Insectes Sociaux

, Volume 25, Issue 3, pp 187–196 | Cite as

La nutrition des fourmis granivores II. Cycle d'activité et régime alimentaire deBrachyponera senaarensis (Mayr) (Hymenoptera Formicidae)

  • J. Levieux
  • T. Diomande
Article

Résumé

Les caractéristiques de l'alimentation deBrachyponera senaarensis, fourmi commune dans les savanes de type soudanien caractérisées par une longue saison sèche, ont été étudiées à cette époque dans la région de Ferkéssédougou (Nord-Est de la Côte-d'Ivoire). Le nid occupe une surface de plusicurs mètres carrés. Les aires potentielles et réelles de chasse s'élèvent respectivement à 600 et 15 m2.

L'espèce est strictement diurne. En saison sèche, l'activité de prospection de la nourriture en surface débute vers 8 heures et augmente jusque vers 10 heures. Elle diminue ensuite pour cesser vers 12 h 30. Les seules ouvrières que l'on peut alors voir s'activer à la surface du sol sont occupées à des tâches de déblaiement ou de nettoyage du nid. Une autre phase d'activité moins importante débute vers 15 heures et se poursuit jusque vers 17 h. Il ne semble pas exister de corrélations directes entre les phases d'activité de l'espèce et les fluctuations soit de la température ambiante au niveau du sol, soit de la teneur en vapeur d'eau de l'atmosphère, quelle que soit la façon de l'exprimer. Les fluctuations introduites dans les cycles semblent plutôt liées aux variations rencontrées dans les stocks disponibles de nourriture.

Si les relations existant entre fourrageurs sont assez lâches, il existe cependant, entre les ouvrières, des phénomènes de coopération dans le transport des graines ou de subordination: une ouvrière peut en inciter une autre à lui céder la graine qu'elle a récoltée.

75% du régime est composé de graines (Graminées, Composée et Euphorbiacée). Le reste consiste en débris d'arthropodes ou de larves capturés vivants ou récupérés à l'état de cadavres. Ces fourmis se nourrissent avidement de débris sucrés tels des morceaux de fruits tombés au sol. Pour autant que l'on sache,Brachyponera senaarensis est la seule ponerine qui se nourrisse essentiellement de graines non myrmécochores.

The nutrition of granivorous ants. II. Cycle of activity and diet ofBrachyponera senaarensis (Mayr)

Summary

Brachyponera senaarensis is a ponerine well adapted to the milieu of the african savannah called «Sudanian savannah» marked by a long, severe dry season. The nest extends over an area of several square meters, the potential and realized foraging areas are respectively 600 and 15 m2.

The activity of the species on the soil surface is strictly diurnal. In the dry season, activity begins about 8.00 hr, culminate with a first peak between 9.00 hr and 10.00 hr and diminishes towards noon. After two or three hours without foraging, there is another less important phase of activity from about 15.00 to 17.00 hr. These activities are not closely correlated with the variations in air or soil temperatures and water vapour pressure in the air. As in most Ponerinae, the workers forage singly, but occasionally one sees some cooperation between two workers in carrying a large seed; sometimes a forager will give up its seed to a nestmate.

75% of the food items are seeds of Gramineae, Compositae and Euphorbiaceae, and the rest consists of arthropods captured alive or scavenged. So far as is known, this is the only ponerine that feeds consistently on non-myrmecochorus seeds.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références Bibliographiques

  1. Arnold (G.), 1915. — A monograph of Formicidae of South Africa.Ann. S. Afric. Mus., 14, 1–518.Google Scholar
  2. César (J.), 1971. — Etude quantitative de la strate herbacée de la savane de Lamto (moyenne Côte-d'Ivoire).Thèse de 3 c cycle, Univ. Paris VI, 115.p.Google Scholar
  3. Kemp (P. B.), 1951. — Field observations on the activity ofPheidole.Bull. Entomol. Res., 42, 201–206.Google Scholar
  4. Levieux (J.), 1966. — Note préliminaire sur le comportement des colonnes de chasse deMegaponera fotens.Ins. Soc., 13, 117–126.—Levieux (J.), 1972. Le rôle des fourmis dans les réseaux trophiques d'une savane préforestière de Côte-d'Ivoire.Ann. Univ. Abidjan, Ser. E(Ecologie), 5, 143–240.—Levieux (J.), 1973. Etude du peuplement en fourmis terricoles d'une savane préforestière de Côte-d'Ivoire.Rev. Ecol. Biol. Sol., 10, 379–428.—Levieux (J.), 1975a. La nutrition des fourmis tropicales. I. Cycle d'activité et régime alimentaire deCamponotus solon Forel.Ins. Soc., 22, 381–390.—Levieux (J.), 1975b. La nutrition des fourmis tropicales. II. Comportement alimentaire et régime deCamponotus vividus (Smith). Comparaison intragénérique.Ins. Soc., 22, 391–404.CrossRefGoogle Scholar
  5. List (R. J.), 1968. — Smithsonian meteorological tables.Smithson. Inst. Ann. Rep., 350–367.Google Scholar
  6. Sernander (R.), 1904. — Entwurf einer Monographie der Europaischer Myrmecochoren.Kungl. Svanska Vetensk Akad. Handl., 41, 1–410.Google Scholar
  7. Stäger (R.), 1929. — Die sammensammelden Ameisen und das Ernahrungsproblem.Z. wiss. Insektenbiol., 24, 199–213.Google Scholar
  8. Wellenstein (G.), 1952. — Zur Ernahrungsbiologie des roten Waldameisen (F. rufa L.).Z. Pflanzenkranks Pflanzenschutz., 59, 430–451.Google Scholar
  9. Wheeler (W. M.), 1922. — Ants of the belgian Congo. A contribution to the myrmecology of Africa.Bull. Am. Mus. Nat. Hist., XLV, 1139 p.Google Scholar

Copyright information

© Masson 1978

Authors and Affiliations

  • J. Levieux
    • 1
  • T. Diomande
    • 1
  1. 1.Laboratoire de ZoologieFaculté des SciencesAbidjanCôte-d'Ivoire

Personalised recommendations