Advertisement

Neohelicon

, Volume 18, Issue 2, pp 295–316 | Cite as

Le théâtre des jésuites dans le Royaume de Hongrie

  • Márta Zsuzsanna Pintér
Speculum
  • 14 Downloads

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

References

  1. 1.
    Des troupes de comédiens professionnels de langue allemande s'étaient déjà constituées auparavant sans que le théâtre scolaire y ait joué un rôle tant soit peu important.Google Scholar
  2. 2.
    Ratio atque Institutio Studiorum Societatis Jesu, 1586, 1599. Les règles prescrivaient que les pièces eussent un sujet pieux et fussent écrites en latin. Chacune devait être préalablement soumise à l'approbation des supérieurs. Il était interdit d'y insérer des interludes en langue vulgaire. Les représentations ne devaient pas être organisées à l'église. Les auteurs ne devaient prévoir ni de rôle ni de figurant féminins. — Les règles furent trangressées dès le début.Google Scholar
  3. 3.
    Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vols I–III. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  4. 4.
    Imre Varga,A magyarországi protestáns iskolai színjátszás forrásai és irodalma. Fontes ludorum scenicorum in scholis protestantium in Hungaria (Sources et biographie du théâtre scolaire protestant en Hongrie II. Collèges de Protestants) (Budapest: 1988).Google Scholar
  5. 5.
    Le recensement des données est terminé, les volumes paraîtront dans un proche avenir.Google Scholar
  6. 6.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 240. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  7. 7.
    Par ex. Staud, II.Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol II. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 108. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  8. 8.
    Szilas, Ladislaus,Die österreichische Jesuitenprovinz im Jahre 1773. Eine historisch-statistische Untersuchung (Archivum Historicum Societatis Iesu, iul-dec. 1978), pp. 297–347.Google Scholar
  9. 9.
    Selon Géza Staud l'école de Brassó (Kronstadt) était confrontée à beaucoup de difficultés et n'avait que peu d'élèves dans la Transylvanie protestante. C'est ce qui explique qu'elle ne pouvait pas organiser de jeux scéniques.Google Scholar
  10. 10.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). pp. 378–380. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome. Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 430–431. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  11. 12.
    Kolozsvár, 1582, Staud, I. p. 241., Nagyszombat, 1647–51, Staud, I. pp. 98–103.Google Scholar
  12. 13.
    Flóris Szabó, «A költészet tanításának elmélete és gyakorlata a jezsuiták győri tanítóképzőjében» (Théorie et pratique de l'enseignement de la poétique à l'école normale des Jésuites à Győr)ItK 1980. pp. 469–485.Google Scholar
  13. 14.
    Se trouve à la Bibliothèque archidiocésaine d'Eger, cote: MS 0088.Google Scholar
  14. 15.
    Se trouve à la Bibliothèque Universitaire de Budapest, cote: F 33.Google Scholar
  15. 16.
    Par ex. à la Bibliothèque Universitaire de Budapest, à la Bibliothèque Nationale Széchényi de Budapest. Sont également intéressantes des notes sur l'art dramatique en hexamètres de 20 pages, intitulées Dramatopera compendiosa à la Bibliothèque de Pannonhalma. Cote: 118. H. 5.Google Scholar
  16. 17.
    Hellmayr, pp. 435–474.Google Scholar
  17. 18.
    Se trouve à la Bibliothèque Nationale Széchenyi de Budapest, cote: Quart. Lat. 3271. 113b–114a. Date des alentours de 1753.Google Scholar
  18. 19.
    Ajoutons y encore les ouvrages iconologiques dans lesquels le professeur chargé de la mise en scène trouvait des points de repère pour l'exécution des costumes et du décor. Les deux volumes généralement recommandés sont Cesare Ripa,Iconologia (1613) et Jacob Masenius,Speculum Imaginum Veritatis occultae (1664). En ce qui concerne le langage des pièces, ils recouraient avec profit aux manuels de rhétorique et aux «dictionnaires poétiques».Google Scholar
  19. 20.
    La majorité se trouve à la Bibliothèque Universitaire de Budapest. Cote: J 10/1–20, J 20.Google Scholar
  20. 21.
    Staud, III. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol III. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 87–88. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  21. 22.
    Győr (Raab) 1730. Staud, II. p. 23.Google Scholar
  22. 23.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 102. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  23. 24.
    Commentaria in litteras humaniores. Se trouve à la Bibliothèque Universitaire de Budapest, cote: F. 37. p. 103.Google Scholar
  24. 25.
    Staud, II. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol II. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 445. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  25. 26.
    Diarium Gymnasii Schemnitzensis ab Anno Christi 1769 ad 1776–1799. Se trouve à Martin, Matica Slovenska, Ms-Ba C 269. fol.Google Scholar
