainsi dire qu’il y a un avant et un après Vésale, le même raisonnement pouvant s’appliquer à Harvey et à bien d’autres. Il ne faut cependant pas faire abstraction du fait que cette analyse ressort du point de vue de la médecine contemporaine qui retient principalement les découvertes et les théories sur lesquelles elle se fonde aujourd’hui et qui appartiennent aux phases de son développement. Certains personnages deviennent ainsi a posteriori des précurseurs de la pensée scientifique tandis que d’autres sont relégués dans la vaste périphérie de l’obscurantisme. Cette division repose principalement sur une perception anachronique qui fait de la médecine ancienne l’ancêtre obligatoire de son homologue contemporaine, comme l’a remarquablement exprimé Jacques Roger :

« L’histoire des sciences est une longue aventure dont nous connaissons la suite et même, pour certains de ses épisodes, la fin. Cela risque de nous fausser les perspectives. Sans doute est-ce un spectacle émouvant pour tout esprit, et instructif pour le philosophe, que celui d’une vérité scientifique qui se forme progressivement, à travers mille détours et mille obstacles. Mais l’historien risque à chaque instant de se trouver induit en tentation d’anachronisme. Est-il légitime, par exemple, de consacrer aux progrès de l’anatomie la presque totalité d’une étude sur la médecine du XVI e siècle 1[...] ? »

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    J. Roger, Pour une histoire des sciences à part entière, Paris, Albin Michel, 1995, p. 77.Google Scholar
  2. 2.
    Serrurier, article « Pouls » in Dictionnaire des sciences médicales, vol. 44, Paris, 1820, p. 416.Google Scholar
  3. 3.
    G. de Baillou, Definitionum medicarum liber, Paris, Jacq. Quesnel, 1640.Google Scholar
  4. 4.
    Serrurier, op. cit., p. 418Google Scholar
  5. 5.
    Cité par Freind (1675–1728), médecin anglais, auteur de The history of physick: from the time of Galen to the beginning of the sixteenth century, London, J. Walthoe, 1749–1750.Google Scholar
  6. 6.
    G. Zecchi, Consultationum medicinalium, Rome, 1599.Google Scholar
  7. 7.
    Ibid., p. 477–499.Google Scholar
  8. 8.
    J. Struss, Sphygmicae artis libri quinque, Bâle, 1555.Google Scholar
  9. 9.
    Serrurier, op. cit., p. 417.Google Scholar
  10. 10.
    M. D. Grmek, « Les effets de la sphygmologie chinoise dans la médecine occidentale », Biologie médicale, vol. LI, 60e année, février 1962, no H.S., p. XXXIII.Google Scholar
  11. 11.
    G. Struzio, Dell’arte sfigmica libri V, traduzione, introduzione e note storiche di C. Castellani, Milan, 1961.Google Scholar
  12. 12.
    Paracelsus, De urinarum ac pulsuum judiciis, Coloniae, apud haeredes Arnoldi Birckmanni, 1568.Google Scholar
  13. 15.
    E. Sudhoff, 96.Google Scholar
  14. 17.
    Paracelsus, op. cit., p. 39.Google Scholar
  15. 18.
    Paracelse, « Traité de la matrice » dans OEuvres médico-chimiques, Liber Paramirum, IV, Éditions traditionnelles, 1912, vol. II, p. 204.Google Scholar
  16. 19.
    Voir É. Marié, Précis de médecine alchimique à partir des XIV Livres des Paragraphes de Paracelse, Paracelse, 1989.Google Scholar
  17. 20.
    Paracelse, « De l’origine de toutes les maladies provenant du tartre [De Morborum utriusque professionis origine et caussa ex Tartaro] » dans OEuvres médico-chimiques, Liber Paramirum, III, Éditions traditionnelles, 1912, vol. II.Google Scholar
  18. 21.
    Ces alchimistes correspondent aux fonctions du corps (digestion, assimilation...). au]Voir É. Marié, Introduction à la médecine hermétique à travers l’oeuvre de Paracelse, Paracelse, 1988, p. 91–99.Google Scholar
  19. 22.
    É. Marié, op. cit., p. 165–180.Google Scholar
  20. 23.
    Paracelsus, De urinarum ac pulsuum judiciis, Coloniae, apud haeredes Arnoldi Birckmanni, 1568, p. 25.Google Scholar
  21. 24.
    H. Saxonia, De pulsibus libri tres, Patavii, Franciscum Bolzettam, 1603, fo 1.Google Scholar
  22. 25.
    R. Fludd, Integrum Morborum Mysterium sive Medicina Catholica, seu Mysticum artis medendi sacrarium, Frankfurt, W. (et G.) Fitzerum, 1629–1631.Google Scholar
  23. 26.
    Ibid., (traité I, section 2), De Pulsuum Scientia.Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • Éric Marié
    • 1
  1. 1.Faculté de médecine de MontpellierMontpellierFrance

Personalised recommendations