Advertisement

Neohelicon

, Volume 8, Issue 1, pp 311–325 | Cite as

Les sources medievales deL'Oberon de Wieland

  • Éva R. Szilágyi
Historia Litterarum Europaearum

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Literatur

  1. 1.
    Friedrich Sengle,Wieland, Stuttgart 1949, p. 364.Google Scholar
  2. 2.
    Albert Fuchs,Les apports français dans l'œuvre de Wieland de 1772 à 1789. Paris, 1934, p. 135.Google Scholar
  3. 3.
    J. Mounier, La réalité mise en questionCahiers d'Histoire Littéraire Comparée, no. 3 (1978), p. 123.Google Scholar
  4. 4.
    Huon de Bordeaux, édité par Pierre Ruelle. Université libre de Bruxelles, Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres, T. XX. Bruxelles, 1960.Google Scholar
  5. 5.
    Complete Works of Geoffrey Chaucer. London, 1934, p. 364.Google Scholar
  6. 6.
    Complete Works of Alexander Pope. London 1871.Google Scholar
  7. 7.
    ibid., Complete Works of Alexander Pope. London 1871, vol. 1., p. 110.Google Scholar
  8. 8.
    Sur l'état de la question voir: P. Ruelle, op. cit., Complete Works of Elexander Pope. London 1871 p. 68 et suiv.Google Scholar
  9. 9.
    Corps d'extrait deRomans de Chevalerie. Paris 1788.Google Scholar
  10. 10.
    Mes collègues français ont eu l'amabilité de me signaler que le comte de Tressan sortait de la famille même de Mme de Lafayette, circonstance qui explique peut-être l'invocation de cette dernière. L'éditeur de Tressan en tout cas n'en parle pas.Google Scholar
  11. 11.
    «Huon et Gérasme avaient été trop bien élevés pour ne pas posséder à fond l'histoire de tous les chevaliers de la Table Ronde, qui servaient encore alors de modèle aux Chevaliers François. Ils reconnurent facilement le charmant roi de féerie Obéron, et se rappelèrent tout l'esprit que Tronc le Nain avait conservé dans le tems de ses infortunes. Ils osèrent même en rappeler quelques traits à l'aimable Obéron; Il en rit en leur disant qu'il reconnaissait bien en eux les Chevaliers des bords de la Garonne qui ne pouvaient s'empécher de gaber, même jusqu'à leurs meilleurs amis.»Google Scholar
  12. 12.
    Vers 4543 et suiv.Google Scholar
  13. 13.
    Vers 5616 et suiv.Google Scholar
  14. 14.
    Vers 5935.Google Scholar
  15. 15.
    Tressan, Ęuvres complètes, T. VII.Google Scholar
  16. 16.
    Pierre Daniel Huet, Traité de l'origine des Romans. Faksimiledrucke nach der Erstausgabe von 1670 und der Happelschen Übersetzung von 1782. Stuttgart, 1966. p. 4.Google Scholar
  17. 17.
    ibid., Pierre Daniel Huet, Traité de l'origine des Romans. Faksimiledrucke nach der Erstausgabe von 1670 und der Happelschen Übersetzung von 1782. Stuttgart, 1966. p. 5.Google Scholar

Copyright information

© Akadémiai Kiadó 1980

Authors and Affiliations

  • Éva R. Szilágyi

There are no affiliations available

Personalised recommendations