PSN

, Volume 9, Issue 1, pp 41–54

Les états anxieux dans l’histoire de la médecine Deuxième partie: de la neurasthénie au trouble anxiété généralisée

  • T. Haustgen
Histoire / History

Résumé

Dernière « grande névrose » décrite par des somaticiens avant la classification freudienne, la neurasthénie (Beard, 1869, 1880; Charcot, 1887) connaît un essor considérable entre 1870 et 1900, aux États-Unis et en Europe. Puis elle est démembrée et annexée par la psychiatrie, sous la forme de la psychasthénie (Janet, 1903) et des accès dépressifs mineurs. Elle amorce alors un lent déclin, mais est encore individualisée par P. Guiraud (1956) et par la CIM-10 (1992). Préparée par les travaux de E. Brissaud (1890) et de E. Hecker (1892), la névrose d’angoisse de Freud (1895) reste toutefois la principale entité issue du démembrement de la neurasthénie, associant attente anxieuse, attaques d’angoisse et accès rudimentaires. Diffusée en France par Hartenberg, Lalanne (1902), puis Heckel (1917), son autonomie est contestée par G. Ballet, Pitres et Régis (1902), F. Raymond (1911). À partir de 1910, la vaste constitution émotive héréditaire (E. Dupré) tend à englober la névrose d’angoisse, ainsi que de nombreuses manifestations rattachées jusque-là à l’hystérie et (après 1914) les pathologies post-traumatiques de guerre (Devaux et Logre, 1917; De Fleury, 1924). Mais de nombreux auteurs français séparent anxiété psychique et angoisse somatique (Brissaud, 1902; Claude et Lévy-Valensi, 1938; Ey, 1950). Après 1945, diverses entités (stress, vagotonie, spasmophilie) semblent l’indice de nouvelles tentatives d’annexion des manifestations anxieuses par la médecine interne. À partir des années 1960, deux courants antagonistes s’affrontent à leur sujet: l’un, d’inspiration psychanalytique, soutient l’autonomie de la névrose d’angoisse, l’autre, issu de la psychopharmacologie, sépare anxiété permanente et accès d’angoisse aiguë. Cette dernière, rebaptisée attaque de panique (D. Klein, 1962), reprend en fait les descriptions de l’anxiété paroxystique (Brissaud), de l’attaque d’angoisse (Freud), de l’accès émotif (Dupré), de la crise anxieuse ou émotive (Devaux et Logre), de la forme paroxystique mentale de l’angoisse (Heckel). Bien que la dichotomie entre trouble panique et anxiété généralisée soit officialisée par le DSM-IV et la CIM-10, une approche dimensionnelle récente regroupe dans le même cadre clinique de nombreuses manifestations anxieuses et « névrotiques », au-delà de la névrose d’angoisse freudienne.

Mots clés

Angoisse Anxiété Constitution Dupré Émotion Freud Neurasthénie Névrose Panique Stress 

Anxiety disorders in the history of medicine Second part: from neurasthenia to generalized anxiety disorder

Abstract

The last “great neurosis,” described by general practitioners before the Freudian classification, the neurasthenia (Beard, 1869, 1880; Charcot, 1887) originated between 1870 and 1900 in the USA and in Europe. It was then dismembered and annexed by the psychiatrists, through psychasthenia (Janet, 1903) and mild depressive states. It declined slowly at the beginning of the 20th century, but is still alive in the textbook of P. Guiraud (1956) and in the ICD-10 (1992). Helped by the works of E. Brissaud (1890) and E. Hecker (1892), Freud’s “anxiety neurosis” (1895) remains, however, the most famous clinical entity resulting from the dismemberment of neurasthenia. It includes anxious expectation, anxiety attacks, and somatic equivalents. Diffused in France by Hartenberg, Lalanne (1902), and then Heckel (1917), it was contested by G. Ballet, Pitres and Regis (1902) and F. Raymond (1911) — successor of Charcot at the Salpêtrière Hospital. After 1910, the hereditary “emotive constitution” of E. Dupré tended to gather the manifestations of anxiety neurosis, several hysterical symptoms, some depressive disorders, and post-traumatic disorders resulting from the lst World War (Devaux and Logre, 1917; De Fleury, 1924). But many French authors separated psychical anxiety and somatic anguish — later named panic disorder, (Brissaud, 1902; Claude and Lévy-Va1ensi, 1938; Ey, 1950). After 1945, the emergence of several somatic entities such as stress, vagotonia, and spasmophilia can be seen as new attempts by general practitioners for the annexation of anxiety disorders. After 1960, two opposite clinical orientations can be described: those inspired by psychoanalysis maintain the autonomy of anxiety neurosis; others separate, from psychopharmacological criteria, generalized anxiety and acute anguish. This last, named “panic attack” (D. Klein, 1962), gathers in fact the symptoms of paroxysmal anxiety (Brissaud), anxiety attack (Freud), emotive attack (Dupré), emotive or anxious crisis (Devaux and Logre), and the mental paroxysmal form of anxiety (Heckel). Though the clinical dichotomy between generalized anxiety and panic disorder has been emphasized by DSM-IV and ICD-10, a dimensiona1 approach of mental disorders would include most anxious and “neurotic” symptoms, beyond anxiety neurosis.

