Advertisement

Sujet, objet, res et nature: un aperçu historique de l’évolution du concept de chose de l’Antiquité au droit contemporain

  • Arnaud PaturetEmail author
Article
  • 54 Downloads

Abstract

Roman Law is often considered as an intellectual matrix of contemporary laws and in particular French civil law. However, even if the vocabulary persisted, some legal concepts went throught great changes across history as law was step by step related to a subject’s power. The notion of thing originally meant the trial, the case, the litigious situation managed by the legal process. In this way the thing was directly a res iuris. In contemporary law system, the thing ordinarily specifies some goods on which the subject applies his property power. This view is understandable considering the evolution due to the theorization of subjective law that leads to promote a strong and exclusive separation between persons and things while Roman law could imbricate these legal categories.

Keywords

res Thing Nature Subject Object Antiquity Roman law Contemporary law 

Résumé

Le droit romain est souvent considéré comme une matrice intellectuelle, linguistique et conceptuelle des droits européens contemporains et en particulier du droit civil français. Toutefois, si le vocabulaire a persisté dans une certaine mesure, des notions juridiques fondamentales ont subi de profondes transformations au cours de l’histoire à mesure que le droit s’assimilait progressivement à un pouvoir. Il en est ainsi du concept de chose, saisi notamment dans son rapport au sujet ou à la nature inanimée, qui désignait à l’origine le procès ou la situation litigieuse mise en forme par la procédure juridique en droit romain. Dans le système contemporain, la chose signifie d’ordinaire un bien matériel indépendant du sujet dans la droite application de la théorisation moderne du droit subjectif. Cette conception est le fruit d’une opposition nette entre le sujet et l’objet, laquelle a promu une catégorisation étanche des personnes et des choses inconnue du droit romain.

