La personnalisation des témoins lors de procès: rhétorique et ventriloquie lors des questions introductives

Article

DOI: 10.1007/s11196-016-9496-3

Cite this article as:
Denault, V. & Cooren, F. Int J Semiot Law (2017) 30: 321. doi:10.1007/s11196-016-9496-3

Résumé

Lors d’un procès, les questions introductives en début d’interrogatoire peuvent aider non seulement à mettre le témoin à l’aise, mais également à le personnaliser, c’est-à-dire de le présenter sous un jour particulier, ce qui peut jouer sur sa crédibilité et l’empathie du décideur à son endroit. Cet article vise à mettre en évidence les mécanismes discursifs sous-jacents à ce processus et à illustrer empiriquement comment les réponses aux questions introductives y participent. À l’aide de l’approche ventriloque de la communication, un extrait du témoignage (les questions et réponses introductives) d’un ex-maire de la ville de Montréal à la Commission Charbonneau est analysé en profondeur. L’analyse que nous proposons contribue à mieux comprendre ce qui se joue lors d’un témoignage, celui-ci devenant, selon notre perspective, ce lieu constamment disloqué dans lequel plusieurs figures (e.g., des faits, des qualités, des principes, des valeurs et des personnes absentes) se mettent à littéralement faire des choses et dire des choses afin qu’un témoin gagne ou perde la faveur du décideur.

Keywords

ventriloquie crédibilité procès personnalisation des témoins 

Funding information

Funder NameGrant NumberFunding Note
Fonds de Recherche du Québec-Société et Culture
  • Bourse de doctorat en recherche

Copyright information

© Springer Science+Business Media Dordrecht 2016

Authors and Affiliations

  1. 1.Département de communicationUniversité de Montréal, Pavillon Marie-Victorin, FASMontréalCanada
  2. 2.Centre d’études en sciences de la communication non verbaleMontréalCanada

Personalised recommendations