Advertisement

Revue de synthèse

, Volume 113, Issue 1–2, pp 189–269 | Cite as

Comptes rendus

  • Jean-Pierre Cléro
  • Bertrand Vergely
  • Marie-Jeanne Königson-Montain
  • Robert Theis
  • Henri Olivier
  • Jean Bernhardt
  • Étienne François
  • Jean-Christophe Goddard
  • Michel Espagne
  • Anne Lagny
  • Peter Schöttler
  • Patrie Sicard
  • Edmond Oritgues
  • Barbara de Negroni
  • Thierry Wanegffelen
  • Marie-Luce Demonet-Launay
  • Mireille Harbert
  • François Laplanche
  • Antony McKenna
  • Carl Aderhold
  • Geneviève Hasenohr
  • Patrick Gautier Dalché
  • Joël Cornette
  • Jean-François Baillon
  • Monique Cotiret
  • Jacques Le Brun
  • Chantal Grell
  • Vincent Milliot
  • Perrine Simon-Nahum
  • Éric Brian
Article
  • 371 Downloads

Bibliographie

  1. 1.
    Leibniz ne découvrait-il pas d’ailleurs presque autant de rationalité chez les jurisconsultes romains que chez Euclide et Archimède? Cf.Nouveaux essais, L. IV, chap.ii, par. 12.Google Scholar
  2. 3.
    Ainsi, «le devoir est le bien de la société produit par la volonté d’un particulier selon la prudence de l’agent». Rappelons que, chez Leibniz, la prudence se définit comme «art de se procurer la félicité». Quant au péché mortel, il «réside dans l’accomplissement de ce qui est assurément plus nuisible qu’utile au total» (textes cités parR. Sève, p. 75).Google Scholar
  3. 4.
    Ainsi, «l’obligation n’est pas seulement conforme aux intérêts humains, mais elle en dérive et, dans une certaine mesure, en dépend» (p. 70, p. 115).Google Scholar
  4. 5.
    Leibniz le rappelle en particulier contre le nominalisme de Hobbes dans lesNouveaux essais L. IV, chap.v, par. 2).Google Scholar
  5. 6.
    «Le principe des principes [...] n’est autre chose, à l’égard des idées, que de lier les définitions par le moyen des axiomes identiques» (Nouveaux essais, L. IV, chap.xii, par. 6).Google Scholar
  6. 7.
    «Non sunt facienda mala ut eveniant bona» (Romains, III, 8).Google Scholar
  7. 9.
    Ce thème appartient autant à Leibniz qu’à Mandeville, comme le prouvent les multiples citations de R. Sève: «L’amour-propre fait tous les vices et toutes les vertus morales, selon qu’il est bien ou mal entendu, et quoiqu’il soit vrai de dire que les hommes n’agissent jamais sans intérêt, il es vrai aussi qu’il y a des intérêts honnêtes et durables»; «L’amour de soi-même est une passion très bonne et très pure, que l’auteur de la nature nous a donnée. Quand le règlement s’y mêle, il en vient ce qu’on appelle l’amour-propre» (p. 79). La négligence de sa propre utilité est la définition même de la sottise chez Leibniz.Google Scholar
  8. 11.
    Le texte est cité p. 60 de laBentham’s Theory of Fictions éditée parC. K. Ogden en 1932.Google Scholar
  9. 12.
    «Est juste ce qui plairait à Dieu s’il existait, qu’il soit ou qu’il ne soit pas» (cité parR. Sève comme la version leibnizienne de l’etiamsi daremus, p. 126). («Fiction et Cie»).Google Scholar
  10. 15.
    C’est en 1951, soit quarante an après leur première rencontre, que Russell raconte cette anecdote relatée parMcGuinness (p. 120).Google Scholar
  11. 16.
    Dans une lettre écrite en 1921, Wittgenstein exprime ce mécontentement de soi: «Je devrais avoir accompli quelque chose de positif dans ma vie, être une étoile dans le ciel. Au lieu de cela je suis resté collé à la terre et maintenant je dépéris peu à peu» (cité parMcGuinness, p. 197).Google Scholar
  12. 17.
    Dans ses carnets, on peut lire cette remarque significative, écrite en 1916: «Mon travail s’est en vérité développé à partir des fondements de la logique jusqu’à l’essence du monde» (cité parMcGuinness, p. 108).Google Scholar
