Annales françaises de médecine d'urgence

, Volume 6, Issue 1, pp 55–61 | Cite as

Retour d’expérience des attentats du 13 novembre 2015. Prise en charge psychologique hospitalière des impliqués

  • N. Dantchev
  • S. Ben Younes
  • J. Mullner
  • R. Wallaert
  • M. Wohl
  • D. Cantin
Article Spécial / Special Article

Résumé

Lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, un dispositif de prise en charge hospitalière des impliqués a été mis en place à l’hôpital Hôtel-Dieu, complémentaire à celui qui a été assuré par les cellules d’urgence médicopsychologique (CUMP). Ce dispositif avait été instauré pour la première fois lors des attentats de Paris en janvier 2015. Il permet une mise à disposition immédiate de locaux, tout en conservant le circuit des urgences habituelles et une mobilisation rapide de psychiatres, urgentistes et personnels non médicaux. Un total de 646 impliqués a été accueilli au cours des quatre semaines qui ont suivi les attentats, dont 424 blessés et impliqués directs (dont la vie avait été directement menacée, ou qui avaient été en contact physique ou visuel avec des personnes décédées), 67 endeuillés et proches et 155 impliqués indirects (qui avaient été plus à distance des lieux d’attentats). Il s’agissait d’impliqués qui pour la plupart présentaient des troubles psychiques marqués (état de stress aigu, dissociation péritraumatique, syndrome de répétition et conduites d’évitement). La difficulté principale a consisté à maintenir ce dispositif dans la durée, afin de répondre au flux continu d’impliqués sur plusieurs semaines et à mobiliser les ressources en psychiatres et psychologues nécessaires. Un tel dispositif n’est possible qu’à la condition d’une implication réciproque sur le site hospitalier entre urgentistes et psychiatres.

Mots clés

Attentat terroriste Urgence médicopsychologique État de stress aigu État de stress post-traumatique 

Feedback on terrorist attacks on November 13, 2015. In-hospital psychological care of involved people

Abstract

During the events of November 13, 2015 in Paris, a large number of people were involved in the terrorist attacks without being physically wounded. Most of them needed urgent medicopsychological care. To manage this flow of patients, a care set up was put in place at the Hôtel-Dieu hospital. This set up was complementary to that which was provided by the emergency psychological units. It had been used for the first time during the attacks in Paris in January 2015. It allows an immediate availability of premises, while maintaining the circuit of the usual emergencies. It includes an immediate mobilization of psychiatrists, emergency doctors and non-medical staff. A total of 646 people were admitted during the 4 weeks following the attacks, including 424 directly involved (whose lives had been directly threatened or who had been in physical or visual contact with dead people), 67 mourners, and 155 indirectly involved (which were more remote places of attacks). Most of the patients seen in this set up showed severe mental disorders (acute stress disorder, peritraumatic dissociation, repetition syndrome and avoidance behaviours). The main difficulty was to keep this set up on the long run in order to meet the needs of the continuous flow of involved patients over several weeks. Mobilizing the necessary resources mainly psychiatrists and psychologists has also been a challenge. Only a mutual engagement of emergency doctors and hospital psychiatrists allows such a set up.

Keywords

Terrorist attack Medical and psychological emergency Acute stress disorder Post-traumatic stress disorder 

Références

  1. 1.
    Le ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées (1997) Circulaire DH E04-DGS SQ2 n° 97/383 du 28 mai 1997 relative à la création d’un réseau national de prise en charge de l’urgence médicopsychologique en cas de catastrophe. Texte abrogé. http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/cir_38043.pdf (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  2. 2.
    Le ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées (2003) Circulaire DHOS/O 2/DGS/6 C n° 2003-235 du 20 mai 2003 relative au renforcement du réseau national de l’urgence médicopsychologique en cas de catastrophe et annexe. Texte abrogé. http://www.sante.gouv.fr/fichiers/bo/2003/03-26/a0261846.htm (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  3. 3.
    Le Premier ministre (2013) Décret n° 2013-15 du 7 janvier 2013 relatif à la préparation et aux réponses aux situations sanitaires exceptionnelles. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do? cidTexte=JORFTEXT000026915951 (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  4. 4.
    La ministre des Affaires sociales et de la Santé (2014) Arrêté du 24 février 2014 fixant la liste des établissements de santé dotés de personnels et de professionnels affectés pour tout ou partie de leur activité à une cellule d’urgence médicopsychologique et les conditions de désignation d’établissements de santé dotés de personnels et de professionnels affectés par les agences régionales de santé. http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2014/2/24/AFSP1404783A/jo/texte (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  5. 5.
    La ministre des Affaires sociales et de la Santé (2014) Arrêté du 24 février 2014 relatif aux modalités d’intervention des cellules d’urgence médicopsychologique et aux conditions de participation des personnels et professionnels à une cellule d’urgence médicopsychologique. http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2014/2/24/AFSP1404781A/jo/texte (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  6. 6.
    Le Premier ministre (2015) Instruction interministérielle relative à la prise en charge des victimes d’actes de terrorisme 12 novembre 2015. http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2015/11/cir_40245. pdf (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  7. 7.
    Agence Régionale de Santé Île de France (2015) Enquête épidémiologique suite aux attentats de janvier 2015 en Île-de-France. http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Enquete-epidemiologiquesuite. 180229.0.html (Dernier accès le 21 décembre 2015)Google Scholar
  8. 8.
    Santiago PN, Ursano RJ, Gray CL, et al (2013) A systematic review of PTSD prevalence and trajectories in DSM-5 defined trauma exposed populations: Intentional and non-intentional traumatic events. PLoS One 8:e59236PubMedCentralCrossRefPubMedGoogle Scholar
  9. 9.
    Aakvaag HF, Thoresen S, Wentzel-Larsen T, et al (2014) Shame and guilt in the aftermath of terror: the Utoya Island study. J Trauma Stress 27:618–21CrossRefPubMedGoogle Scholar
  10. 10.
    Dyb G, Jensen TK, Nygaard E, et al (2014) Post-traumatic stress reactions in survivors of the 2011 massacre on Utoya Island, Norway. Br J Psychiatr 204:361–7CrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Société française de médecine d'urgence and Springer-Verlag France 2016

Authors and Affiliations

  • N. Dantchev
    • 1
  • S. Ben Younes
    • 1
  • J. Mullner
    • 1
  • R. Wallaert
    • 1
  • M. Wohl
    • 1
  • D. Cantin
    • 2
  1. 1.Service de psychiatriehôpitaux universitaires Paris centre, Hôtel-Dieu, Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP)ParisFrance
  2. 2.Service d’accueil des urgenceshôpitaux universitaires Paris centre, Hôtel-Dieu, APHPParisFrance

Personalised recommendations