Advertisement

PSN

, Volume 7, Issue 1, pp 43–52 | Cite as

Phénoménologie de la relation

  • F. MauriacEmail author
  • N. DeprazEmail author
Sciences Humaines / Human Sciences
  • 83 Downloads

Résumé

Nous décrivons tout d’abord deux modes de relations pathologiques à autrui: l’expérience maniaque et l’expérience mélancolique, en nous centrant sur leurs composantes intersubjective et temporelle, en cherchant à circonscrire leur mode de relation interindividuelle, la pathologie de la relation jouant le rôle d’un miroir grossissant du déficit relationnel en jeu. Ici, le langage épouse les attendus descriptifs de la phénoménologie transcendantale husserlienne réinvestie par L. Binswanger (jusque dans la mise au jour de ses limites); dans un second temps, nous nous intéressons à deux pratiques thérapeutiques (psychanalyse, psychiatrie d’urgence), qui conduisent à redéfinir la qualité de la relation à autrui, à savoir sa dimension éthique, en termes, d’une part, de présence dans l’instant et, d’autre part, de singularité de la rencontre. Nous faisons appel à un langage qui implique et engage le thérapeute dans ce qu’il observe, le fait « résonner », un langage expressif fondé sur l’affect, langage bien mis en lumière par M. Henry, E. Levinas, et repris à sa manière par le psychiatre belge Mony Elkaïm; enfin, nous nous attachons à cerner les composantes d’une anthropologie de la relation qui met au centre la qualité apophatique de cette dernière, et ce, à travers deux plans principaux: 1) l’ouverture infinie de l’espace du lien (en termes classiques: la liberté); 2) l’inconditionnalité radicale de ce lien (en termes moraux: la confiance). C’est là qu’émerge la qualité relationnelle d’une prise de parole antinomique.

Mots clés

Phénoménologie Relation Psychiatrie Daseinsanalyse équipe rapide intervention de crise (ERIC) Perversion 

The phenomenology of relationships

Abstract

Firstly, we describe two pathological modes of relating to others: mania and melancholy, focusing on their inter-subject and temporal components and attempting to define how they affect interindividual relationships, the pathological nature of the relationship acting as a magnifying glass with respect to the relational deficit in question. Here, the language used is in line with the descriptive of Husserl’s transcendental phenomenology as interpreted by L. Binswanger (up to the time when its limits were revealed); secondly, we look at two therapeutic practices (psychoanalysis and emergency psychiatry) that lead us to redefine the quality of the relationship with others, its ethical dimension, in terms, on the one hand, of presence in the moment and, on the other hand, of singularity of encounter. We use language that involves the therapist and engages him/her in what she/he is observing, making him/ her “resonate”, an expressive language based on affect and well highlighted by M. Henry and E. Levinas and subsequently re-used, in his own way, by the Belgian psychiatrist Mony Elkaïm; lastly, we attempt to define the components of an anthropology of relationships based on its apophatic nature, via two main aspects: 1) the infinite nature of a relationship (“freedom”, in traditional terminology); 2) the radically unconditional nature of this relationship (in moral terms, “trust”). This is where the relational nature of antinomic discourse is revealed.

