Advertisement

Le masochisme dans la relation soignant–soigné en clinique de la douleur

  • B. Lionet
  • D. Castelain-Devillers
Article Original / Original Article
  • 24 Downloads

Résumé

La relation soignant–soigné est asymétrique. Elle repose sur la demande du patient, étymologiquement « celui qui endure », demande en direction du soignant supposé savoir comment le soulager. Dans cet article, nous interrogeons cette asymétrie initiale autour de la douleur. Nous nous intéressons au masochisme chez chacun des partenaires en regard de l’autre, à la manière dont se décline la relation soignant–soigné entre douleur subie et douleur consentie. Du côté du soigné, le masochisme permet de supporter une position de passivité face à la douleur et face aux soins. Parfois, une dose de douleur contrôlée peut être recherchée en réaction de défense contre cette passivité. Une part de masochisme est également attendue du côté des professionnels qui travaillent en structure douleur. En effet, c’est une clinique complexe nécessitant de se départir d’une maîtrise complète de la situation au profit de l’approche pluriprofessionnelle. Rendre le patient douloureux chronique acteur de sa prise en charge suppose également une certaine retenue du côté des soignants. Enfin, être confronté quotidiennement à la douleur engage le masochisme comme condition de l’empathie. Il nous apparaît important de reconnaître la part masochiste normale chez le patient comme chez le soignant et d’envisager également chez chacun d’entre eux les risques de dérives et d’excès qui peuvent émerger de la relation de soin.

Mots clés

Douleur Relation soignant–soigné Passivité Dérives 

Masochism in the patient–caregiver relationship in pain clinical

Abstract

The relationship between caregiver and patient is asymmetrical as it is based on the patient’s request. Etymologically, the patient is “the one who endures” and the caregiver is the one who is supposed to know how to ease the patient’s pain. In this article, we examine this initial asymmetry around pain. We look at masochism in each partner in light of the other, in what way the relationship breaks down between caregiver and patient based on the pain you suffer from or the pain you put up with. On the patient’s side, masochism enables to bear a passive attitude once you are confronted with pain and care. Sometimes a dose of controlled pain can be sought as a reaction of protection against this passivity. Some part of masochism is also expected from the professionals who work in pain unit. Indeed, it is a complicated clinic that requires giving up a total control of the situation for the benefit of the multiprofessional approach. Getting the chronically painful patient to act on his own care also requires some restraint from the caregivers. Finally, being daily confronted with pain makes masochism a prior condition to empathy. It seems important for us to acknowledge the normal masochistic part in both partners, and to take into account how dangerous and extreme the care relationship may turn out to be.

