Advertisement

Téléconsultation d’anesthésie au domicile : une enquête d’acceptabilité

  • Anaïs Roche Interne 4e année du DES d’anesthésie-réanimation
  • Nathalie Thilly
  • Sylvie Boileau
  • Hervé BouazizEmail author
Correspondence
  • 95 Downloads

Au rédacteur,

En France, on assiste au développement de la télémédecine depuis 2009 et la promulgation de l’article 78 de la loi « hôpital, patients, santé, territoires » du code de la Santé Publique.1 Comme la téléconsultation pré-anesthésique des patients à leur domicile n’a jamais été évaluée en France, nous avons décidé de recueillir l’avis des patients et de déterminer si leurs équipements informatiques étaient suffisants.

Après accord du Comité de protection des personnes Est III, une étude observationnelle prospective était menée au Centre hospitalier régional et universitaire (CHRU) de Nancy en septembre 2015, auprès de 400 patients de chirurgie de la main ou de chirurgie orthopédique programmés en ambulatoire. Des questionnaires anonymes leur étaient remis avant la consultation pré-anesthésique. Les questions portaient sur leurs caractéristiques sociodémographiques, contraintes matérielles, équipements informatiques, aptitudes aux logiciels de webcommunication, et leur avis sur l’instauration d’une téléconsultation pré-anesthésique. La fin du questionnaire était remplie par l’anesthésiste. Il statuait sur l’éligibilité du patient, définie par l’absence de comorbidités sévères et une compréhension correcte.

Le critère de jugement principal était l’acceptation du patient pour la téléconsultation. Les critères secondaires étaient l’identification des facteurs associés à l’acceptation, l’évaluation de l’équipement informatique et l’éligibilité.

Les réponses aux questionnaires sont sous forme d’effectifs et pourcentages, ou de moyennes et écart-types (ET). Les facteurs associés étaient identifiés par le test du Chi-2 pour les variables qualitatives et le test t Student pour les variables quantitatives, au seuil de significativité P < 0,05. Les analyses étaient conduites avec le logiciel SAS version 9.3 (SAS® Institute, Inc., Cary, CN, ÉU).

Sur 382 questionnaires analysés (18 perdus de vue), l’âge moyen (ET) était de 50 ans (15), avec une prédominance d’hommes (55 %). Parmi les patients, 218 (59 %) étaient actifs, 93 (37 %) ont pris congés, 60 (16 %) habitaient à plus de 100 km, 315 (85 %) possédaient un équipement informatique et 229 (63 %) utilisaient les logiciels de webcommunication.

Au final, seulement 184 (51 %) patients étaient favorables à la téléconsultation d’anesthésie, de par le gain de temps (n = 109, 63 %). Les opposants soulignaient un manque d’équipement (n = 42, 24 %), un manque de connaissances informatiques (n = 29, 17 %), ou préféraient une consultation traditionnelle (n = 141, 82 %).

Pour les anesthésistes, 312 (84 %) patients étaient éligibles. Etaient significativement liés à l’acceptation d’une téléconsultation : un âge plus jeune [moyen (ET) 47 (14) pour le groupe favorable vs 54 (16), P < 0,001], l’activité (67 % vs 51%, P = 0,002), l’équipement informatique (96% vs 76%, P < 0,0001), l’utilisation de logiciels (87 % vs 38 %, P < 0,001), et un score American Society of Anesthesiologists I (59 % vs 40 %, P = 0,006). (Tableau)
Tableau

Facteurs associés à l’acceptation d’une téléconsultation par les patients ayant une chirurgie ambulatoire programmée

Favorable à la telecommunication

Non

n = 179 (49%)

Oui

n = 184 (51%)

P*

n

(%/moyenne)

Écart-types

n

(%/moyenne)

Écart-types

Âge

178

(54)

16

183

(47)

14

<0,001

Classe d’âge

      

0,001

 Inférieur ou égal à 40

40

(42%)

 

55

(58%)

  

 De 41 à 60

75

(44%)

 

95

(56%)

  

 Plus de 60

64

(65%)

 

34

(35%)

  

Stress ou anxiété

      

0,23

 Non

112

(47%)

 

128

(53%)

  

 Oui

64

(53%)

 

56

(47%)

  

Activité

      

0,002

 Actif

91

(43%)

 

122

(57%)

  

 Étudiant

5

(33%)

 

10

(67%)

  

 Retraité

65

(64%)

 

36

(36%)

  

 Sans profession

16

(52%)

 

15

(48%)

  

Congés posés

      

0,34

 Non

73

(47%)

