La personnalisation des témoins lors de procès: rhétorique et ventriloquie lors des questions introductives

Article

Résumé

Lors d’un procès, les questions introductives en début d’interrogatoire peuvent aider non seulement à mettre le témoin à l’aise, mais également à le personnaliser, c’est-à-dire de le présenter sous un jour particulier, ce qui peut jouer sur sa crédibilité et l’empathie du décideur à son endroit. Cet article vise à mettre en évidence les mécanismes discursifs sous-jacents à ce processus et à illustrer empiriquement comment les réponses aux questions introductives y participent. À l’aide de l’approche ventriloque de la communication, un extrait du témoignage (les questions et réponses introductives) d’un ex-maire de la ville de Montréal à la Commission Charbonneau est analysé en profondeur. L’analyse que nous proposons contribue à mieux comprendre ce qui se joue lors d’un témoignage, celui-ci devenant, selon notre perspective, ce lieu constamment disloqué dans lequel plusieurs figures (e.g., des faits, des qualités, des principes, des valeurs et des personnes absentes) se mettent à littéralement faire des choses et dire des choses afin qu’un témoin gagne ou perde la faveur du décideur.

Keywords

ventriloquie crédibilité procès personnalisation des témoins 

Copyright information

© Springer Science+Business Media Dordrecht 2016

Authors and Affiliations

  1. 1.Département de communicationUniversité de Montréal, Pavillon Marie-Victorin, FASMontréalCanada
  2. 2.Centre d’études en sciences de la communication non verbaleMontréalCanada

Personalised recommendations