Advertisement

Syndrome de Bloom

  • Mounira Amor-Guéret
Chapter

Abstrait

Le syndrome de Bloom (BS) est une maladie génétique autosomique récessive rare qui appartient à la famille des maladies dites « cassantes », maladies associées à la présence de cassures chromosomiques spontanées ou induites. La fréquence de la maladie en France n’est pas connue. Son incidence calculée dans les autres pays est de un sur 10 836 000 au Japon, un sur 6 331 000 aux États-Unis, un sur 2 395 000 en Hollande (1), et est estimée à environ un sur 48 000 dans la population juive ashkénaze du fait d’un effet fondateur. Sur la base des données recueillies dans le Bloom’s Syndrome Registry, mis en place par James German en 1960 et correspondant au suivi de 168 patients BS pendant 30 ans (2), ce syndrome se manifeste cliniquement par un retard staturopondéral (la taille des hommes à l’âge adulte variant de 130 à162 cm, et celle des femmes de 122 à 151 cm), souvent associé à un érythème du visage apparaissant après exposition au soleil, rappelant celui des patients atteints de lupus érythémateux (3). Une dolichocéphalie, ainsi que des zones d’hypo- et d’hyperpigmentation appelées taches « café au lait », localisées essentiellement sur le tronc et les extrémités, sont fréquemment retrouvées. Au-delà de ces caractéristiques physiques, ces patients présentent souvent au cours de la petite enfance un déficit immunitaire modéré, parfois sévère, qui se manifeste par une susceptibilité accrue aux infections banales durant l’enfance (otites, pharyngites, infections respiratoires et/ou gastro-intestinales).

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    German J, Takebe H (1989) Bloom’s syndrome. XIV. The disorder in Japan. Clin Genet 35: 93–110PubMedCrossRefGoogle Scholar
  2. 2.
    German J (1997) Bloom’s syndrome. XX. The first 100 cancers. Cancer Genet Cytogenet 93: 100–6PubMedCrossRefGoogle Scholar
  3. 3.
    Bloom D (1954) Congenital telangiectatic erythema resembling lupus erythematosus in dwarfs; probably a syndrome entity. AMA Am J Dis Child 88: 754–8PubMedGoogle Scholar
  4. 4.
    Amor-Guéret M (2004) Orphanet. http://www.orpha.net/data/patho/GB/uk-Bloom syndrome.pdfGoogle Scholar
  5. 5.
    Chaganti RSK, German JL (1985) Genetics in clinical oncology. Oxford University Press, New-York, p 213–216Google Scholar
  6. 6.
    Ellis NA, Graden J, Ye TZ et al. (1995) The Bloom’s syndrome gene product is homologous to RecQhelicases. Cell 83: 655–66PubMedCrossRefGoogle Scholar
  7. 7.
    Karow JK, Chakraverty RK, Hickson ID (1997) The Bloom’s syndrome gene product is a 3'-5' DNA helicase. J Biol Chem 272: 30611–4PubMedCrossRefGoogle Scholar
  8. 8.
    Rong SB, Valiaho J, Vihinen M (2000) Structural basis of Bloom syndrome (BS) causing mutations in the BLM helicase domain. Mol Med 6: 155–64PubMedGoogle Scholar
  9. 9.
    German J, Sanz MM, Ciocci S (2007) Syndrome-causing mutations of the BLM gene in persons in the Bloom’s Syndrome Registry. Hum Mutat 28: 743–53PubMedCrossRefGoogle Scholar
  10. 10.
    Amor-Guéret M, Dubois d’Enghien C, Laugé A et al. (2008) Three new BLM gene mutations associated with Bloom syndrome. Genet test 12: 257–61PubMedCrossRefGoogle Scholar
  11. 11.
    Amor-Guéret M (2006) Bloom syndrome, genomic instability and cancer: the SOS-like hypothesis. Cancer Lett 236: 1–12PubMedCrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2009

Authors and Affiliations

  • Mounira Amor-Guéret
    • 1
  1. 1.UMR 2027CNRS Section de Recherche Institut Curie BâtimentOrsay Cedex

Personalised recommendations