International Review of Education

, Volume 36, Issue 4, pp 488–494 | Cite as

Etude de Retour/Non-Retour des Étudiants Marocains en France (le cas de Lille)

  • Douieb el Attafi
Communications
  • 13 Downloads

Conclusion

Indépendamment de l'intention de retour ou de non-retour, les étudiants marocains à Lille sont en général appelés à créer leurs conditions matérielles d'existence et par là, à conduire des stratégies professionnelles et sociales d'intégration à la société française bien au delà de ce qu'exigerait un simple séjour d'étude. Ces mêmes étudiants pensent qu'au Maroc, la valorisation des qualifications acquises en France est incertaine. Le chômage des diplômés au Maroc devient une réalité de plus en plus tangible.

Les étudiants marocains à Lille, incertains de pouvoir s'insérer professionnellement au Maroc, lorsqu'ils réussissent à obtenir un emploi relativement déclassé, mais qualifiant, décident de rester en France. Ceci est d'autant plus probable quand, chez les étudiants, la religion n'est pas fortement intégrée. Dans le cas contraire et lorsque ils décident de rester en France, la religion comme effet durable de la socialisation primaire, constitue un point d'ancrage plus ou moins spécifique, leur permettant de réinterpréter les ruptures vécues, sous le mode de la continuité. Tout ceci montre que dans leurs choix de retour/non-retour, les étudiants sont bien évidemment conditionnés de leur histoire individuelle et collective, mais ils n'en sont pas entièrement prisonniers.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Copyright information

© Unesco Institute for Education and Kluwer Academic Publishers 1990

Authors and Affiliations

  • Douieb el Attafi

There are no affiliations available

Personalised recommendations