  13. 20.
    (cité parMcGuinness, p. 349).Google Scholar
  14. 21.
    Ludwig Wittgenstein, né à Vienne en 1889, arrive à Cambridge en 1911. Il retourne en Autriche en 1914 et après un certain nombre de pérégrinations — dont un bref voyage en Angleterre en 1923 — il revient à Cambridge en 1929. À l’exception d’un séjour d’un an en Norvège, il demeure en Angleterre jusqu’à sa mort en 1951.Google Scholar
  15. 22.
    Pour comprendre le sens des jeux de langage, il faut articuler les concepts de jeu, langage, grammaire, calcul, comme le montreJ.-C. Dumoncel au chapitreiv de son livre (cf. notamment, p. 82).Google Scholar
  16. 23.
    Le genre formel qui répond à cette démarche est laremarque que Wittgenstein a mise à l’oeuvre déjà dans leCahier bleu et leCahier brun (1993–1935).Google Scholar
  17. 25.
    Grammaire philosophique (1930–1933), trad. Marie-AnneLescourret, Paris, Gallimard, 1969, 1re partie, V, § 63.Google Scholar
  18. 26.
    DavidPears,Wittgenstein, Paris, Seghers, 1970.Google Scholar
  19. 33.
    Bèze à Bullinger, Genève, 6 décembre 1573, p. 249–251.Google Scholar
  20. 35.
    Annexe I, p. 282–288.Google Scholar
  21. 36.
    91 notes, p. 288–293.Google Scholar
  22. 40.
    Bèze à Bullinger, Genève, 21 avril 1573, p. 90–93.Google Scholar
  23. 63.
    No 978, Heinrich Erzberger à Bèze, Mulhouse, 25 mars (1573), p. 58–60.Google Scholar
  24. 65.
    No 964, Joachim Camerarius l’Ancien à Bèze, Leipzig, 12 Janvier (1573), p. 5–6: p. 5.Google Scholar
  25. 66.
    No 975, Hugues Sureau du Rosier à Bèze, (Heidelberg), 12 mars 1573, p. 41–52.Google Scholar
  26. 68.
    A. Dufour, «La définition de l’Église: un dialogue entre Dudith et Bèze»,Hommage à G. Berthoud, Musée Neuchâtelois, 1982, série 3, année 19, no 4, p. 207–214.Google Scholar
  27. 69.
    Correspondance de Théodore de Bèze, recueilllie parH. Aubert, publiée parA. Dufour, Cl.Chimelli etB. Nicollier, t. XI (1570), Genève, 1983, no 780, Bèze à Dudith, 18 juin 1570, p. 168–185: en particulier p. 172.Google Scholar
  28. 71.
    Jean-LouisBourgeon, «Une source de la Saint-Barthélemy: l’Histoire de Monsieur de Thou, relue et décryptée»,Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. CXXXIV, 1988, p. 499–537.Google Scholar
  29. 73.
    PaulChauvet,Les Ouvriers du livre en France des origines à la Révolution de 1789, Paris, Presses universitaires de France, 1959.Google Scholar
  30. 75.
    F. Roudaut,et al. Google Scholar
  31. 76.
    Paris, Messidor 1984. On se reportera aussi à la grande étude d’A.Croix,La Bretagne aux xvi e etxvii e siècles. La vie, la mort, la foi. 2 vol Paris, Maloine, 1981.Google Scholar
  32. 77.
    F. Roudaut,et al., p. 14.Google Scholar
  33. 79.
    Avant-propos desLégendes rustiques (1856),in D. Laurent, p. 11.Google Scholar
  34. 80.
    Participant à cette reconstitution de la «matière bretonne», les éditions Skol Vreizh viennent de publier les mémoires, en 7054 vers bretons, traduits pour la première fois en français, d’un artisan de Guingamp qui fut tour à tour pêcheur de morue au large de Terre-Neuve, soldat de l’an II, défenseur de la Révolution contre les Chouans infiltrés dans le Trégor,Les Aventures du citoyen Jean Conan/Avanturio ar Citoien Jean Conan a Voengamb, Skol Vreizh, 1990.Google Scholar
  35. 82.
    Préparée parM.-C. Gasnault-Beis. MarcBloch,Mélanges historiques, Paris, Éd. Serge Fleury/E.H.E.S.S. (1963), 1983, t. 2. p. 1031–1104.Google Scholar
  36. 82a.