 

81

(53%)

  

 ½ journée

12

(35%)

 

31

(65%)

  

 1 journée

20

(44%)

 

25

(56%)

  

Distance du trajet

      

0,80

 Moins de 50 km

117

(50%)

 

116

(50%)

  

 Entre 50 et 100 km

53

(47%)

 

59

(53%)

  

 Plus de 100 km

7

(44%)

 

9

(56%)

  

Ordinateur ou tablette

      

<0,001

 Non

43

(86%)

 

7

(14%)

  

 Oui

13

(30%)

 

177

(57%)

  

Logiciels de webcommunication

      

<0,001

 Non

111

(82%)

 

24

(18%)

  

 Oui

68

(30%)

 

160

(70%)

  

Fréquence d’utilisation des logiciels

      

0,18

 Sporadique

37

(35%)

 

68

(65%)

  

 Plusieurs fois par mois

13

(22%)

 

47

(78%)

  

 Plusieurs fois par semaine

17

(30%)

 

40

(70%)

  

Score ASA

      

0,006

 I

73

(41%)

 

106

(59%)

  

 II

92

(57%)

 

69

(43%)

  

 III

7

(54%)

 

4

(46%)

  

ASA = American Society of Anesthesiologists

*Test du Chi-2 pour les variables qualitatives, test de Student pour les variables quantitatives

En France, la désertification médicale s’accroît. Au Canada, devant une problématique similaire, une étude pilote2 a évalué des téléconsultations pré-anesthésiques entre 65 sites distants. Finalement, 90 % des patients étaient très satisfaits. En Australie, une étude3 a recueilli l’avis des patients pour une téléconsultation d’anesthésie entre deux hôpitaux. Parmi les répondants, 98 % en soulignaient la qualité.

Il existe des limites à notre enquête. La réalisation de l’examen clinique face à une webcam n’a pas été abordé. Il existait des données manquantes pour les variables « congés » (34,0 %) et « fréquence d’utilisation des logiciels de communication » (42 %). L’analyse multivariée n’a pas été réalisée pour toutes les variables testées en raison d’effectifs faibles.

Le nombre de patients médicalement éligibles, favorables et équipés sur le plan informatique confirme l’intérêt du développement des téléconsultations d’anesthésie au domicile.

Les précédentes études proposaient des téléconsultations entre centres médicaux. Notre enquête envisage une évolution de la téléconsultation d’anesthésie, puisqu’elle se déroulerait au domicile du patient.

L’essai TELECAM débutera en mai 2018 au Centre Chirurgical Émile Gallé, CHRU de NANCY. Il est en cours d’instruction par le Comité de Protection des Personnes Sud-Ouest et Outre-Mer IV et proposera d’évaluer la qualité de téléconsultations d’anesthésie au domicile du patient comparativement aux consultations traditionnelles au CHRU de NANCY.

Notes

Conflit d’intérêt

Aucun.

Responsabilité éditoriale

Cet article a été traité par Dr Étienne de Médicis, rédacteur de la langue française, Journal canadien d’anesthésie.

Références

  1. 1.
    L’agence française de la santé numérique. Le décret du 19 octobre 2010 relatif à la Télémédecine. Article L6316-1 du code de la santé publique issu de la loi du 21 juillet 2009 réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST). Disponible à l’adresse URL : http://esante.gouv.fr/services/reperes-juridiques/le-decret-du-19-octobre-2010-relatif-a-la-telemedecine (consulté décembre, 2017]).
  2. 2.
    Wong DT, Kamming D, Salenieks ME, Go K, Kohm C, Chung F. Preadmission anesthesia consultation using telemedicine technology: a pilot study. Anesthesiology 2004; 100: 1605-7.CrossRefPubMedGoogle Scholar
  3. 3.
    Roberts S, Spain B, Hicks C, London J, Tay S. Telemedicine in the Northern Territory: an assessment of patient perceptions in the preoperative anaesthetic clinic. Aust J Rural Health 2015; 23: 136-41.CrossRefPubMedGoogle Scholar

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists' Society 2017

Authors and Affiliations

  • Anaïs Roche Interne 4e année du DES d’anesthésie-réanimation
    • 1
  • Nathalie Thilly
    • 2
  • Sylvie Boileau
    • 1
  • Hervé Bouaziz
    • 1
    Email author
  1. 1.Département d’anesthésieCHRU NancyNancyFrance
  2. 2.Epidémiologie et Evaluation cliniqueCHRU NancyVandoeuvre-les-NancyFrance

Personalised recommendations