Insectes Sociaux

, Volume 4, Issue 2, pp 113–156 | Cite as

Contribution a la psychophysiologie de l'élevage des Reines chez les Abeilles (I)

  • Maurice Vuillaume
Mémoires Originaux

Résumé

Nous avons vu au cours de cette note qu'il nous restait de nombreuses lacunes à combler. Nous pouvons toutefois émettre certaines hypothèses et affirmer certains faits.
  1. 1o

    Les variations du pourcentage d'acceptation des cupules royales artificielles tiendraient à un équilibre entre deux substances incluses dans la cire: l'une inhibitrice de l'acceptation (queen substance deButler, ectohormone dePain); l'autre, facilitatrice, sécrétée peut-être par les ouvrières et beaucoup moins stable que la première.

     
  2. 2o

    Parmi les stimuli qui poussent les nourrices à accepter une jeune larve qui leur est présentée dans une cupule de cire comptent: la forme du fond (fond arrondi préféré à fond plat); la forme des bords (forme cylindrique préférée à l'hexagonale, celle-ci préférée à la carrée); la position des cupules (l'ouverture inférieure préférée à l'ouverture latérale ou supérieure); leur écartement (espacement optimum 2 cm). Mais la matière dont est construite la cupule paraît, au contraire, de peu d'importance quisque les ouvrières acceptent la paraffine, toute sorte de cire minérale ou végétale, et même le verre ou les matières plastiques.

     

Pour que la jeune larve introduite dans une cupule artificielle fasse l'objet d'un élevage royal, elle doit être vivante et appartenir au genreApis; son âge doit être inférieur à trois jours; le sexe n'est pas un facteur très important et des larves mâles peuvent être acceptées.

Les jeunes larves étrangères à la colonie éleveuse sont acceptées sans difficulté;la présence de la reine ne suffit pas à inhiber l'élevage royal, ni dans les conditions naturelles, ni même dans les artificielles (pourvu qu'il ait débuté dans une colonie orpheline ou ruchette d'acceptation). Les conclusions deButler s'appliquent seulement dans le cas de laconstruction des cellules royales naturelles par les Abeilles; c'est ce stade initial de construction qui est le plus sensible à l'ectohormone inhibitrice. Mais les stimuli provenant de la cupule artificielle contenant une jeune larve sont si puissants qu'ils excédent en tout ou en partie l'action inhibitrice de la reine.

Summary

  1. 1.

    The variation of acceptation percentage of artificial queen cells are caused by an equilibrium between two substances included in the wax: one of them,acceptation inhibitor (queen substance followingButler, ectohormone followingPain); the other,acceptation accelerator, perhaps secreted by worker bees and much less stable than the former.

     
  2. 2.

    The most important stimuli releasing the acceptation of a young larva introduced into an artificial queen cell are: the shape of the cell floor (rounded form prefered to flat one); the shape of the cell section (cylindrical prefered to hexagonal, this one prefered to square); the position of cells (opening downwards prefered to opening up-wards or lateral); their distance (optimum 2 cm). But the matter with which the cells is made is unimportant: worker bees accept paraffin, all kind of mineral and vegetal wax, and ever glass and plastics.

     
  3. 3.

    The young larvae introduced into the cells must be alive and belonging to theApis genus; to be less than three days old; sex is unimportant and male larvae can be accepted.

     

The young larvae belonging to another colony than the breeder one are easily accepted; the queen is not sufficient to elicit the inhibition of queen cells breeding, neither in natural conditions, nor even in artificial ones, if the first phase of the breeding activity has been performed in a queenless colony (starter in beekeeper language).Butler's conclusions are only valuable in the case ofthe building ofnatural queen cells by the bees. It is thisinitial building phase that is the most sensible to inhibiting hormone. But the stimuli issued from the artificial queen cell whith a young larva inside, are strong enough to exceed wholly or partially queen inhibiting influence.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. 1954.Butler (C. G.). — The importance of «Queen substance» in the life of a honeybee colony. (Bee world, vol.35, no 9, p. 169–176).CrossRefGoogle Scholar
  2. 1950.Chauvin (R.). — La question de la sélection et de l'amélioration des races d'Abeilles (Rev. Zool. agric. appl., nos 1-3, p. 1–11).Google Scholar
  3. 1950.Darchen (R.) La construction chez.Apis mellifica (à paraître).Google Scholar
  4. 1947.Delpérée (R.). —L'élevage des reines, Desœr, Liège.Google Scholar
  5. 1951.Komarov (inTaranoff etBurtov). —Pchelovodsvo,6–18, 20 E, no 10.Google Scholar
  6. 1955.Lindauer (M.). — The water economy and temperature regulation of the honeybee colony (Bee World, no 36, p. 62–72, 81–92, 105–111).CrossRefGoogle Scholar
  7. 1955.Martinez Lopez (J. F.). — Plastic cell cups, for queen rearing and production of Royal Jelly (Gleanings in Bee culture, vol.83, no 9, p. 521–522.Google Scholar
  8. 1927.Mikhailov. — Ueber den Zusammenhang zwischen dem Umfang der Bienenzelle und den Umfang des Bienenkörpers und seiner Teile. (Archiv. für Bienenkunde, t. A et B,8, p. 313–321).Google Scholar
  9. 1924.Nelson et Coll. — Growth and feeding of honeybee larvae (U. S. Department. Agric., no 1222, p. 1–35).Google Scholar
  10. 1955.Pain (J.). — Influence des reines mortes sur le développement ovarien de jeunes ouvrières d'abeilles (Apis mellifica). (Insectes sociaux, t.2, no 1, p. 35–43.—1955.Pain (J.). Substance émise par les nymphes royales d'Apis mellifica (communication orale).CrossRefGoogle Scholar
  11. 1951.Rhein (W. von) — Ueber die Ernährung der Drohnenmaden (Zeitschrift für Bienenforschung, Bd.1, H. 4, p. 63–66).Google Scholar
  12. 1955.Shiniaeva (V. A.),Pchelovodstvo mars, p. 22.Google Scholar
  13. 1955.Vuillaume (M.). — Production de gelée royale. Les starter perpétuel (L'Apiculteur, Sect. scient., no 7, p. 67–71).Google Scholar
  14. 1957.Vuillaume (M.). — L'importance de l'approvisionnement en eau dans la ruche claustrée (Insectes sociaux, t.4, no 1, p. 31–41).CrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Masson & Cie 1957

Authors and Affiliations

  • Maurice Vuillaume
    • 1
  1. 1.Chargé de recherches au C. N. R. S. Station de Recherches apicoles de Bures-sur-Yvette (Seine-et-Oise)Bures-sur-YvetteFrance

Personalised recommendations