Advertisement

Psycho-Oncologie

, Volume 11, Issue 1, pp 47–50 | Cite as

Miroir, ô mon beau miroir, suis-je toujours le même ? Métamorphoses du corps en soins palliatifs et identité

  • N. Clement-Hryniewicz
Article Original / Original Article
  • 67 Downloads

Résumé

En unité de soins palliatifs, les altérations du corps s’avèrent souvent nombreuses, qu’elles soient intimement liées aux traitements/chirurgies mis en place en amont ou à l’évolutivité de la maladie. Le corps s’avère de fait très éloigné des standards de la mode actuelle et des préceptes requis de notre société moderne occidentale. Il est un corps brisé dans son apparence, marqué du sceau d’une altérité inaliénable qui éveille la peur, la honte, le dégoût, l’horreur et ne manque de susciter l’effroi, la fascination parfois. Il laisse libre cours au monde pulsionnel, aux angoisses archaïques infantiles, au risque de la dépersonnalisation, porteur d’une menace potentielle, de la mort à venir, dans ses aspects les plus vils. Face à ce corps, le risque pour chacun (patient, proches, professionnels) de désinvestir la relation et de se laisser submerger par des émotions, par la pitié plutôt que par l’empathie, s’avère important si un travail d’élaboration psychique et de réflexion autour du soin, de l’accompagnement ne se met pas en place rapidement.

Mots clés

Soins palliatifs Altérité Effroi Corps meurtri Étrangeté 

Mirror, mirror on the wall, am I still the same as before? The metamorphosis of the body and identity whilst receiving palliative care

Abstract

In the palliative care unit, the body undergoes numerous changes, whether intimately linked to the treatments/surgeries that took place previously, or due to the progression of the disease. The body clearly falls some way short of current fashionable standards and the precepts required in our modern Western society. It is a body with a shattered appearance, marked with a stamp of inherent alterity that awakens fear, shame, disgust and horror and never fails to arouse a feeling of dread and sometimes of fascination. It gives free rein to a world of impulsiveness, to archaic childhood fears, to the risk of depersonalisation, carrying a potential threat of impending death in its worst aspects. Faced with this body, the risk for everyone (the patient, the family, professionals) of dissociating from the relationship and allowing yourself to be drowned by emotions, by pity rather than empathy, is clearly considerable if measures are not put in place quickly to facilitate psychological development and self-reflection and support

Keywords

Palliative care Alterity Dread Battered body Strangeness 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Le Breton D (2008) Anthropologie du corps et modernité. Puf, VendômeGoogle Scholar
  2. 2.
    Ohl F (2003) Les objets sportifs. Comment des biens banalisés peuvent constituer des référents identitaires. Anthropologie et Sociétés 27:167–84Google Scholar
  3. 3.
    Leriche R (1936) De la santé à la maladie, la douleur dans les maladies, où va la médecine ? Encyclopédie française, t. VIGoogle Scholar
  4. 4.
    Audhuy B (2009) Cancer, l’ennemi de mon corps. 10e Journée haut-rhinoise de psycho-oncologieGoogle Scholar
  5. 5.
    De Ronsard P (1979) Je n’ai plus que les os… In: De Ronsard P (ed) Discours. Derniers vers. Flammarion, Paris, p 194Google Scholar
  6. 6.
    Anzieu D (1985) Le moi peau. Dunod, ParisGoogle Scholar
  7. 7.
    Nancy JL (2010) L’intrus. Galilée, ParisGoogle Scholar
  8. 8.
    Le Breton D (1992) Des visages. Essai d’anthropologie. Métailié, ParisCrossRefGoogle Scholar
  9. 9.
    Polin R (1948) Du laid, du mal, du faux. Puf, ParisGoogle Scholar
  10. 10.
    Dolto F (1998) Parler de la mort. Mercure de France, ParisGoogle Scholar
  11. 11.
    Freud S (1985) L’inquiétante étrangeté. In: Freud S (ed) L’inquiétante étrangeté et autres essais. Gallimard, Paris, pp 209–63Google Scholar
  12. 12.
    Levi P (1988) Si c’est un homme. Pocket, ParisGoogle Scholar
  13. 13.
    Zweig S (1983) La pitié dangereuse. Grasset, ParisGoogle Scholar
  14. 14.
    Deschamps D (1997) La restauration de l’image de soi à travers le corps blessé. Rev Geriatr 22:34–8Google Scholar
  15. 15.
    Winnicott D (1988) Le rôle du miroir de la mère et de la famille dans le développement de l’enfant. In: Winnicott D (ed) Jeu et réalité. Gallimard, Mayenne, pp 153–63Google Scholar
  16. 16.
    Hegel GWF (1984) Phénoménologie de l’esprit. Gallimard, ParisGoogle Scholar
  17. 17.
    Ricœur P (2007) Vivant jusqu’à la mort. Seuil, ParisCrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Lavoisier 2017

Authors and Affiliations

  1. 1.USP, département hospitalo-universitaire de médecine interne et gériatriehôpital Albert-ChenevierCréteil cedexFrance

Personalised recommendations