  26. 27.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 469. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  27. 28.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 469. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  28. 29.
    «imo Excellentissimi Praesulis ipsi Spectanti dicentium vis lacrimis provocavit.» Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 320. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  29. 30.
    Ainsi le centième anniversaire de la fondation du couvent de Szakolca (Skalitz). Staud, II. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol II. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 250. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  30. 31.
    Staud, I. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol I. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 366. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome. Dans la partie nord de la nef on avait construit une scène permanente, tandis que la partie sud était aménagée en salle avec des gradins. Les fonctions religieuses de l'église n'avaient pas été altérées.Google Scholar
  31. 32.
    Se trouve à l'Institut Hongrois du Théâtre, Budapest.Google Scholar
  32. 33.
    Géza Staud, «Les décors du théâtre des Jésuites à Sopron»Archivum Historicum Societatis Jesu, 46. 1977.Google Scholar
  33. 34.
    Hets J. Aurelian,A jezsuiták iskolái Magyarországon a 18. század közepén (Les écoles de Jésuites au milieu du 18e siècle en Hongrie) (Pannonhalma: 1938), 74.Google Scholar
  34. 35.
    On a connaissance de quelques représentations en langue française. La plus importante en eut lieu à l'occasion du mariage de l'empereur Joseph II en 1765 à Tyrnavia. Une représentation en langue grecque est consignée en 1757 à Eger (Erlau).Google Scholar
  35. 36.
    Selon Jean-Marie Valentin les jeux de la Fête-Dieu représentent la première étape importante du théâtre des Jésuites dans le dernier tiers du XVIe siècle. Au XVIIe siècle leur nombre alla en se multipliant dans toute l'Europe, les jeux eucharistiques étant un moyen de propagande bienvenu pour l'Eglise catholique. Leur sujet était généralement emprunté à l'Ancien Testament. Jean-Marie Valentin,Le théâtre des Jésuites dans les pays de langue allemande I–III (Bern-Francfort: 1978), pp. 399–401.Google Scholar
  36. 37.
    Il suffit d'étudier les statistiques des représentations dans une seule ville, en l'occurence Kolozsvár: entre 1581 et 1771. 221 représentations y furent organisées dont 90 entre 1750 et 1771. Les pièces étaient jouées en latin, en hongrois, en allemand et il y eut aussi une représentation en langue roumaine. Le sujet de 120 pièces environ est connu. En ce qui concerne leur répartition, 3 se rattachaient au Jour des Rois, 4 au Vendredi Saint, 3 à la Fête-Dieu et 2 aux fêtes de la Vierge qui n'étaient entrées dans les mœurs qu'au XVIIe siècle; 16 pièces étaient consacrées à la vie des saints (12 à des saints étrangers, 4 aux saints hongrois). Parmi les spectacles à sujet laïque le groupe le plus nombreux comprenait les pièces historiques. On y relève 9 pièces sur l'histoire antique (romaine et grecque), 31 sur l'histoire universelle, 13 sur l'histoire hongroise et 14 ont un sujet historique fictif. 29 pièces avaient un sujet didactique. Notons encore les 6 jeux de Carnaval et 5 pièces mettant en scène des vertus personnifiées. (Ces dernières étaient généralement présentées par les jeunes élèves.)Google Scholar
  37. 38.
    Franz Neumayr, «Meditatio II. verae devotionis signa.» InTheatrum asceticum (Ingolstadt, 1747), III. (La pièce a été traduite aussi en hongrois.) Karel Kolczawa, «Vindex livor sui ultor, seu Ulricus de Cilli». InExercitationes dramaticae (Pragae: 1703), I.Google Scholar
  38. 39.
    Pozsony, 1686: Joannes Hunyadi Belgradi propugnator Gloriosus.Google Scholar
  39. 40.
    Staud, II. Géza Staud,A magyarországi jezsuita iskolai szinjátékok forrásai 1561–1773. Fontes ludorum scenicorum in scholis S. J. Hungariae I–III. (Sources documentaires des représentations scolaires en Hongrie. Vol II. I. Collèges de Jésuites) (Budapest: 1984–1988). p. 147. Les données du présent article sont empruntées à cet ouvrage. Les 3 volumes tiennent compte de toutes les données relatives aux spectacles montés dans les écoles jésuites du Royaume de Hongrie et consignées dansl'Historia Domus et lesLitterae Annuae de Vienne et de Rome.Google Scholar
  40. 41.
    István Bitskey, «Il collegio Germanico-Ungarico di Roma e la formazione della Controriforma ungherese». InRoma e l'Italia nel contesto della storia delle Universitá ungheresi (Roma: 1985), pp. 115–126.Google Scholar
  41. 42.
    Kornél Bárdos,Sopron zenéje a 16–17. században (La musique à Sopron aux 16e–17e siècles) (Budapest: 1984), p. 134.Google Scholar

Copyright information

© Akadémiai Kiadó 1991

Authors and Affiliations

  • Márta Zsuzsanna Pintér

There are no affiliations available

Personalised recommendations