Advertisement

Bulletin de la Société de pathologie exotique

, Volume 108, Issue 5, pp 369–372 | Cite as

Blood exposure accidents: knowledge and practices of hospital health workers in Mali

  • M.C. KonéEmail author
  • K.K. Mallé
Anthropologie Médicale / Medical Anthropology

Abstract

This is a prospective study conducted in December 2012 among 128 at the Nianankoro Fomba Hospital in Segou in order to assess their knowledge and practices on Blood Exposure Accidents (BEA). The average age of caregivers was 35.4 ± 9 years (range: 22-59 years). The nurses were predominant with 37.5%. The definition of BEA was mastered by 43.8%. The main transmissible infectious agents (HIV, HBVand HCV) were ignored by 76.6%. Questioning revealed that during the treatment, 78.9% wore gloves and 36.0% recapped needles after use. The concept of washing and disinfection after BEA was known by 68.8%. The disinfectant applied was correct for 21.9% of the cases, the time of application for 69.5%. Consulting a referring physician after BEA was mandatory for 32% of them. The time limit of 48 hours delay for the declaration of BEA was experienced by 51.3%. Among staff interviewed 82 caregivers (64.1%) experienced at least one BEA. Students and nursing students were most at risk. Needle pricks were the most frequent (73.2%). BEA is a major problem in the Segou Nianankoro Fomba Hospital. Compliance with standard precautions is not of common practice. Post-exposure care is not widely known. The experienced cases show poor management of BEA in the structure.

Keywords

Blood Exposure Accidents BEA Caregivers Observance Contamination Knowledge Attitudes Practices Standard precautions Good care practices Hospital Segou Mali Sub-Saharan Africa 

Les accidents d’exposition au sang : connaissances et pratiques des personnels de santé d’un hôpital du Mali

Résumé

Il s’agit d’une étude prospective réalisée en décembre 2012 auprès de 128 soignants de l’Hôpital Nianankoro Fomba de Ségou au Mali. Le but était d’évaluer leurs connaissances et pratiques sur les accidents d’exposition au sang (AES). L’âge moyen des soignants était de 35,4 ± 9 ans (extrêmes: 22 - 59 ans). Les infirmiers étaient prédominants avec 37,5 %. Les principaux agents infectieux transmissibles (VIH, VHB et VHC) étaient ignorés par 76,6 %. L’interrogatoire a révélé que, au cours des soins, 78,9 % portaient des gants et 36,0 % recapuchonnaient les aiguilles après usage. La notion de lavage et de désinfection après un AES était connue par 68,8 %. Le désinfectant appliqué était correct pour 21,9 % et le temps d’application pour 69,5 %. La consultation d’un médecin référent après un AES était obligatoire selon 32 %. Le délai de 48 heures pour déclarer l’AES était connu par 51,3 %. Parmi le personnel interviewé, 82 soignants (64,1 %) ont été victimes au moins d’un AES. Les étudiants étaient les plus exposés. Les piqûres étaient les plus fréquentes (73,2 %). Les AES constituent un problème majeur à l’Hôpital Nianankoro Fomba de Ségou. Le respect des précautions standards n’est pas de pratique courante. La prise en charge post-exposition n’est pas connue par tous. Les cas vécus montrent une mauvaise prise en charge des AES dans la structure.

Mots clés

Accidents d’exposition au sang AES Personnel soignant Observance Contamination Connaissances Attitudes Pratiques Précautions standards Bonnes pratiques de soins Hôpital Ségou Mali Afrique intertropicale 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

References

  1. 1.
    Abiteboul D, Fargeot C, Deblangy C, et al (2003) Le gant et les AES. Hygiènes 11 (2):143–6Google Scholar
  2. 2.
    Alessandro E (2012) Prévenir le risque infectieux à l’hôpital ? Réflexions anthropologiques autour des pratiques d’hygiène hospitalière dans un service de médecine au Niger. Anthropologie et santé [En ligne], consulté le 16 juillet 2015 [http://anthropologiesante.revues.org/835]Google Scholar
  3. 3.
    Casalino E (2012) Les accidents d’exposition au sang en réanimation: épidémiologie, prévention et prise en charge. Réanimation 21 (6):681–7CrossRefGoogle Scholar
  4. 4.
    Doumbia S, Bouvet E, Diarra J, et al (2001) Facteurs prédictifs de survenue d’accident d’exposition au sang (AES) au CHU de Treichville (Abidjan, Côte d’Ivoire). In: livre des résumés, XXIIe Conférence Internationale sur le Sida et les MST en Afrique. 12 (BT3-1):221Google Scholar
  5. 5.
    Eholié SP, Ehui E, Yebouet-Kouame BY, et al (2002) Analyse des pratiques et connaissances du personnel soignant sur les accidents d’exposition au sang à Abidjan (Côte d’Ivoire). Méd Mal Infect 32 (7):359–68.CrossRefGoogle Scholar
  6. 6.
    Gzara A, Triki D, Abdellah K, et al (2008) Enquête « Connaissances- Attitudes-pratiques » sur les accidents d’exposition dans des structures de première ligne à Tunis (Tunisie). Rev Tun Infectiol 2 (4):10–7.Google Scholar
  7. 7.
    Kosmann MJ (2003) Les collecteurs à objets piquants, coupants: Un matériel sécurisé essentiel et un risque paradoxal. Hygiènes XI (2):147–50.Google Scholar
  8. 8.
    Lamontagne F, Lolom I, Tarantola A, et al (2003) Evolution de l’incidence des accidents exposant au sang chez le personnel infirmier hospitalier en France métropolitaine de 1990 à 2000: Impact des mesures préventives et rôle des matériels sécurisés. Hygiènes XI (2):113–9Google Scholar
  9. 9.
    Ndiaye M, Cissoko Bè ye D, Sow ML (2011) Les accidents avec exposition au sang (AES) au CHNU de Fann de Dakar (Sénégal). CAMIP. info Revue de la santé au travail 2011–1Google Scholar
  10. 10.
    Tarantola A (2003) Les risques infectieux après accident exposant au sang ou aux liquides biologiques. Hygiènes XI (2):87–95Google Scholar
  11. 11.
    Zannou DM, Adè G, Houngbè F, et al (2006) Facteurs épidémiologiques liés aux accidents d’exposition au sang en milieu hospitalier à Cotonou, Bénin. Méd Afr Noire 53 (7):413–8Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag France 2015

Authors and Affiliations

  1. 1.Hôpital Nianankoro Fomba de SégouBamakoMali

Personalised recommendations