Keywords

Phenomenology Relationships Psychiatry Daseinanalysis Emergency psychiatric team Perversion 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Binswanger L (1987). Mélancolie et manie. Paris: PUFGoogle Scholar
  2. 2.
    Boszormenyi-Nagy Y, Krasner B (1987) Between Give and Take. Brunner: MazelGoogle Scholar
  3. 3.
    Boulgakov S (1933) Du Verbe Incarné. Paris, YMCA Press, trad. fr., Paris, L’Âge d’homme, 1982, Introduction, « II. L’antinomie de l’unité dyadique en christologie »Google Scholar
  4. 4.
    Depraz N, Varela FJ, Vermersch P (2003) On becoming aware. A Pragmatics of experiencing. Amsterdam: Benjamins Press, texte français à paraître sous le titre: à l’épreuve de l’expérience: pour une pratique phénoménologiqueGoogle Scholar
  5. 5.
    Depraz N (2003) « Tautologie et antinomie: quelle continuité entre le logos henrien et le logos christique ». Namur (2007) Studia PhaenomenologicumGoogle Scholar
  6. 6.
    Depraz N (2004) « La personne comme non-soi ». Exposé prononcé à Marseille dans le cadre du Colloque de psychiatrie phénoménologique organisé par J. Naudin, texte inéditGoogle Scholar
  7. 7.
    Depraz N (2004) « L’éthique relationnelle: une pratique de la résonance interpersonnelle », Colloque Castelli (2005): « Le don et la dette ». Milan: CedamGoogle Scholar
  8. 8.
    Depraz N, Mauriac F (2005) « La résonance comme épochè éthique ». Alter, no 13: « éthique et phénoménologie ». ParisGoogle Scholar
  9. 9.
    Depraz N (2006) Comprendre la phénoménologie comme pratique concrète. Paris: A. ColinGoogle Scholar
  10. 10.
    Depraz N (2006) « L’épochè phénoménologique comme éthique de la prise de parole. Deux terrains pratiques: l’écriture poétique et l’intervention psychiatrique ». Les Rencontres du Thil, 5–8 juin 2005, Journées de recherche soutenues par l’université de Paris-XII EA 431: « éthique du rapport au langage », sous la resp. de M. Castillo. Paris: L’HarmattanGoogle Scholar
  11. 11.
    Depraz N, Mauriac F (2006) « Secondes personnes. Une anthropologie de la relation ». Évolution psychiatrique, no 4Google Scholar
  12. 12.
    Gira D, Midal F (2006) Bouddha Jésus. Quelle rencontre possible ? Paris: BayardGoogle Scholar
  13. 13.
    Jacques F (1982) Différence et subjectivité. Paris: AubierGoogle Scholar
  14. 14.
    Hadot P (1993) Exercices spirituels et philosophie antique (2002). Paris: A. MichelGoogle Scholar
  15. 15.
    Hefez S, Laufer D (2002) La danse du couple. Paris: HachetteGoogle Scholar
  16. 16.
    Hurni M, Stoll G (1996) La Haine de l’Amour. La perversion du lien. Paris: L’HarmattanGoogle Scholar
  17. 17.
    Husserl E (1973) Zur Intersubjektivität III, Hua XV, Den Haag, Nijhoff M. (2001), Textes sur l’intersubjectivité II, trad. fr. par N Depraz. Paris: PUF, Coll. EpiméthéeGoogle Scholar
  18. 18.
    Michard P, Shams Ajili G (1996) « L’éthique relationnelle » In: L’approche contextuelle chapitre 1. Paris: éditions MorissetGoogle Scholar
  19. 19.
    Mony Elkaïm. 1989. Si tu m’aimes, ni m’aimes pas. Paris, Approche systémique et psychothérapie. Paris: SeuilGoogle Scholar
  20. 20.
    Yannaras C (1971) De l’absence et de l’inconnaissance de Dieu. (Athènes, 1967). Paris: Cerf, « L’apophase: négation et renoncement », pp. 80–92Google Scholar
  21. 21.
    Yannaras C (1989) La foi vivante de l’église. Introduction à la théologie orthodoxe. Paris: Cerf, p. 97Google Scholar
  22. 22.
    Yannaras C (1995) Variations sur le Cantique des Cantiques. Paris: Desclée de Brouwer, pp. 8–9Google Scholar
  23. 23.
    Zeltner L, Mauriac F, Depraz N (2006) « Multiplicité relationnelle et rapport interindividuel. Pour une pratique phénoménologique de l’antinomie en psychiatrie et en psychanalyse ». Alter no 14: « Psychanalyses ». ParisGoogle Scholar

Copyright information

© Springer Verlag France 2009

Authors and Affiliations

  1. 1.Service d’urgence psychiatrique ERIC (Plaisir), unité ERIC, EPS Charcothôpital CharcotPlaisirFrance
  2. 2.UFR de philosophie, faculté des Lettresuniversité de RouenMont-Saint-AignanFrance

Personalised recommendations