Advertisement

Neohelicon

, Volume 42, Issue 2, pp 451–461 | Cite as

La sphérologie d’Édouard Glissant. Notes sur une modélisation littéraire de la globalisation

  • Erica DuranteEmail author
Article
  • 99 Downloads

Abstract

Cet article interroge la pensée et la construction du monde chez Glissant selon une double perspective, littéraire et anthropologique. Depuis Soleil de la conscience : poétique I (1956) jusqu’au roman Tout-monde (1993), en passant par l’anthologie de la poésie du Tout-monde (2010) et les essais de poétique, Glissant repart de la prise en compte de la Terre, saisie dans sa forme sphérique, pour parvenir à des notions définitoires de sa poétique (Tout-monde, Chaos-Monde, géomorphisme). Envisagée selon cette approche sphérologique, qui la figure comme un grand récipient destiné à accueillir toute la diversité (démesure) du monde, la Terre est porteuse d’une dimension anthropologique forte, qui, chez Glissant, se traduit par le dessin d’une jonction inextricable entre le monde et l’homme. Cette tension géomorphique apparente Glissant à d’autres penseurs contemporains tels que Peter Sloterdijk et Bruno Latour, qui, à partir d’une réflexion sur la forme même du monde, réfléchissent, comme l’auteur martiniquais, sur les enjeux inédits que pose la nouvelle mesure du monde globalisé et sur la place de l’homme dans celui-ci. L’article analysera ainsi l’apport de Glissant à une modélisation littéraire du monde global, notamment à travers sa notion de « mondialité », conçue en opposition à celle courante de « mondialisation ».

Mots-clés

Édouard Glissant Sphérologie Globalisation Géomorphisme Poétique de la globalisation Littérature et anthropologie 

Références

  1. Agier, M. (2013). La Condition cosmopolite. Paris : Éditions de la Différence.Google Scholar
  2. Amselle, J.-P. (2001). Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures. Paris : Flammarion.Google Scholar
  3. Chamoiseau, P. (2014). Mondialisation, Mondialité. Pierre-monde. Littérature, 174(2), 92–103.Google Scholar
  4. Fonkoua, R. (2002). Essai sur une mesure du monde au XX e siècle. Paris : Champion.Google Scholar
  5. Glissant, É. (1958). La Lézarde. Paris : Gallimard.Google Scholar
  6. Glissant, É. (1983). Le Sel noir, Le Sang rivé, Boises. Paris : Gallimard.Google Scholar
  7. Glissant, É. (1993). Tout-monde. Paris : Gallimard.Google Scholar
  8. Glissant, É. (1997a). Traité du Tout-Monde : poétique IV. Paris : Gallimard.Google Scholar
  9. Glissant, É. (1997b). Soleil de la conscience : poétique I. Paris : Gallimard.Google Scholar
  10. Glissant, É. (2005). La Cohée du Lamentin : poétique V. Paris : Gallimard.Google Scholar
  11. Glissant, É. (2006). Images de l’Être, lieux de l’imaginaire. Che vuoi? 25(1), 213-221.Google Scholar
  12. Glissant, É. (2010). La Terre, le feu, l’eau et les vents : une anthologie de la poésie du Tout-Monde. Paris : Galaade.Google Scholar
  13. Glissant, É., & Leupin, A. (2008). Les Entretiens de Baton Rouge. Paris : Gallimard.Google Scholar
  14. Latour, B. (2014). L’Anthropocène et la destruction de l’image du Globe. In É. Hache (Ed.), De l’univers clos au monde infini (pp. 27–54). Paris : Éditions Dehors.Google Scholar
  15. Sloterdijk, P. (2006). Écumes. Sphères III (trad. de l’allemand : Mannoni, O.). Paris : Hachette Littérature.Google Scholar
  16. Sloterdijk, P. (2010). Globes. Sphères II (trad. de l’allemand : Mannoni, O.). Paris : Buchet-Chastel.Google Scholar

Copyright information

© Akadémiai Kiadó, Budapest, Hungary 2015

Authors and Affiliations

  1. 1.Faculté de Philosophie, Arts et LettresUniversité catholique de LouvainLouvain-la-NeuveBelgium

Personalised recommendations