References

  1. 1.
    Rampelberg, René-Marie. 2005. Repères romains pour le droit européen des contrats. Paris: LGDJ.Google Scholar
  2. 2.
    Cabrillac, Rémy (dir.), 2002, Dictionnaire du vocabulaire juridique, Paris, Litec.Google Scholar
  3. 3.
    Cornu, Gérard, 1987,Vocabulaire juridique, Paris, Presses universitaires de France, 10ème édition remise à jour, 2014.Google Scholar
  4. 4.
    Littré, Emile, 1968, Dictionnaire de la langue française, tome 1, Monte-Carlo, Editions du Cap.Google Scholar
  5. 5.
    Laporte, Roger. 1986. Une vie. Biographie. Paris: P.O.L. éditions.Google Scholar
  6. 6.
    Giffard, André, 1938, Précis de droit romain, troisième édition, nouveau tirage 1947, Paris, Dalloz.Google Scholar
  7. 7.
    Girard, Paul-Frédéric, 1929 Manuel élémentaire de droit romain, Paris (rééd. 2003).Google Scholar
  8. 8.
    Hermitte, Marie-Angèle, 1988, Le corps hors du commerce hors du marché, Archives de philosophie du droit, 323–346.Google Scholar
  9. 9.
    Kaser, Max. 1971. Das römische Privatrecht, I. Munich: C. H. Beck.Google Scholar
  10. 10.
    Thomas, Yan. 1980. Res, chose et patrimoine (note sur le rapport sujet-objet en droit romain). Archives de philosophie du droit 25: 413–426.Google Scholar
  11. 11.
    Thomas, Yan, 1998, Le sujet de droit, la personne et la nature, sur la critique contemporaine du sujet de droit, Le débat: 85–107.Google Scholar
  12. 12.
    Mannino, Vincenzo, 2014 Le «bien commun»: la fausse impasse du droit romain, B. Parange J. De Saint Victor (dir.), Repenser les biens communs, Paris, CNRS éditions, 35–50.Google Scholar
  13. 13.
    Scheid, John. 2005. La religion des Romains. Paris: Armand Colin.Google Scholar
  14. 14.
    De Visscher, Fernand, 1947 Le régime romain de la noxalité, Bruxelles, A. De Visscher éditeur.Google Scholar
  15. 15.
    Pessi, Giangrieco, and Maria Vittoria. 1997. L’interpretazione prudentium nell’evoluzione dell’actio de pauperie: res mancipi e res nec mancipi, Ricerche dedicate al professor Filippo Gallo, 1, 285–300. Naples: Jovene.Google Scholar
  16. 16.
    Lindsay, Wallace M. 1965. Sexti Pompei Festi, De verborum significatu cum Pauli epitome. Hildesheim: Olms.Google Scholar
  17. 17.
    Girard, Paul-Frédéric et Senn, Félix, Textes de droit romain, 7ème éd. par un groupe de romanistes. 1967, Tome I: Commentaires, Paris, 1977, tome II: Les lois des Romains, Naples.Google Scholar
  18. 18.
    Paturet, Arnaud, 2010, L’individu entre l’homme et la chose: note sur l’esclave en droit romain, Droits, revue française de théorie, de philosophie et de cultures juridiques, 51/2, Presses universitaires de France, 2010: 3-26.Google Scholar
  19. 19.
    Gaius, Institutes, 1965, Texte établi et traduit par Julien Reinach, Paris, collection des universités de France.Google Scholar
  20. 20.
    Goujard, Raoul, 1975, Caton l’Ancien. De l’agriculture (trad. Raoul Goujard), Paris, les Belles Lettres.Google Scholar
  21. 21.
    Mommsen, Theodor et Krüger, Paul, 1973, Corpus Iuris Civilis I, 22ème éd., Berlin.Google Scholar
  22. 22.
    Halpérin, Jean-Louis, 2010, Propriété et droit subjectif: Deux destins liés? Conférence faite au Japon aux Université Nanzan et KeioHAL. http://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00460386/document.
  23. 23.
    Krüger, Paul, 1970, Code de Justinien, Corpus Iuris Civilis II, 15ème éd. Berlin.Google Scholar
  24. 24.
    Krüger, Paul, 1972, Institutes, Corpus Iuris Civilis III, 10ème éd. Berlin.Google Scholar
  25. 25.
    Villey, Michel. 1964. La genèse du droit subjectif chez Guillaume d’Occam. Archives de philosophie du droit 9: 99–127.Google Scholar
  26. 26.
    Meyer, Christophe. 2006. Le système doctrinal des aliments. Contribution à la théorie générale de l’obligation alimentaire légale. Bern: Peter Lang.Google Scholar
  27. 27.
    Piron, Sylvain, 2008, Congé à Villey, L’atelier du Centre de recherches historiques, 1, Historiographies de la pensée juridique médiévale. mis en ligne le 18 novembre 2008. http://acrh.revues.org/314;  https://doi.org/10.4000/acrh.314.
  28. 28.
    Hobbes, Thomas, 1921, Leviathan ou la Matière, la Forme et la Puissance d’un Etat ecclésiastique et civil. Traduction française en partie double d’après les textes anglais et latins originaux par Raoul Anthony, Tome premier, De l’homme, Paris, Marcel Giard et Cie.Google Scholar
  29. 29.
    Kant, Emmanuel, 1979, Métaphysique des moeurs. Première partie. Doctrine du droit. Préface de M. Villey, Trad. A. Philonenko, Paris, Librairie philosophique J. Vrin.Google Scholar
  30. 30.
    Hegel, Georg Wilhelm Friedrich, 1940, Principes de la philosophie du droit, trad. André Kaan, préface de Jean Hippolyte, Paris, Gallimard (édition originale: Berlin, 1821).Google Scholar
  31. 31.
    Hermitte, Marie-Angèle, 2011 La nature, sujet de droit? Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66, 2011/1, 173–212.Google Scholar
  32. 32.
    Vanuxem, Sarah. 2010. Les choses saisies par la propriété. De la chose-objet aux choses-milieux. Revue interdisciplinaire d’études juridiques 64 (1): 123–182.CrossRefGoogle Scholar
  33. 33.
    Ernout, Alfred et Meillet, Antoine 1951, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksiek (Paris, 2001 pour un retirage de la 4ème édition augmentée d’additions et de corrections par Jacques André).Google Scholar
  34. 34.
    Cayla, Olivier et Halpérin, Jean-Louis (dir.), 2008, Dictionnaire des grandes œuvres juridiques, Paris, Dalloz.Google Scholar
  35. 35.
    Guillaumin, Jean-Yves, 2010, Les arpenteurs romains. Tome 2 HyginSiculus Flaccus, Paris, les belles Lettres.Google Scholar
  36. 36.
    (d’) Occam, Guillaume, 1970, Opera philosophica et theologica, Saint Bonaventure, éd. Gal et Brown, New York.Google Scholar
  37. 37.
    (d’) Occam, Guillaume, 1940, 1956, 1963, Opera politica, éd. Sikes et Offler, Manchester.Google Scholar
  38. 38.
    Sers, Olivier. 2012. Lucrèce. De la nature. De rerum natura. Paris: Les Belles Lettres.Google Scholar
  39. 39.
    Thomas, Yan. 1978. Le droit entre les mots et les choses. Rhétorique et jurisprudence à Rome. Archives de Philosophie du Droit 23: 93–114.Google Scholar
  40. 40.
    Thomas, Yan, 1991, Imago naturae. Note sur l’institutionnalité de la nature à Rome, Théologie et droit dans la science politique de l’Etat moderne, éd. EFR no. 147, Rome, pp. 201–227.Google Scholar

Copyright information

© Springer Nature B.V. 2018

Authors and Affiliations

  1. 1.Département de sciences socialesCNRS, UMR 7074 CTAD/Ecole normale supérieureParisFrance

Personalised recommendations