Advertisement

Neohelicon

, Volume 10, Issue 1, pp 177–202 | Cite as

Le personnage et ses contours. Quelques approches littéraires et picturales au seuil du romantisme

  • Hana Jechová
Speculum
  • 30 Downloads

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

References

  1. 1.
    Cit. d'après Dirk Van der Cruysse,Le portrait dans les ≪Mémoires≫ du duc de Saint-Simon (Paris, A. G. Nizet, 1971), pp. 8–9.Google Scholar
  2. 2.
    En réalité, la différence entre les portraits littéraires et picturaux ne résulte pas seulement des moyens d'expression différents dont ils disposent, mais aussi de leur rapport différent envers la réalité extérieure. La fonction principale des portraits picturaux est de représente des personnages réels, concets et uniques, tandis que les portraits littéraires, eux, modèles réels avec des traits fictifs, imaginaires ce qui affaiblit les possibilités d'une visualisation fixe et précise. Il est vrai que dans des œuvres qui se proposent explicitement de représenter des personnages réels, les portraits littéraires tendent vers une visualisation plus développée. Cependant même dans ce cas, la visualisation n'est jamais aussi concrète et précise que dans la peinture.Google Scholar
  3. 3.
    Mlle de Scudéry,Artamène ou le Grand Cyrus (Paris, 1953), pp. 225–226.Google Scholar
  4. 4.
    Madame de La Fayette,La Princesse de Clèves et d'autres romans (Paris: Gallimard, 1972), p. 138.Google Scholar
  5. 5.
    Jean de la Fontaine,Les Amours de Psyché et de Cupidon (Paris, Librairie Plon, 1960), p. 27.Google Scholar
  6. 6.
    Voir le portrait de Richelieu fait par Philippe de Champaigne qui guide la représentation du cardinal proposée par Georges de Scudéry. Cit. d'après Van der Cruysse,-op. cit., p. 34.Google Scholar
  7. 7.
    Jean Potocki,La duchesse d'Avila (Manuscrit trouvé à Saragosse) (Paris, Gallimard, 1958), p. 57.Google Scholar
  8. 8.
    Montaigne,Essais II, présenté par Michel Butor, édition préparée par Andrée Lhéritier (Paris: Union Générale d'Editions, 1964), p. 4.Google Scholar
  9. 9.
    -Ibid., pp. 8–9.Google Scholar
  10. 10.
    Jean-Jacques Rousseau,CEuvres complètes I (Paris, Gallimard, 1959), Bibliothèque de la Pléiade, p. 1108.Google Scholar
  11. 11.
    Voir les notes dans la même édition, p. 1834.Google Scholar
  12. 12.
    Voir, par exemple, le tableau de GéricaultLe fou assassin.Google Scholar
  13. 13.
    Marivaux,Le Paysan parvenu. Nauvelle édition revue et corrigée (Paris, Garnier Frères, 1965), p. 10.Google Scholar
  14. 14.
    -Ibid., Le Paysan parvenu. Nouvelle édition revue et corrigée (Paris, Garnier Frères, 1965), p. 10–11.Google Scholar
  15. 15.
    Voir la présentation de Chactas à l'assemblée des savants français in: Chateaubriand,∄uvres romanesques et voyages I. Texte établi. présenté et annoté par Maurice Regard (Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1969), pp. 250–251.Google Scholar
  16. 16.
    Sterne,Voyage sentimental à travers la France et l'Italie (A Sentimental Journey through France and Italy) (Paris, Aubier, Editions Montaigne 1934), Collection bilingue, pp. 15–16.Google Scholar
  17. 17.
    Chateaubriand,-op. cit., p. 168.Google Scholar
  18. 18.
    Voir, par exemple, le tableau de RembrandtSaskia en Flore où le bâton est fleuri comme l'est Saskia qui attend un enfant. Je remercie M. Gilbert Van de Louw pour ce complément.Google Scholar
  19. 19.
    Denis Diderot,∄uvres complètes. Edition chronologique. Introductions de Roger Lewinter (Le Club français du livre, 1971), p. 300.Google Scholar
  20. 20.
    E. T. A. Hoffmann,Contes. Fantaisies à la manière de Callot. Traduction de Henri Egmont, Alzir Hella, Olivier Bournac, Madeleine Laval, André Espiau de la Maestre. Notice et notes d'Albert Béguin. Préface de Claude Roy. (Paris, Gallimard, 1969), pp. 22–23. Nie sah ich einen Kopf, nie eine Gestalt, die so schnell einen si tiefen Eindruck auf mich gemacht hätten. Eine sanft gebogene Nase schloss sich an eine breite, offene Stirn mit merklichen Erhöhungen über den buschigen, halbgrauen Augenbraunen, unter denen die Augen mit beinahe wildem, jugendlichem Feuer (der Mann mochte über fünfzig sein) hervorblitzten. Das weichgeformte Kinn stand in seltsamem Kontrast mit dem geschlossenen Munde, und ein skurriles Lächeln, hervorgebracht durch das sonderbare Muskelspiel in den eingefallenen Wangen, schien sich aufzulehnen gegen den tiefen, melancholischen Ernst, der auf der Stirn ruhte. Nur wenige graue Löckchen lagen hinter den grossen, vom Kopfe abstehenden Ohren. Ein sehr weiter, moderner Überrock hüllte die grosse hagere Gestalt ein. E. T. A. Hoffmann,Poetische Werke, I (Berlin, Aufbau-Verlag, 1958), p. 65.Google Scholar
  21. 21.
    Voir Jean Paul,Vorschule der Ästhetik.Google Scholar
  22. 22.
    E. T. A. Hoffmann,-op. cit., p. 316.Google Scholar
  23. 23.
    Ibid., p. 335.Google Scholar
  24. 24.
    Op. cit., p. 46. (≪... zu wenig besorgt um Kleidung und Putz≫,op. cit., p. 139.)Google Scholar
  25. 25.
    op. cit., p. 312. (≪mit fremder Stimme≫,op. cit., p. 380.)Google Scholar
  26. 26.
    Voir, par exemple, G. Lukács,Goethe et son époque. Traduit de l'allemand par L. Goldmann et Frank (Paris, Les Editions Nagel, 949).Google Scholar

Copyright information

© Akadémiai Kiadó 1983

Authors and Affiliations

  • Hana Jechová

There are no affiliations available

Personalised recommendations