Advertisement

Revue de Synthèse

, Volume 131, Issue 3, pp 373–399 | Cite as

George Soulié de Morant

Le premier expert Français en acupuncture
  • Lucia Candelise
Article

Résumé

George Soulié de Morant a été consul en Chine, connaisseur de la Chine et acupuncteur. Il fut le premier français à form uler un discours théorique sur cette discipline, à faire référence aux textes m édicaux chinois et surtout à pratiquer l’acupuncture. L’œuvre de ce p ersonnage m ontre com m ent la figure d’expert se construit grâce à un savoir-faire, des connaissances, mais aussi grâce à une situation historique particulière. Elle dém ontre que la reconnaissance institutionnelle ne corresp ond pas toujours à la reconnaissance sociale de la valeur de l’expertise.

Mots-Clés

histoire de la médecine m édecine chinoise orientalism e 

George Soulié de Morant

The first French expert in acupuncture

Abstract

George Soulié de Morant was consul in China, an expert of China, and later an acupuncturist. He was indeed the first in Europe to build a theoretical discourse, to make reference to Chinese medical texts, but also, to practice acupuncture. The life and work of George Soulié de Morant, eclectic and nonconformist, show how formal and institutional recognition do not always correspond to the social recognition of the value of expertise.

Keywords

history of medicine Chinese medicine orientalism 

George Soulié de Morant

Der erste Französische experte der akupunktur

Zusammenfassung

George Soulié de Morant war Konsul in China, Kenner Chinas und dann Akupunkteur. Er war der erste Franzose, der mit Bezug auf chinesische medizinische Texte eine theoretische Abhandlung formulierte und insbesondere die Akupunktur praktizierte. Das Werk dieser Persönlichkeit zeigt, wie sich die Gestalt des Experten auf Grund des Könnens und Wissens, aber auch einer besonderen historischen Situation konstruiert. Es wird überdies deutlich, dass die institutionelle Anerkennung nicht immer der sozialen Anerkennung des Wertes der Kennerschaft entspricht.

Stichwörter

Medizingeschichte chinesische Medizin Orientalismus 

George Soulié de Morant

El primer experto Francés en acupuntura

Resumen

George Soulié de Morant fue cónsul en China, conocedor de China y también acupuntor. Fue el primer francés que formuló un discurso teórico, haciendo referencia a textos médicos chinos, y ante todo, fue el primero en practicar la acupuntura. La obra de este personaje muestra cómo la figura del experto se construye gracias a un saber hacer, unos conocimientos, pero también gracias a una situación histórica particular. El reconocimiento institucional no siempre se corresponde con el reconocimiento social del valor del conocimiento experto.

Palabras Claves

historia de la medicina medicina china orientalismo 

乔治 · 苏利耶 · 德 · 莫朗: 第一個法國針灸專家

摘要

乔治 · 苏利耶 · 德 · 莫朗曾經做過駐中國的外交官, 是一個中國通, 還會針灸。 他是第一個從研讀中醫書籍和從事針灸實踐基礎上形成一套理論說法的法國人。 這個人物的作為表明, 一個專家形象的誕生, 不僅要依靠技能、 知識, 也需要特定的歷史背景; 對專業技能知識價值的承認, 醫學界的態度不總是和社會的態度相一致。

關鍵詞

醫學史 中醫 東方學家 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Liste des Références

