Sozial- und Präventivmedizin

, Volume 24, Issue 5, pp 318–320 | Cite as

Dépendances négatives et dépendances positives

Un concept important pour l'éducation pour la santé et la prise en charge des toxicomanies
  • J. Martin
Editorial
  • 20 Downloads

Conclusion

Les doctrines des behavioristes nord-américains, dont B. F. Skinner a été le chef de file, qui ont influencé les modes d'action discutés plus haut, ont été beaucoup critiquées à cause d'une orientation «mécaniste», s'attachant surtout aux manifestations visibles qui ne correspondent pas forcément à des changements profonds. H est bon que la discussion continue à cet égard; là aussi, il faut éviter les attitudes du type «tout ou rien». Le changement, la guérison doivent Être le fruit d'une réflexion et d'une action multifactorielles, qui considèrent l'individu ou le groupe dans leur écosystème. Dans le choix de stratégies de prise en charge des toxicomanes, la notion d'un continuum des dépendances négatives aux dépendances positives (et vice versa) et la connaissance de leurs similitudes et de leurs différences sont sans doute intéressantes et peuvent apporter une contribution pratique valable.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Bibliographie

  1. [1]
    Family and Community Health (Editor: Adina M. Reinhardt), Aspen Systems Corporation. 20010 Century Boulevard, Germantown, Maryland 20767. USA.Google Scholar
  2. [2]
    Forrest, Gary G., Negative an Positive Addictions, Family and Community Health2, 103–112 (1979).Google Scholar
  3. [3]
    Glasser, William, Positive Addictions, New York (Harper and Row, 1976).Google Scholar

Copyright information

© Schweiz Gesellschaft für Sozial- und Präventivmedizin 1979

Authors and Affiliations

  • J. Martin
    • 1
  1. 1.Médecin cantonal adjointService de la santé publiqueLausanne

Personalised recommendations