Advertisement

Neohelicon

, Volume 4, Issue 1–2, pp 303–314 | Cite as

La littérature comparée en Italie

  • Franco Meregalli
Diversa

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Literatur

  1. 1.
    art. cit., p. 14, 16.Google Scholar
  2. 2.
    L'écrit, publié en 1903 dansLa critica, se trouve maintenant dansProblemi d'estetica, Bari, Laterza, 19232, pp. 71–6.Google Scholar
  3. 3.
    Croce as a comparatist, Yearbook of Comparative and General Literature, X 1961, p. 64.Google Scholar
  4. 4.
    Naples, E. S. I., 2 vols. Cfr. particulièrement A. Schiaffini,Gli studi di filologia romanza, vol. II.Google Scholar
  5. 5.
    A. Monteverdi,Neolatine, La cultura, 1931, pp. 761–774.Google Scholar
  6. 6.
    Cit. Schiaffini,Cinquant'anni cit., vol. II, p. 407.Google Scholar
  7. 7.
    Ariosto, Shakespeare, Corneille, Bari, Laterza, 1920, p. 211.Google Scholar
  8. 8.
    Du plan se réalisa le volumeIl petrarchismo europeo, Pisa, Nistri Lischi, 1934.Google Scholar
  9. 9.
    Je me rapporte par cette affirmation aux éditions 14e et antérieures. Dans la 15e aussi, publiée en 1975, la “littérature comparée” est ignorée.Google Scholar
  10. 10.
    L'addition fut probablement suggérée aux directeurs par l'opportuténi de distinguer ultérieurement leur revue de la revue dirigée par Francesco Flora,Letterature moderne, qui fut publiée dès 1950 jusqu'à peu après la mort du directeur (1960). Cette revue fut aussi largement ouverte aux thèmes comparatistes.Google Scholar
  11. 11.
    Je crois que le concept de nation est hétérogène au concept de littérature: une littérature est clairement délimitée par son moyen linguistique. On ne peut pas parler proprement d'une littérature «européenne» puisque il n'y a pas de langue européenne. En 1946, et plus généralemen à l'époque de Croce, on avait tendance à sous-estimer les rapports entr langue et littérature.Google Scholar
  12. 12.
    De cet actif comparatiste italien on peut consulter la bibliographie (432 numéros) dans lesStudi in onore di Carlo Pellegrini, Torino, SEI, 1963, XI-846 p. Les études comparatistes de Pellegrini, comme celles qu'on publié en son honneur, concernent les rapports entre l'Italie et la France.Google Scholar
  13. 13.
    La bibliographie de Santoli se trouve dans son livreFra Germania e Italia, Firenze, Le Monnier, 1962, XXVI-346 p., aux p. XI–XXVI (320 numéros). Aux p. 3–14 du même livre on trouve une autobiographie intellectuelle,Una cornice biografica per riflessioni attuali, avec des affirmations qui peut-être visent à différencier sa propre position de la position de Pellegrini. Il faut, dit Santoli, «integrare la prospettiva verticale con l'orizzontale» (p. II); une fois réalisé cette intégration, la «littérature comparée» «nell'accezione ottocentesca e francese non ha più ragione di essere» (p. 12). Mais le même titre du livre nous prévient que Santoli n'a pas dépassé une considération essentiellement duelle de la «considerazione orizzontale».Google Scholar
  14. 14.
    Pour ce qui concerne la présence de la littérature espagnole en Italie on peut consulter maintenant mon petit livrePresenza della letteratura spagnola in Italia, Florence, Sansoni, 113 p.Google Scholar
  15. 15.
    Letterature comparate, Milano, Marzoratti, 1948,Presentazione.Google Scholar
  16. 16.
    Il suppose que le volume de CroceLa Spagna nella vita italiana durante la Rinascenza, publié à Bari, Laterza, 1914, existait déjà en 1902.Google Scholar
  17. 17.
    p. 67. Le jugement sur cette œuvre de H. H. Remak, exprimé dans son importanteKritische Bibliographie in Auswahl dans le volumeKomparatistik, Aufgaben und Methoden, herausgegeben von Horst Rüdiger, Stuttgart, Kohlhammer, 1973, p. 34, est complexe et équitable.Google Scholar