Keywords

Pain Care relationship Passivity Excesses 

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Références

  1. 1.
    Grey M (2006) Au-delà du corps-machine: l’expérience extrême du sujet hospitalisé. Champ psychosomatique, L’esprit du temps 44:61–75Google Scholar
  2. 2.
    Roussillon R (2002) Décomposition clinique du sadisme. Rev Fr Psychanal 66:1167–80CrossRefGoogle Scholar
  3. 3.
    Barféty-Servignat V (2016) La pathomimie. Du secret au sacrifice du corps. Douleurs: évaluation, diagnostic, traitement 17:296–305Google Scholar
  4. 4.
    Marc (2005) La communication. In: Cabin P, Dortier JF (coord) État des savoirs. Sciences Humaines p 87Google Scholar
  5. 5.
    Israël L (2007) Le jeu du docteur et la relation médecin–malade. In: Le médecin face au désir. Érès 35–59Google Scholar
  6. 6.
    Laxenaire M (2015) Ces malades qui ne veulent pas guérir. À propos de la réaction thérapeutique négative en psychanalyse. Rev Psych 173:699–703Google Scholar
  7. 7.
    Bioy A (2012) L’aide-mémoire de psychologie médicale et psychologie du soin en 58 notions. Dunod, ParisGoogle Scholar
  8. 8.
    Shiloh S, Zuckerman M, Butin B, et al (2003): postoperative patient controlled: how much control and how much analgesia? Psychol Health 18:753–70CrossRefGoogle Scholar
  9. 9.
    Canguilhem G (1966) Le normal et le pathologique. Collection Quadrige, Puf, 2013Google Scholar
  10. 10.
    Fainzang S (2013) Champ–contrechamp: la relation médecin–malade entre anciennes et nouvelles normes. Anthropol Soc 37:83–97CrossRefGoogle Scholar
  11. 11.
    Peretti P (2016) L’éducation thérapeutique, un mode de relation perversement orienté. In: Martin-Mattera P (dir) incidences (inter) subjectives de la perversion. Érès 123–36CrossRefGoogle Scholar
  12. 12.
    Delfosse MS, Chamberlain K (2008) Évolution des idées en psychologie de la santé dans le monde anglo-saxon. Psychol Fr 53:195–210Google Scholar
  13. 13.
    Apostolidis T, Dany L (2012) Pensée sociale et risques dans le domaine de la santé: le regard des représentations sociales. Psychol Fr 57:67–81Google Scholar
  14. 14.
    Lacan J (2014) Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse. Textes édités par Jacques Alain Miller. Éditions Points, collection EssaisGoogle Scholar
  15. 15.
    Cedraschi CH, Allaz AF, Piguet V (1998) Le rôle des représentations de la maladie et de la douleur dans la relation patient–thérapeute. Doul Analg 11:91–95CrossRefGoogle Scholar
  16. 16.
    Tiberghien-Chatelain F, Piccand V, Lajoie JL, et al (2009) Racontez-moi la complexité de la douleur. Douleurs: évaluation, diagnostic, traitement. Elsevier 10:227–9Google Scholar
  17. 17.
    Bioy A, Barruel F (2013) Du soin à la personne: clinique de l’incertitude. DunodGoogle Scholar
  18. 18.
    Defontaine-Catteau MC, Blond S (2006) Souffrance psychologique, les soignants aussi. Doul Analg 19:25–8CrossRefGoogle Scholar
  19. 19.
    Benezech JP (2009) L’empathie: rencontrer l’autre fait souffrir. Médecine palliative: soins de support–accompagnement–éthique 8:297–303Google Scholar
  20. 20.
    Cavro E (2007) Douleur et intersubjectivité. Journal des psychologues no 246, Martin Média 30–4Google Scholar
  21. 21.
    Sadler K (2014) Comment soigner en étant soi-même touché par la douleur de l’autre? Médecine palliative: soins de support–accompagnement–éthique 13:265–71Google Scholar
  22. 22.
    Golse B, Simas R (2013) L’empathie est-elle encore ce qu’elle était ? Point de vue psychanalytique. Revue d’éthique et de théologie morale 4:49–74CrossRefGoogle Scholar
  23. 23.
    Dumet N (2014) Des enjeux de la compulsion de répétition dans la relation thérapeutique. Doul Analg 27:82–7CrossRefGoogle Scholar
  24. 24.
    Rentsch D, Piguet V, Cedraschi C et al (2009) Douleurs chroniques et dépression, un aller-retour? Rev Med Suisse 5:1364–9PubMedGoogle Scholar
  25. 25.
    Barrier P (2015) La blessure et la force: La maladie et la relation de soin à l’épreuve de l’auto-normativité. Préface de Bernard Stiegler. PUFGoogle Scholar
  26. 26.
    Ricoeur P (2015) Soi-même comme un autre. Éditions du Seuil, ParisGoogle Scholar
  27. 27.
    Zielinski A (2011) La vulnérabilité dans la relation de soin « fond commun d’humanité ». Cahiers philosophiques 125:89–106CrossRefGoogle Scholar

Copyright information

© Lavoisier 2017

Authors and Affiliations

  1. 1.Consultation douleur chronique du DunkerquoisDunkerqueFrance
  2. 2.Laboratoire de psychopathologie et neuropsychologieuniversité Paris 8 Vincennes-Saint DenisSaint DenisFrance

Personalised recommendations