  1. André (Jean-Marie), 2006, La Médecine à Rome, Paris, Tallandier.Google Scholar
  2. Artaud (Antonin), 1970, OEuvres complètes. Supplément au tome I. Lettres-Appendice, Paris, Gallimard.Google Scholar
  3. Backouche (Isabelle), 2006, « Introduction », Genèses, no 65, p. 2–3.Google Scholar
  4. Backouche (I.), 2008, « Introduction », Genèses, no 70, p. 2–3.Google Scholar
  5. Bourdiol (René), 1970, « Mon maître George Soulié de Morant tel que je l’ai vu pratiquer la médecine chinoise », Nouvelle Revue internationale d’acupuncture, no 15, p. 23–30.Google Scholar
  6. Braun (Maurice), 1960, Bulletin de la Société d’acupuncture, no 35, p. 13.Google Scholar
  7. Bretelle-Establet (Florence), 2002, La Santé en Chine du Sud (1898–1928), Paris, CNRS Éditions.Google Scholar
  8. Dabry De Thiersant (Claude-Philibert), 1863, La Médecine chez les Chinois, ouvrage corrigé et précédé d’une préface par J.-Léon Soubeiran, Paris, Plon.Google Scholar
  9. De la Füye (Roger), 1949, « Médecins, thaumaturges et guérisseurs », Revue internationale d’acupuncture, no 3, p. 79–84.Google Scholar
  10. De Mèredieu (Florence), 2007, La Chine d’Antonin Artaud, Paris, Blusson.Google Scholar
  11. Detry (Muriel), 2008, « George Soulié de Morant », dans Pouillon (FranÇois), dir., Dictionnaire des orientalistes de langue franÇise, Paris, Kartala, p. 907–908.Google Scholar
  12. Dumesnil (René), 1936, « La renaissance de l’Hippocratisme », Revue de France, no 8, p. 887.Google Scholar
  13. Faure (Olivier), 1994, Histoire sociale de la médecine, Paris, Anthropos-historiques.Google Scholar
  14. Ferreyrolles (Paul), 1955, « George Soulié de Morant », Bulletin de la Société d’acupuncture, no 16, p. 6–9.Google Scholar
  15. Flandin (Charles E. H.), 1951, « Préface », dans Ferreyrolles (Paul), L’Acupuncture chinoise, Lille, S.L.E.L., p. 7.Google Scholar
  16. Flandin (C. E. H.), 1952, « Propos sur l’acupuncture », Monde médical, mai–juin, p. 19–22.Google Scholar
  17. Gomart (Emilie), 1992, George Soulié de Morant (1878–1955) and the Promotion of Acupuncture in France, Thesis in History and Philosophy Science, Cambridge.Google Scholar
  18. Jacquemin (Janine), 1985, « George Soulié de Morant, sa vie, son oeuvre », Revue franÇaise d’acupuncture, no 42, p. 9–31.Google Scholar
  19. Kespi (Jean-Marc), 1985, « L’actualité de Soulié de Morant », Revue franÇaise d’acupuncture, no 42, p. 44.Google Scholar
  20. Liebowitz Knapp (Bettina), 2007, Judith Gautier, une intellectuelle française libertaire, trad. Daniel Cohen, Paris, L’Harmattan.Google Scholar
  21. Marcovich (Anne), 1987, Les Représentations du corps et de la maladie chez les médecins acupuncteurs et chez leurs patients, Paris, CNRS/INSERM/MIRE.Google Scholar
  22. Martiny (Marcel), 1968, « Éditorial », Méridiens, no 3–4, p.7–17.Google Scholar
  23. Martiny (M.), 1978, « Histoire de la réussite de l’acupuncture en France », Méridiens, no 41–42, p. 13–21.Google Scholar
  24. Martiny (Thérèse), 1969, « Soulié de Morant », Méridiens, no 7–9, p. 7–10.Google Scholar
  25. Paradeise (Catherine), 1985, « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du travail, no 1/85, p. 17–31.Google Scholar
  26. Pino (Angel), 1995, « Trois répétiteurs indigènes: Ly Hong-fang, Ly Chao-pée et Ting Tun-ling 1869–1870 », dans Bergère (Marie-Claire) et Pino (Angel), Un siècle d’enseignement du chinois à l’École des langues orientales 1840–1945, Paris, L’Asiathèque, p. 276–280.Google Scholar
  27. Régnier (Chrisitan), 2004, « Soulié de Morant, Sinologist, Writer and Pioneer of Acupuncture in France », Medicographia, vol. XXVI, no 2, p. 188–195.Google Scholar
  28. Said (Edward), 1978, Orientalism, New York, Pantheon books.Google Scholar
  29. Soulié de Morant (George), 1903, Éléments de grammaire mongole, Paris, Leroux.Google Scholar