  18. 18.
    Giuditta Podestà,Perché urge anche in Italia istituire cattedre di letteratura comparata, dans la revueHumanitas, 1959, pp. 889–899.Google Scholar
  19. 19.
    Venezia nelle letterature moderne, a cura di Carlo Pellegrini, Florence, Sansoni, 1961.Google Scholar
  20. 20.
    Ibid.Venezia nelle letterature moderne, a cura di Carlo Pellegrini, Florence, Sansoni, 1961.Google Scholar
  21. 21.
    Point de vue d'Outre-Atlantique, Revue de littérature comparée, 1953, p. 26.Google Scholar
  22. 22.
    Alfredo De Paz,Alcune tendenze attuali nella sociologia della letteratura e nella critica sociologica, dans la revue Il Mulino, 1972, p. 553. On a traduit depuis longtemps (Naples, Guida, 1969, p. 109) le petit livre de H. R. Jauss,Litteratur als Provokation (sous le titrePerchè la storia della letteratura?) avec introduction de A. Varvaro.Google Scholar
  23. 23.
    Je pense aux manuels les plus connus, ceux de Pichois et Rousseau, de Weisstein, de Aldridge.Google Scholar
  24. 24.
    La traduzione. Saggi e studi. Trieste, Lint, 1973, p. 420.Google Scholar
  25. 25.
    J'ai donné d'autres nouvelles, et exprimé d'autres considérations sur ce Prix littéraire dans un compte rendu qui paraît dans un fascicule de 1976 deArcadia-Zeitschrift für vergleichende Literaturwissenschaft.Google Scholar
  26. 26.
    Cfr.Teoria della letterature, testi a cura di Ezio Raimondi e Luciano Bottoni, Bologne, Il Mulino, 1975, 477 p. L'œuvre se relie explicitement à Wellek et Warren dont le manuel est considéré «ancora un punto di riferimento indispensabile» : «Questa antologia che si rifà esplicitamente al testo di Wellek e Warren ne mantiene anche la strutturazione» (p. 5), Aux pp. 419–477, «Indicazioni bibliografiche».Google Scholar
  27. 27.
    Sous diverses dénominations la littérature comparée existe dans les statuts de plusieurs universités italiennes, mais elle n'est pas, dans la plupart des cas, effectivement enseignée. Les d'enominations et les universités (Cfr.Disposizioni sull' ordinamento didattico universitario, Rome, Ministero della Pubblica Istruzione, 1975): sont:Letteratura comparata: Université Catholique de Milan, Florence, Padoue, Cagliari;Letterature comparate: Istituto Universitario Orientale de Naples;Storia comparata delle letterature europee: Milan, Pavie;Storia comparata delle letterature moderne: Venise (où je suis depuis vingt ans professeur titulaire de langue et littérature espagnole, et depuis un an chargé de cours à titre gratuit de cette discipline).Google Scholar
  28. 28.
    Pour la bibliographie et une orientation critique je renvoie à laKomparatistik citée de Rüdiger (qui mérite ici une citation aussi pour ses relations personnelles et culturelles avec l'Italie), et en elle à la bibliographie de Remak.Google Scholar
  29. 29.
    Le manuel de Pichois et Rousseau, a été traduit, avec des additions concernant la littérature espagnole, en espagnol, Madrid, Gredos, 1969, p. 246.Google Scholar
  30. 30.
    Einführung in die vergleichende Literaturwissenschaft, Stuttgart, Kohlhammer, 1968, p. 70–80. Les pages de Weisstein sont encore utiles pour l'histoire lointaine de la littérature comparée en Italie. Je ne connais pas encore l'édition la plus récente de Weisstein,Comparative Literature and Literary Theory, Bloomington, Indiana University Press, 1973.Google Scholar

Copyright information

© Akadémiai Kiadó 1976

Authors and Affiliations

  • Franco Meregalli

There are no affiliations available

Personalised recommendations