    RenéSéve,Leibniz et l’École moderne du droit naturel. Paris, Presses universitaires de France, 1989. 15×21,6, 236 p., bibliogr. («Questions»).Google Scholar
  37. 82b.
    ElhananYakira,Contrainte, nécessité, choix. La métaphysique de la liberté chez Spinoza et chez Leibniz. Zurich, Ed. du Grand Midi, 1989. 14×21, 283 p.Google Scholar
  38. 82c.
    YirmiyahuYovel,Kant et la philosophie de l’histoire. trad. de l’américainJ. Lagrée. Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. 16×23, 264 p. («Philosophie»).Google Scholar
  39. 82d.
    Logick und Geschichte in Hegels System. Herausgegeben von Hans-ChristianLucas und GuyPlanty-Bonjour. Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1989. 15,5×21, 384 p., bibliogr., index («Spekulation und Erfahrung», II, 10).Google Scholar
  40. 82e.
    ChristianRuby,L’Individu saisi par l’État. Lien social et volonté chez Hegel. Paris, Éd. du Félin, 1991. 15×23, 222 p. («Philosophie»).Google Scholar
  41. 82f.
    BrianMcGuinness,Wittgenstein. 1:Les années de jeunesse: 1889–1921. Trad. de l’anglais YvonneTenenbaum. Paris, Seuil, 1991. 16×24, 394 p., pl., indexGoogle Scholar
  42. 82g.
    Jean-ClaudeDumoncel,Le Jeu de Wittgenstein. Essai sur la Mathesis Universalis. Paris, Presses universitaires de France, 1991. 13,5×21,5, 224 p. («Philosophie d’aujourd’hui»).Google Scholar
  43. 82h.
    AlainBoutot,Heidegger. Paris, Presses universitaires de France, 1989. 11,5×17,5, 127 p. («Que sais-je?»).Google Scholar
  44. 82i.
    Kontinuität und Wandel. Schlesien zwischen Österreich und Preussen. Ergebnisse eines Symposiens in Würzburg vom 29. bis 31. Oktober 1987. Herausgegeben von PeterBaumgart unter Mitwirkung von UlrichSchmilewski. Sigmaringen, Thorbecke, 1990. 17×24, 399 p., index («Schlesische Forschungen», Bd 4).Google Scholar
  45. 82j.
    F.W.J. Schelling,Philosophie de la révélation. Livre II. Première partie. Trad. de la RCP Schellingiana (C.N.R.S.), sous la dir. de Jean-FrançoisMarquet et Jean-FrançoisCourtine. Paris, Presses universitaires de France, 1991. 15×21,5, 400 p. («Épiméthée»).Google Scholar
  46. 82k.
    Georg Friedrich Rebmann. Werke und Briefe. Ed. par HedwigVoegt (†), WernerGreiling et WolfgangRitschel. 3 vol. Berlin, Rütten & Loening, 1990. 13×21, 675 p., 779 p. et 687 p.Google Scholar
  47. 82l.
    DominiqueFolscheid,Les Grandes philosophies. Paris, Presses universitaires de France, 1988. 11,5×17,6, 128 p. («Que sais-je?»).Google Scholar
  48. 82m.
    MichelEspagne,Bordeaux Baltique. La présence culturelle allemande à Bordeaux aux xviii e etxix e siècles. Paris, Ed. du Centre national de la recherche scientifique, 1991. 16×24, 245 p.Google Scholar
  49. 82n.
    AlbrechtBetz,Exil et engagement: les intellectuels allemands et la France, 1930–1940. Trad. de l’allemand PierreRusch. Paris, Gallimard, 1991. 14×23, 409 p. («Bibliothèque des idées»).Google Scholar
  50. 82o.
    MichaelBurleigh,Germany Turns Eastwards. A Study of Ostforschungin the Third Reich. Cambridge, Cambridge University Press, 1988. 15,8×23,5, 351 p., bibliogr., index.Google Scholar
  51. 82p.
    Jean-ClaudeSchmitt,La Raison des gestes dans l’Occident médiéval. Paris, Gallimard, 1990. 14×22,5, 440 p., bibliogr. («Bibliothèque des histoires»).Google Scholar
  52. 82q.
    CarlaCasagrande, SilvanaVecchio,Les Péchés de la language. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale. Trad. de l’italien par PhilippeBaillet, préf. de JacquesLe Goff. Paris, Cerf, 1991. 14,5×23,5, 349 p., bibliogr., index («Histoire»).Google Scholar
  53. 82r.
