Advertisement

La phénoménalisation et son expression

Vers l’origine phénoménologique du langage
  • Délia Popa
Part of the Phaenomenologica book series (PHAE, volume 187)

Quel est le rapport que le langage entretient avec la phénoménalisation, ce mouvement de manifestation qui nous fait venir aux phénomènes compris dans leur apparaître originel ? Comment le langage s’articule-t-il au fil de l’intuition qui cherche à en saisir la donation ? Comment les évidences phénoménologiques en viennent-elles à s’exprimer en lui de manière claire et pérenne ? Ces questions acquièrent leur pertinence à partir du dessein de saisir les phénomènes en un langage adéquat, qui fut une des premières et principales finalités de la phénoménologie. Suivant ce projet — où il en va de sa vocation en tant que logos de la phénoménalisation — la phénoménologie peut être conçue comme le langage des phénomènes, se formant à même leur apparaître, afin de les exprimer et de les faire perdurer dans la pensée. Ce qui se joue alors dans son rapport au langage est ni plus ni moins que son statut, mesuré à l’aune de sa capacité de dire les phénomènes. Comme nous le savons, celui-ci relève d’un certain exercice de fidélité que s’impose l’analyse phénoménologique — la fidélité «aux choses mêmes» — et des possibilités de pratiquer cette fidélité en parole. Or, dès que l’on comprend que cet exercice désigne un effort infini qui n’a rien de la facilité d’une emprise concrète sur les choses, mais doit tout à la constitution de leur sens, s’ouvre la riche aventure phénoménologique de l’expressivité. Envisagé dans sa perspective, le développement téléologique de la raison que décrit la Crise des sciences européennes apparaîtra comme étroitement lié au parachèvement continuel de ce langage, à son ajustement indéfini à ce qu’il doit décrire, élucider et dire tout à la fois : décrire la phénoménalisation, élucider son mode de donation, pour, finalement, dire «ce qui arrive», la rencontre entre un certain mouvement à l’oeuvre dans les phénomènes — agitant le champ de leur phénoménalisation selon des rythmes et des tonalités qu’il s’agit de capter de manière juste — et un certain mouvement de la pensée réflexive qui y participe.

Keywords

Phenomenological Perspective Institution Symbolique Cette Critique Nous Appellerons Trait Essentiels 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. Georges Didi-Huberman, Fra Angelico. Dissemblance et figuration, Paris, Champs/Flammarion, 1995.Google Scholar
  2. Jacques Garelli, Le temps des signes, Paris, Klinksieck, 1983.Google Scholar
  3. Jacques Garelli, Rythmes et mondes, Grenoble, Millon, 1991.Google Scholar
  4. Edmund Husserl, Logische Untersuchungen. Zweites Buch. Untersuchungen zur Phänomenologie und Theorie der Erkenntnis, Halle/Saale, M. Niemeyer, 1913, tr. fr.Google Scholar
  5. H. Elie, L. Kelkel et R. Schérer, Recherches logiques. Tome second. Recherches pour la phénoménologie et la théorie de la connaissance, P.U.F./Epiméthée, 1961.Google Scholar
  6. Edmund Husserl, Hua I, Cartesianische Meditationen und Pariser Vorträ-ge, Ed. S. Strasser, 1973, tr. fr.Google Scholar
  7. E. Lévinas, G. Peiffer, Méditations cartésiennes, Paris, Vrin, 1986.Google Scholar
  8. Edmund Husserl, Hua III, Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phäno-menologischen Philosophie. Erstes Buch: Allgemeine Einführung in die reine Phänomenologie, Ed. Walter Biemel, tr. fr. Paul Ricoeur, Idées directrices pour une philosophie et une phénoménologie pure, Paris, Gallimard, 1950.Google Scholar
  9. Edmund Husserl, Hua VI, Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie. Eine Einleitung in die phänome-nologische Philosophie. Ed. Walter Biemel, 1976, tr. fr. G. Granel, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, Paris, Gallimard/tel, 1976.Google Scholar
  10. Edmund Husserl, Hua XVII, Formale and transzendentale Logik. Versuch einer Kritik der logischen Vernunft, Ed. Paul Janssen, 1974, tr. fr. S. Bachelard, Logique formelle et logique transcendantale, Paris, P.U.F. / Epiméthée, 1984.Google Scholar
  11. Henri Maldiney, Regard, parole, espace, Lausanne, L’âge de l’homme, 1994. Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964. Maurice Merleau-Ponty, Notes de cours sur L’origine de la géométrie de Hus-serl suivi de Recherches sur la phénoménologie de Merleau-Ponty, Paris, P.U.F. / Epiméthée, 1998.Google Scholar
  12. Marc Richir, Phénomènes, temps et êtres, Grenoble, Millon, 1987.Google Scholar
  13. Marc Richir, Phénoménologie et institution symbolique, Grenoble, Millon, 1988.Google Scholar
  14. Marc Richir, La crise du sens et la phénoménologie, Grenoble, Millon, 1990.Google Scholar
  15. Marc Richir, Méditations phénoménologiques. Phénoménologie et phénomé-nologie du langage, Grenoble, Jérôme Millon, 1992.Google Scholar

Copyright information

© Springer Science + Business Media B.V 2008

Authors and Affiliations

  • Délia Popa
    • 1
  1. 1.Nice

Personalised recommendations