  30. Soulié de Morant (G.), 1910, La Musique en Chine, Paris, Leroux.Google Scholar
  31. Soulié de Morant (G.), 1911, Tseu-H’si, impératrice des boxers, Paris, Éditions d’art et de littérature.Google Scholar
  32. Soulié de Morant (G.), 1916, Les Droits conventionnels des étrangers en Chine, Paris, Sirey.Google Scholar
  33. Soulié de Morant (G.), 1921a, Essai sur la littérature chinoise, Paris, Mercure de France.Google Scholar
  34. Soulié de Morant (G.), 1921b, In the Claws of the Dragon, New York, Knopf.Google Scholar
  35. Soulié de Morant (G.), 1922, Le Palais des cents fleurs, Paris, Fasquelle.Google Scholar
  36. Soulié de Morant (G.), 1923a, Le Florilège des poèmes Song, Paris, Plon.Google Scholar
  37. Soulié de Morant (G.), 1923b, Mon cher compagnon, Paris, Fasquelle.Google Scholar
  38. Soulié de Morant (G.), 1925a, Extraterritorialité et intérêts étrangers en Chine, Paris, Geuthner.Google Scholar
  39. Soulié de Morant (G.), 1925b, Bijou-de-ceinture, Paris, Flammarion.Google Scholar
  40. Soulié de Morant (G.), 1926a, Théâtre et musique modernes en Chine, Paris, Geuthner.Google Scholar
  41. Soulié de Morant (G.), 1926b, Trois contes chinois du XVIIe siècle, Paris, Piazza.Google Scholar
  42. Soulié de Morant (G.), 1928a, Histoire de l’art chinois, Paris, Payot.Google Scholar
  43. Soulié de Morant (G.), 1928b, L’Épopée des jésuites franÇais en Chine, Paris, Grasset.Google Scholar
  44. Soulié de Morant (G.), 1929a, Histoire de la Chine, dès l’Antiquité jusqu’en 1929, Paris, Payot.Google Scholar
  45. Soulié de Morant (G.), 1929b, La Vie de Confucius, Paris, Piazza.Google Scholar
  46. Soulié de Morant (G.), 1929c, Ce qui ne s’avoue pas, même Shanghai, ville de plaisir, Paris, Flammarion.Google Scholar
  47. Soulié de Morant (G.), 1930, Divorce anglais, Paris, Flammarion.Google Scholar
  48. Soulié de Morant (G.), 1931a, Soun Iat-sènn, Paris, Gallimard.Google Scholar
  49. Soulié de Morant (G.), 1931b, Saine jeunesse, Paris, Flammarion.Google Scholar
  50. Soulié de Morant (G.), 1932a, « L’acupuncture chinoise », Mercure de France, rééd. dans ID., Acupuncture (Communications 1929–1951), Paris, Trédaniel, 1979, p. 45–64.Google Scholar
  51. Soulié de Morant (G.), 1932b, Sciences occultes en Chine, Paris, Nilsson.Google Scholar
  52. Soulié de Morant (G.), 1934, Précis de la vraie acupuncture chinoise, Paris, Mercure de France.Google Scholar
  53. Soulié de Morant (G.), 1936, « Chine et Japon », Histoire générale de la médecine, Paris, Albin Michel, rééd. dans ID., Acupuncture (Communications 1929–1951), Paris, Trédaniel, 1979, p. 121–152.Google Scholar
  54. Soulié de Morant (G.), 1957, L’Acupuncture chinoise, Paris, Maloine.Google Scholar
  55. Soulié de Morant (G.) et Ferreyrolles (Paul), 1929, « L’acupuncture en Chine et la réflexothérapie moderne », Homéopathie franÇaise, juin, p. 403–417.Google Scholar
  56. Trépos (Jean-Yves), 2001, « Les expertises: entre événement et équipement », dans Damien (Robert), dir., L’Expertise, Paris, Presse universitaire franc-comtoise, p. 99–126.Google Scholar
  57. Voltaggio (Franco), 1998, La Medicina come scienza filosofica, Bari, Laterza.Google Scholar
  58. Weisz (George), 1998, « A moment of Synthesis: Medical Holism in France Between the Wars », dans Lawrence (Christopher) et Weisz (George), Greater than the Part. Holism in Biomedicine, 1920–1950, New York, Oxford University Press, p. 68–93.Google Scholar
  59. Wei Thiong Chan Way (Tim), 1987, George Soulié de Morant, no spéc. de Méridiens, no 79, 129 p.Google Scholar

Copyright information

© Springer Verlag France 2010

Authors and Affiliations

  1. 1.Université Paris 7, UMR 7219Paris Cedex 13France

Personalised recommendations