    StefanSwieżawski,Histoire de la philosophie européenne au xv e siécle. Ed. MariuszProkopowicz, trad. du polonais MariuszProkopowicz, HenryRollet. Paris, Beauchesne, 1990. 16×24, 336 p., bibliogr., index.Google Scholar
  54. 82s.
    GiovanniPico Della Mirandola,Commento. Traduit et annoté par StéphaneToussaint. Précédé de StéphaneToussaint,Les Formes de l’invisible. Essai sur l’ineffabilité au quattrocento. Lausanne, L’Âge d’homme, 1989. 15,7×22,5, 181 p. («Contemplation»).Google Scholar
  55. 82t.
    Théodoroe deBèze,Correspondance. T. XIV:Année 1573. Ed. HippolyteAubert, AlainDufour, BéatriceNicollier. Genève, Droz, 1990. 18×25,5, XXVI-356 p., index («Travaux d’humanisme et Renaissance», no CCXLII).Google Scholar
  56. 82u.
    ChristineBrousseau-Beuermann,La Copie de Montaigne. Étude sur les citations dans les «Essais». Paris/Genève, Champion-Slatkine, 1989. 14,5×21,8, 308 p., bibliogr. («Études montaignistes», III).Google Scholar
  57. 82v.
    Montaigne et les Essais, 1588–1988. Actes du Congrès de Paris (janvier 1988). Réunis par ClaudeBlum, préf. MarcelTetel. Paris, Champion, 1990. 15×22, 256 p.Google Scholar
  58. 82w.
    Peter T. VanRooden,Theology, Biblical Scholarship and Rabbinical Studies in the Seventeenth Century. Constantijn l’Empereur (1591–1648). Professor of Hebrew and Theology at Leiden. Leiden, Brill, 1989. 17×24, XI-268 p. (“Studies in the history of Leiden University», vol. 6).Google Scholar
  59. 82x.
    DomenicoFelice,Pour l’histoire de la fortune de Montesquieu en Italie (1789–1945). Bologne, Thema, 1990. 11,5×19,5, 1947 p., index.Google Scholar
  60. 82y.
    CorradoRosso,La Réception de Montesquieu ou les silences de la harpe éolienne. Pise, Goliardica, 1989. 14×21, 314 p., index («Histoire et critique des idées», 13).Google Scholar
  61. 82z.
    Diderot Studies XXIII. Éd. by OtisFellows and DianaGuiragossian Carr. Genève, Droz, 1988. 15,3×22,2, 213 p.Google Scholar
  62. 83.
    Formes médiévales du conte merveilleux. Dir. JacquesBerlioz, ClaudeBrémond, CatherineVelay-Vallantin. Paris, Stock, 1989. 14×23, 250 p. (Moyen Âge»).Google Scholar
  63. 84.
    Trois sommes de pénitence de la première moitié du xiii e siécle. La «Summula Magistri Conradi». Les sommes «Quia non pigris» et «Decime dande sunt». Textes établis et présentés par Jean-PierreRenard, postf. de Mgr PhilippeDelhaye. T.I:Prolégomènes et notes complémentaires; t. II:Textes inédits. Louvain-la-Neuve, Centre Cerfaux-Lefort, 1989. 16×24, 551 p. et 414 p. («Lex spiritus vitae», 6).Google Scholar
  64. 85.
    Mise en page et mise en texte du livre manuscrit. Préf. JacquesMonfrin, sous la dir. de Henri-JeanMartin. Paris, Éd. du Cercle de la Librairie-Promodis, 1990. 21,5 * 30, 472 p., 445 ill. dt 64 en couleurs, index des manuscrits cités.Google Scholar
  65. 86.
    Pierre de L’Estoile,Mémoires-journaux: 1574–1611. Reproduction intégrale de l’édition Jouaust et Lemerre complétée des inédits découverts ultérieurement. Avec de nombreuses illustrations. 12 vol. Paris, Tallandier, 1990. 14,5*20,5, 5012 p. («In-Texte»).Google Scholar
  66. 87.
    OlivierChristin,Une Révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique. Paris, Minuit, 1991. 13,5×22, 350 p., ill., cartes, fig., bibliogr. («Le sens commun»).Google Scholar
  67. 88.
    BernardChedozeau,La Bible et la liturgie en français. L’Église tridentine et les traductions bibliques et liturgiques (1600–1789). Paris, Cerf, 1990. 14,5×23,5, 295 p. («Histoire»).Google Scholar
  68. 89.
    Le Grand Siècle et la Bible. Sous la dir. de Jean-RobertArmogathe. Paris, Beauchesne, 1989. 15,5×24, 840 p., ill., bibliogr., index («Bible de tous les temps», 6).Google Scholar