Keywords

Anxiety Constitution Dupré Emotion Freud Neurasthenia Neurosis Panic Stress 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Adler A (1926) Le tempérament nerveux. Traduction française, Payot, ParisGoogle Scholar
  2. 2.
    Axenfeld A (1883) Traité des névroses. 2e édition (augmentée par Huchard H), Baillière G, ParisGoogle Scholar
  3. 3.
    Ballet G (1902) Causes de la névrose d’angoisse. Ses rapports avec la neurasthénie traumatique. In: Lalanne G, op cit (réf. 31), pp 51–52Google Scholar
  4. 4.
    Beard GM (1880) A practical treatise of nervous exhaustion (neurasthenia): its symptoms, nature, sequences, treatment. Wood, New YorkGoogle Scholar
  5. 5.
    Berner P (1995) Anxiété et nosologie. Un aperçu historique. Confrontations Psychiatriques 36:35–51Google Scholar
  6. 6.
    Berrios GE (1996) The history of mental symptoms. Descriptive psychopathology since the 19th century. Cambridge University Press, CambridgeCrossRefGoogle Scholar
  7. 7.
    Bouveret L (1891) La neurasthénie. Épuisement nerveux. Baillière JB, ParisGoogle Scholar
  8. 8.
    Brissaud E (1890) De l’anxiété paroxystique. Sem Med 10:410–411Google Scholar
  9. 9.
    Brissaud E (1902) Angoisse et anxiété. Anxiété paroxystique. In: Lalanne G, op cit (réf. 31), pp 44–45Google Scholar
  10. 10.
    Charcot JM (1887, 1889) Leçons du mardi à La Salpêtrière. Polyclinique 1887–1888 et 1888–1889. Progrès Médical, Delahaye et Lecrosnier, ParisGoogle Scholar
  11. 11.
    Chaslin P (1912) Éléments de sémiologie et clinique mentales. Asselin et Houzeau, ParisGoogle Scholar
  12. 12.
    Claude H, Lévy-Valensi J (1938) Les états anxieux. Maloine, ParisGoogle Scholar
  13. 13.
    Delmas A, Boll M (1922) La personnalité humaine. Son analyse. Flammarion, ParisGoogle Scholar
  14. 14.
    Devaux A, Logre BJ (1917) Les anxieux. Étude clinique. Masson, ParisGoogle Scholar
  15. 15.
    Dupré E (1925) Pathologie de l’imagination et de l’émotivité, préface de Bourget P. Payot, ParisGoogle Scholar
  16. 16.
    Dutil A (1903) Neurasthénie. In: Ballet G (ed) Traité de pathologie mentale. Doin O, Paris, pp 842–850Google Scholar
  17. 17.
    Ey H (1950) Anxiété morbide, étude no 15. In: Études Psychiatriques, tome II, Desclée de Brouwer, Paris. Rééd. Crehey, Perpignan, pp 379–426Google Scholar
  18. 18.
    Féré C (1892) La pathologie des émotions. Alcan F, ParisGoogle Scholar
  19. 19.
    Fleury (De) M (1924) L’angoisse humaine. Éditions de France, ParisGoogle Scholar
  20. 20.
    Freud S (1995) La première théorie des névroses. Quadridge/PUF, ParisGoogle Scholar
  21. 21.
    Garnier P (1902) L’anxiété impulsive au point de vue médicolégal. In: Lalanne G, op cit (réf. 31), pp 61–62Google Scholar
  22. 22.
    Garrabé J (1987) Anatomie d’un diagnostic à la mode: les « panic-attacks ». Evol Psych 52(1):163–174Google Scholar
  23. 23.
    Girard G (1902) De l’anxiété. Thèse médecine. Cadoret Y, BordeauxGoogle Scholar
  24. 24.
    Guiraud P (1956) Psychiatrie clinique. Le François, ParisGoogle Scholar
  25. 25.
    Hartenberg P (1902) La névrose d’angoisse. Étude historique et critique. Alcan F, ParisGoogle Scholar
  26. 26.
