La Médiation en Roumanie la Médiation entre l’Habitude d’Avoir Recours au Système Traditionnel de Justice et le Remboursement de l’Intégralité des Frais de Justice

Part of the Ius Comparatum - Global Studies in Comparative Law book series (GSCL, volume 6)

Abstract

The failure to acknowledge the institution of mediation and the legislation in the relevant field is deemed as the most frequently encountered cause for the reluctance shown by companies and the general public in what concerns mediation, which is liable to lead to a lack of a “culture of mediation”. The institution of mediation was recently introduced in domestic legislation.

The Romanian legislation provides for reimbursement of all legal costs in case parties settle a dispute by relying on mediation. The results reached in Romania by relying on mediation prove that the latter is liable to ensure an out of court settlement which is cost-effective and rapid within proceedings that are tailored to the needs of parties. In parallel with the provisions on financial incentives, a Mediation Council – in capacity of national body in the relevant field – has been established. Its tasks are to promote the mediation, to develop training standards, to train trainers, to issue documents certifying the professional qualifications of mediators, to adopt a code of ethics as well as to develop proposals meant to improve legislation.

Mediation is not sufficiently promoted at local, national and international level. Although considerable progress has been made, which are supported by European legislation, a key challenge in promoting cross-border mediation results from the lack of information for litigants, lawyers, judges, and more broadly citizens regarding mediation and its advantages. The path dependence of relying on traditional justice system and insufficient knowledge of alternative dispute resolution leads to higher costs and waste of valuable time. In case mediation is not organized under or next to the courts and is regulated as an independent profession, as is the case in Romania, communication between mediators, parties and the judiciary could be hampered, especially if there is not a tradition of relying on alternative dispute resolution.

Keywords

Restorative Justice Alternative Dispute Resolution Certains Aspect Traditional Justice System 
These keywords were added by machine and not by the authors. This process is experimental and the keywords may be updated as the learning algorithm improves.

Résumé

La méconnaissance de l’institution de la médiation et de la législation dans le domaine sont les causes les plus souvent rencontrées pour la retenue des sociétés et du public en général envers la médiation, ainsi que le manque d’une « culture de la médiation », l’institution étant introduite depuis relativement peu de temps dans la législation interne.

La loi roumaine prévoit le remboursement de l’intégralité des frais de justice si les parties résolvent un litige en cours par la médiation. Les résultats obtenus en particulier la Roumanie prouvent que la médiation permet d’assurer une résolution extrajudiciaire économiquement avantageuse et rapide des litiges grâce à des procédures adaptées aux besoins des parties. Parallèlement aux dispositions sur les incitations financières, un Conseil de médiation – autorité nationale de pratique de la médiation constituée en tant qu’entité juridique séparée et autonome – a été établi ; il est entièrement consacré à la promotion des activités de médiation, à l’élaboration de normes de formation, à la préparation des formateurs, à la délivrance de documents attestant des qualifications professionnelles des médiateurs, à l’adoption d’un code déontologique ainsi qu’à l’élaboration de propositions en vue de développer la législation.

La médiation n’est pas suffisamment promue au niveau local, national et international. Même si des progrès considérables ont été réalisés, des progrès soutenus par la législation européenne, une des principales difficultés dans la promotion de la médiation transfrontalière résulte de l’insuffisance d’information des justiciables, des avocats, des magistrats, des citoyens en général en ce qui concerne la médiation et ses avantages. L’habitude d’avoir recours au système traditionnel de justice et la connaissance insuffisante des modes alternatifs de règlement des conflits conduisent à des coûts plus importants et une perte de temps considérable. Dans le cas où la médiation n’est pas organisée dans le cadre ou à côté des juridictions et est réglementée comme étant une profession indépendante, comme c’est le cas pour la Roumanie, la communication entre la nouvelle profession, les médiateurs, les parties et les magistrats est entravée, surtout s’il n’existe pas une tradition d’utilisation des modes alternatifs de règlement des conflits.

Copyright information

© Springer International Publishing Switzerland 2015

Authors and Affiliations

  1. 1.Centre des Études de Droit EuropéenInstitut des Recherches de l’Académie RoumaineBucarestRoumanie
  2. 2.Cour d’Appel de BucarestVIIéme Chambre CivileBucarestRoumanie

Personalised recommendations