Advertisement

Insectes Sociaux

, Volume 22, Issue 2, pp 199–206 | Cite as

Facteurs de direction et d'excitation au cours de l'accomplissement d'une tache chezFormica polyctena

  • R. Chauvin
  • P. Janin
Article

Résumé

Lorsque les fourmis doivent tirer des brindilles de 15 cm hors d'une planchette percée de trous dans lesquels elles sont enfoncées, elles en tirent davantage dans les portions de l'appareil qui sont les plus rapprochées du nid.

Pour un laps de temps donné, plus le travail à faire est important, plus le travail effectivement fourni est considérable; d'où on conclut que les fourmis travaillent très en dessous de leurs possibilités, ce qu'on avait déjà remarqué dans un travail très différent (traction d'une proie vers le nid).

La présence des autres fourmis excite les ouvrières au travail. Ce stimulus n'est sûrement pas, ou pas uniquement, de nature visuelle.

Guidance and stimulation factors in performances of a task byFormica polyctena

Summary

When ants are obliged to draw upon pieces of straw (length 15 cm) inserted into holes drilled into a board they pull more in the parts of the apparatus that are closest to the nest.

Ants do not usually work with maximum efficiency, since an increase in the amount of proposed work results in more effective work, for a given time lapse.

L'un de nous étudie depuis plusieurs années les méthodes de travail (ergonomie) des fourmis rousses, dans le but de rechercher s'il existe une coordination des efforts individuels dans la société et jusqu'à quel point elle fonctionne. Dans la traction des proies attachées à un fil (Chauvin, 1969) tout paraît se dérouler comme si l'animal était isolé; il en est de même lorsque les fourmis doivent extraire des allumettes d'une boîte; enfin la simulation de la construction du dôme par l'ordinateur nous montre qu'il est inutile de supposer une coordination quelconque entre les ouvrières pour rendre compte de cette construction (Chauvin, 1971;Chauvin etGallais Hamonno, 1972). Cependant, les fourmis peuvent extraire un long brin de paille (15 cm) d'une boîte alors que seuls dépassaient du couvercle les quelques centimètres d'une extrémité. Or, ceci est un travail tout à fait impossible pour une fourmi isolée.

L'un de nous a décrit (Chauvin, 1971) la façon dont les fourmis s'y prennent pour extraire une longue brindille d'un trou: une ouvrière la saisit de ses mandibules et se dresse le plus possible sur ses pattes en tirant la brindille vers le haut. Après quoi, on pourrait dire que plus rien n'est inscrit à son programme et elle ouvre ses mandibules en laissant retomber la paille au bout d'un certain temps (quelques minutes). Mais dans les conditions normales, une fourmi n'est évidemment jamais seule; il existe donc un nombre de chances raisonnable pour qu'une autre ouvrière, excitée par les mouvements que l'autre imprime à la brindille, la saisisse à son tour avant que la première ne l'aie laissée retomber. Elle l'extraira alors à son tour de quelques millimètres jusqu'à ce qu'une troisième fourmi continue la tâche, en observant le déterminisme aveugle qui caractérise le travail des fourmis. Ainsi, au bout d'un temps relativement brefs'il y a beaucoup de fourmis et si la température est suffisante, la brindille sera extraite.

Retrouve-t-on dans ces conditions les lois ergonomiques dégagées lors de travaux précédents ? C'est ce que nous avons voulu rechercher.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références Bibliographiques

  1. Chauvin (R.), 1969. — Le recrutement et l'effort de traction d'une proie dans les équipes deFormica polyctena.Rev. Comp. Anim., 3, 40–54.Google Scholar
  2. Chauvin (R.), 1971. — Les lois de l'ergonomic chez les fourmis.C. R. Acad. Sci. (Paris),273, 1862–1865.Google Scholar
  3. Chauvin (R.), 1972. — Méthodes d'élevage deFormica polyctena.Ins. Soc., 19, 7–14.Google Scholar
  4. Chauvin (R.), 1974. — La motivation de traction chezFormica polyctena.Ins. Soc., 21, 157–162.Google Scholar
  5. Chauvin (R.), etDarchen (R.), 1962. — Observations directes de la torsion des rayons par les chaînes d'Apis mellifica.C. R. Acad. Sci. (Paris),254, 2649–2651.Google Scholar
  6. Chauvin, (R.) etGallais Hamonno (F.), 1972. — Simulation sur ordinateur de la construction du dôme et du ramassage des brindilles chez une fourmiFormica polyctena.C. R. Acad. Sci. (Paris),275, 1275–1278.Google Scholar

Copyright information

© Masson & Cie 1975

Authors and Affiliations

  • R. Chauvin
    • 1
  • P. Janin
    • 1
  1. 1.Station d'Ethologie et Laboratoire de Sociologie animale (ERA no 496, C.N.R.S.)Rambouillet

Personalised recommendations