    Haustgen T (2004) À propos du centenaire de la psychasthénie. Les troubles obsessionnels-compulsifs dans la psychiatrie française: revue historique. Ann Med Psychol 162:427–440Google Scholar
  27. 27.
    Haustgen T (2005) De la névrose d’angoisse au trouble panique. In: Guedj MJ, Haustgen T (eds) Trente-trois évolutions majeures de la pensée clinique en psychiatrie, vol 1. Éditions scientifiques L et C, Paris, pp 40–47Google Scholar
  28. 28.
    Haustgen T (2008) Les racines de la dysthymie. PSN 6:163–172CrossRefGoogle Scholar
  29. 29.
    Heckel F (1917) La névrose d’angoisse et les états d’émotivité anxieuse. Clinique, pathogénie, traitement. Masson, ParisGoogle Scholar
  30. 30.
    Janet P (1903) Les obsessions et la psychasthénie. Alcan F, ParisGoogle Scholar
  31. 31.
    Lalanne G (1902) Des états anxieux dans les maladies mentales. Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de langue française, XIIe session (Grenoble), vol 1. Masson, ParisGoogle Scholar
  32. 32.
    Lempérière T (1987) Perspectives historiques. In: Boulenger JP (ed) L’attaque de panique: un nouveau concept ? Goureau JP, Château-du-Loir (diffusion Upjohn), pp 11–38Google Scholar
  33. 33.
    Levillain F (1891) La neurasthénie. Maladie de Beard (préface du Pr Charcot). Maloine A, ParisGoogle Scholar
  34. 34.
    Lôo P, Lôo H (1995) Le stress permanent. Masson, ParisGoogle Scholar
  35. 35.
    Montaigne (1580) De la peur. In: Essais, I, rééd. 1968. Rencontre, Lausanne, pp 93–95Google Scholar
  36. 36.
    Montassut M (1938) La dépression constitutionnelle. L’ancienne neurasthénie dans ses rapports avec la médecine générale. Masson, ParisGoogle Scholar
  37. 37.
    Pelissolo A (2002) Conceptions dimensionnelles des troubles de la personnalité: les instruments dimensionnels. In: Féline A, Guelfi JD, Hardy P (eds) Les troubles de la personnalité. Médecine-Sciences, Flammarion, Paris, pp 109–119Google Scholar
  38. 38.
    Pichot P (1994) La neurasthénie, hier et aujourd’hui. Encephale 20:545–549PubMedGoogle Scholar
  39. 39.
    Pichot P (1998) D’où vient l’attaque de panique ? In: Lemperière T (ed) Le trouble panique. Acanthe, Masson, Paris, pp 3–46Google Scholar
  40. 40.
    Pitres A, Régis E (1902) Les obsessions et les impulsions. O Doin, ParisGoogle Scholar
  41. 41.
    Raymond F (1911) Névroses et psychonévroses. In: Marie A (ed) Traité international de psychologie pathologique, tome II. Alcan F, Paris, pp 1–59Google Scholar
  42. 42.
    Régis E (1906) Précis de psychiatrie, 3e édition. Doin O, ParisGoogle Scholar
  43. 43.
    Séglas J (1895) Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses. Asselin et Houzeau, ParisGoogle Scholar
  44. 44.
    Servant D (2001) Attaques de panique et agoraphobie. Diagnostic et prise en charge. Masson, ParisGoogle Scholar
  45. 45.
    Tinel J (1941) Conceptions et traitement des états neurasthéniques. Baillière JB, ParisGoogle Scholar
  46. 46.
    Wessely S (1995) Neurasthenia and fatigue syndromes. In: Berrios G, Porter R (eds) A history of clinical psychiatry. Athlone, London, pp 509–532Google Scholar

Copyright information

© Springer Verlag France 2011

Authors and Affiliations

  • T. Haustgen
    • 1
  1. 1.Centre médicopsychologiqueMontreuilFrance

Personalised recommendations