Réanimation

, Volume 22, Issue 4, pp 358–365

Effets stimulants respiratoires de l’acétazolamide en réanimation

Mise au Point / Update

DOI: 10.1007/s13546-013-0652-9

Cite this article as:
Faisy, C., Heming, N. & Urien, S. Réanimation (2013) 22: 358. doi:10.1007/s13546-013-0652-9
  • 428 Downloads

Résumé

Les patients porteurs d’une bronchopneumopathie obstructive (BPCO) ont une évolution marquée par des décompensations respiratoires qui grèvent leur pronostic, en particulier lorsque l’assistance respiratoire invasive s’avère nécessaire. L’alcalose métabolique pure ou mixte est fréquente en réanimation, notamment chez les patients BPCO au cours du sevrage de la ventilation mécanique où l’on parle alors d’alcalose posthypercapnique. L’alcalose métabolique est associée aux difficultés de sevrage. L’acétazolamide, un inhibiteur non spécifique des anhydrases carboniques (AC), est proposé comme traitement de l’alcalose métabolique chez les patients BPCO sous assistance respiratoire, ce qui permettrait de faciliter leur sevrage. Ce médicament est généralement bien toléré et les effets indésirables rares. Cependant, l’effet stimulant respiratoire de l’acétazolamide est toujours un sujet de controverse en réanimation. La méconnaissance de la pharmacodynamie de ce médicament dans les conditions d’emploi particulières en réanimation et la compartimentalisation des AC expliquent probablement les résultats divergents des études cliniques. Des données récentes suggèrent que la posologie d’acétazolamide devrait être augmentée lorsque les patients BPCO développant une alcalose métabolique reçoivent des corticoïdes, du furosémide ou présentent une chlorémie élevée afin de provoquer une amélioration cliniquement pertinente des paramètres respiratoires. Finalement, l’effet de l’acétazolamide en termes de mortalité ou de durée de la ventilation mécanique demeure à déterminer. Des études randomisées utilisant des posologies efficaces d’acétazolamide sont nécessaires pour clore cette controverse.

Mots clés

Acétazolamide Anhydrase carbonique Bronchopneumopathie chronique obstructive Ventilation mécanique Sevrage Pharmacodynamie 

Respiratory stimulant effects of acetazolamide in the intensive care unit

Abstract

Patients suffering from chronic obstructive pulmonary disease (COPD) present episodes of respiratory exacerbation, which may be severe and necessitate ventilatory support. Persistent failure to discontinue invasive mechanical ventilation is a major issue in patients suffering from COPD. Metabolic alkalosis is a common finding in the intensive care unit, associated with a worse outcome. In COPD patients, this condition is called post-hypercapnic alkalosis and represents a complication of mechanical ventilation. Reversal of metabolic alkalosis may facilitate weaning from mechanical ventilation of COPD patients. Acetazolamide, a non-specific carbonic anhydrase inhibitor, is one of the drugs used in the intensive care unit to reverse metabolic alkalosis. Acetazolamide is relatively safe. Its pharmacodynamics and compartmentalization of the different isoforms of carbonic anhydrase enzyme may in part explain the lack of evidence of acetazolamide’s efficacy as respiratory stimulant. Recent findings have suggested that acetazolamide doses routinely used in the intensive care unit may be insufficient to significantly improve respiratory parameters in mechanically ventilated COPD patients, especially in the presence of high serum chloride levels or co-administration of systemic corticosteroids or furosemide. Randomized controlled trials using adequate doses of acetazolamide are required to address this issue.

Keywords

Acetazolamide Carbonic anhydrase Chronic obstructive pulmonary disease Mechanical ventilation Weaning Pharmacodynamics 

Copyright information

© Société de réanimation de langue française (SRLF) and Springer-Verlag France 2013

Authors and Affiliations

  1. 1.Service de réanimation médicale, université Paris-Descartes, Sorbonne Paris Cité, Assistance publique-Hôpitaux de Parishôpital européen Georges-PompidouParis cedex 15France
  2. 2.Centre d’investigation clinique-0991 Inserm, Assistance publique-Hôpitaux de Parisuniversité Paris-DescartesSorbonne Paris CitéFrance

Personalised recommendations