  69. 90.
    Le Livre religieux et ses pratiques. Études sur l’histoire du livre religieux en Allemagne et en France à l’époque moderne = Der Umgang mit dem religiösen Buch. Studien zur Geschichte des religiösen Buches in Deutschland und Frankreich in der frühen Neuzeit. Herausgegeben von Hans ErichBödeker, GeraldChaix, PatriceVerr. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991. 17,5×25, 415 p. (“Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte», 101).Google Scholar
  70. 91.
    GeraldineSheridan,Nicolas Lenglet Dufresnoy and the Literary Underworld of the Ancien Régime. Oxford, The Voltaire Foundation, 1989. 16×24, 433 p., index.Google Scholar
  71. 92.
    Dictionnaire des journaux, 1600–1789. A-I etJ-V. Sous la dir. de JeanSgard. Paris, Universitas, 1991. 21,5×27,2, XI–557 p. et 654 p., index.Google Scholar
  72. 93.
    Répertoire d’imprimeurs-libraires, xvi exviii e siècle: état au 31 décembre 1990 (2000 notices), Bibliothèque nationale (France). Réd. MadeleineOrieux, Jean-DominiqueMellot. Paris, Bibliothèque nationale, 1991. 21×30, VIII-306 p., ill. («Études, guides et inventaires», 9).Google Scholar
  73. 94.
    PhilippeMinard,Typographes des Lumières. Suivi desAnecdotes typographiques de NicolasContat (1762). Avant-propos de DanielRoche. Seyssel, Champ Vallon, 1989. 15,5×24, 302 p. («Époques»).Google Scholar
  74. 95.
    Jean-MichelRacault,L’Utopie narrative en France et en Angleterre, 1675–1761. Oxford, The Voltaire Foundation, 1961. 16×24, 830 p., bibliogr., index («Studies on Voltaire and the Eighteenth Century», 280).Google Scholar
  75. 96.
    FañchRoudaut, AlainCroix, FañchBroudic,Les Chemins du paradis, Taolennou ar Baradoz. Douarnenez, Le Chasse-Marée, Ed. de l’Estran, 1988. 22×27, 188 p., reprod. en noir et en coul.Google Scholar
  76. 97.
    DonatienLaurent,Aux sources du Barzaz-Breiz. La mémoire d’un peuple. Douarnenez, Le Chasse-Marée, Ar Men, 1989. 23,5×27, 337 p., index.Google Scholar
  77. 98.
    Philologiques II. Le maître de langues. Les premiers enseignants d’allemand en France (1830–1850). Éds MichelEspagne, FrançoiseLagier, MichaëlWerner. Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1991. 15×22, 239 p.Google Scholar
  78. 99.
    LucieVarga,Les Autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux Annalesdans les années trente. Textes présentés et édités par PeterSchöttler. Paris, Cerf, 1991. 13,5×21,5, 252 p., bibliogr. («Bibliothèque franco-allemande»).Google Scholar
  79. 100.
    BertrandMüller,Bibliographie des travaux de Lucien Febvre. Paris, Armand Colin/E.H.E.S.S., 1990. 16×24, 256 p., index («Cahier des Annales», no 42).Google Scholar

Copyright information

© Fondation « Pour la Science » / Springer-Verlag France 1992

Authors and Affiliations

  • Jean-Pierre Cléro
  • Bertrand Vergely
  • Marie-Jeanne Königson-Montain
  • Robert Theis
  • Henri Olivier
  • Jean Bernhardt
  • Étienne François
  • Jean-Christophe Goddard
  • Michel Espagne
  • Anne Lagny
  • Peter Schöttler
  • Patrie Sicard
  • Edmond Oritgues
  • Barbara de Negroni
  • Thierry Wanegffelen
  • Marie-Luce Demonet-Launay
  • Mireille Harbert
  • François Laplanche
  • Antony McKenna
  • Carl Aderhold
  • Geneviève Hasenohr
  • Patrick Gautier Dalché
  • Joël Cornette
  • Jean-François Baillon
  • Monique Cotiret
  • Jacques Le Brun
  • Chantal Grell
  • Vincent Milliot
  • Perrine Simon-Nahum
  • Éric Brian

There are no affiliations available

Personalised recommendations