Advertisement

Revue de Synthèse

, Volume 129, Issue 1, pp 9–21 | Cite as

Civiliser en Grèce Ancienne Adoucir la Nature et Naturaliser la Force

  • Catherine Darbo-PeschanskiEmail author
Articles
  • 42 Downloads

Résumé

Les Grecs anciens n’ont pas unifié l’idée de civilisation en un concept ni sous un mot uniques. Envisagée comme un processus depuis les origines, elle se présente comme une série d’acquisitions ou de pertes au terme desquelles s’est forgée une condition humaine fortement ambivalente. Conçue comme un état, elle se rencontre à l’intersection de trois axes: celui d’un régime et d’une éducation qui apprivoisent la nature; celui d’un régime politique respectueux de la loi; celui d’une politique extérieure respectueuse de la justice. Mais en grec, régime politique et hégémonie portent le même nom (archê). En naturalisant et en légitimant la domination romaine Denys d’Halicarnasse en fait une force de civilisation.

Mots-clés

origine éducation condition humaine animal hégémonie 

Abstract

Ancient Greeks had neither a single notion nor a single word to express the idea of civilization. As a process of living since the origins, civilization appears as a serie of acquisitions or losses that lead to an ambivalent human condition. As a state, it is a blend of three factors: a diet and an education that tame nature; a legal political system and just foreign politics. But in the Greek language, the same word expresses a political system and domination (archê). Dionysius of Halicarnassus by speaking of the Roman domination as a just and natural phenomena, makes it a civilizing power.

Keywords

origin upbringing/education human nature animal leadership 

Zusammenfassung

Die griechische Antike hat die Idee der Zivilisation weder in einem einheitlichen Begriff noch einem einheitlichen Wort gefasst. Seit den Ursprüngen als Prozess angesehen, präsentiert sie sich als eine Reihe von Errungenschaften oder Verlusten, in deren Ansehung sich eine fundamental ambivalente «conditio humana» formt. Wenn sie dagegen als Zustand verstanden wird, findet sie sich im Schnittpunkt dreier Perspektiven: der eines Regimes oder einer Ausbildung zur Zähmung der Natur, der eines politischen Regimes, das das Gesetz achtet, und der einer auf Gerechtigkeit bedachten Außenpolitik. Aber in Griechenland trugen politisches Regime und Hegemonie denselben Namen (archê). Indem Denis von Halikarnass die römische Vorherrschaft naturalisierte und legitimierte, machte er daraus eine Macht der Zivilisation.

Stichwörter

Ursprung Erziehung Conditio Humana Tier Hegemonie 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Liste des Références

I — Sources antiques

  1. Aristote, Ethica Nicomachea, éd. Ingram Bywater, Oxford, Oxford University Press, 1984.Google Scholar
  2. Démocrite, dans Les Présocratiques, trad. franç. de Jean-Paul Dumont, Daniel Delattre, et Jean-Louis Ppoirier, Paris, Gallimard, 1988, p. 747–938.Google Scholar
  3. Denys XXXd’Halicarnasse, Antiquités romaines, liv. I–II, trad. Valérie Fromentin et Jacques Schnäbele, Paris, Les Belles Lettres, 1990.Google Scholar
  4. Hésiode, Théogonie, Les Travaux et les jours, Le bouclier, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1928.Google Scholar
  5. Lucrèce, De la Nature, texte établi et traduit par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1964, 2 vol.Google Scholar
  6. Platon, Lois, texte établi et traduit par Édouard Des Places, Augustin Diès et Louis Gernet, Paris, Les Belles Lettres, 1975–1976, 4 vol.Google Scholar
  7. Polybe, Histoires, texte établi et traduit par Raymond Weil, Paris, Les Belles Lettres, 1977, vol. VI.Google Scholar
  8. Sénèque, Entretiens. Lettres à Lucilius, éd. Paul Veyne, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1993.Google Scholar
  9. Xénophon, Cyropédie, texte établi et traduit par Marcel Bizos et Édouard Delebecque, Paris, Les Belles Lettres, 1971–1978, 3 vol.Google Scholar

II — Études

  1. Benveniste (Émile), 1954, «Civilisation. Contribution à l’histoire du mot», rééd. dans Problèmes de linguistique générale, vol. I, Paris, Gallimard (Tel), 1966, p. 336–345.Google Scholar
  2. Blundell (Sue), 1986, The Origins of civilization in Greek and Roman thought, Londres, Groom Helm.Google Scholar
  3. Cole (Thomas), 1967, Democritus and the sources of Greek anthropology, Yale, Press of Western Reserve University.Google Scholar
  4. Conacher (Desmond J.), 1980, Aechylus’ Prometheus bound: a literary commentary, Toronto, University of Toronto Press.Google Scholar
  5. Darbo-Peschanski (Catherine), 1998, «L’historien grec ou le passé jugé», dans Loraux (Nicole) et Miralles (Carles), dir., Figures de l’intellectuel en Grèce ancienne, Paris, Belin, p. 143–189.Google Scholar
  6. Ferguson (Adam), 1767, An essay on the history of civil society, Édimbourg, rééd. Cambridge, Cambridge University Press, 1995.Google Scholar
  7. Gera (Deborah Levin), 2003, Ancient Greek ideas on speech, language and civilization, Oxford, Oxford University Press.Google Scholar
  8. Goldschmidt (Victor), 1953, Le Système stoïcien et l’idée de temps, Paris, Vrin, ici 4e éd., 2000.Google Scholar
  9. Rey (Alain), 1992, Dictionnaire historique de la langue française, article «Civilisation» (TLFi, http://atifl.atifl.fr/tlf.htm).
  10. Thein (Karel), 2000, «Mettre la Kallipolis en acte: l’équivoque temporelle dans la République de Platon», dans Darbo-Peschanski (Catherine), dir., Constructions du temps dans le monde grec ancien, Paris, CNRS Éditions, p. 253–265.Google Scholar
  11. Thein (K.), 2001, Le Lien intraitable. Enquête sur le temps dans la République et le Timée de Platon, Paris, Vrin.Google Scholar
  12. Vernant (Jean-Pierre), 1974, «Le mythe prométhéen chez Hésiode», dans Id., Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, Maspero, p. 177–194.Google Scholar
  13. Vidal-Naquet (Pierre), 1960, «Temps des dieux, temps des hommes», rééd. dans Le Chasseur noir: Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La Découverte, 1983, p. 69–93.Google Scholar

Copyright information

© Springer Verlag France 2008

Authors and Affiliations

  1. 1.Bourg-la-ReineFrance

Personalised recommendations