A background infusion of morphine does not enhance postoperative analgesia after cardiac surgery

  • Didem Dal
  • Meral Kanbak
  • Meltem Caglar
  • Ulku Aypar
Cardiothoracic Anesthesia, Respiration and Airway

DOI: 10.1007/BF03021059

Cite this article as:
Dal, D., Kanbak, M., Caglar, M. et al. Can J Anesth (2003) 50: 476. doi:10.1007/BF03021059

Abstract

Purpose

To compare the effects of patient-controlled analgesia (PCA), with or without a background infusion of morphine on postoperative pain relief and stress response after cardiac anesthesia.

Methods

With University Ethics approval, 35 consenting adults undergoing elective open-heart surgery were randomly assigned preoperatively in a double-blind fashion to receive either morphine PCA alone (Group I, n = 15) or morphine PCA plus a continuous basal infusion (Group II, n = 14) for 44 hr postoperatively. Pain scores with visual analogue scale (VAS) at rest, deep inspiration and with cough, sedation scores, stress hormone levels [cortisol, adrenocorticotropin (ACTH) and growth hormone (GH)] and morphine consumption were assessed, and serum morphine levels were measured at four, 20, 28 and 44 hr after surgery. Adverse effects including nausea, vomiting, constipation, urinary retention and pruritus were noted. Total blood, fluid requirements, drainage and urinary output were recorded.

Results

Postoperative morphine consumption at 44 hr was less in Group I (29.43 ±12.57 mg) than in Group II (50.14 ±16.44mg), P = 0.0006. There was no significant difference between groups in VAS scores, GH levels, blood levels of morphine and adverse effects. While VAS scores, ACTH and GH levels decreased significantly in both groups, plasma cortisol levels increased significantly in Group I only at four hours. In Group II, ACTH and cortisol were higher at four and 44 hr respectively.

Conclusion

PCA with morphine effectively controlled postoperative pain after cardiac surgery. The addition of a background infusion of morphine did not enhance analgesia and increased morphine consumption.

Une perfusion de morphine de base n’améliore pas l’analgésie postopératoire en cardiochirurgie

Résumé

Objectif

Comparer les effets de l’analgésie autocontrôlée (AAC), avec ou sans une perfusion de morphine de base, sur l’analgésie postopératoire et la réaction de stress à la suite d’une anesthésle cardiaque.

Méthode

Notre étude a été menée en double aveugle, avec l’accord du comité d’éthique de l’université, auprès de 35 adultes consentants devant subir une opération à cœur ouvert réglée. Les patients ont reçu, soit de la morphine en AAC seule (Groupe I, n = 15), soit de la morphine en AAC plus une perfusion de base continue (Groupe II, n = 14) pendant 44 h après l’opération. Nous avons évalué: la douleur, au repos, pendant l’inspiration profonde et la toux, selon une échelle visuelle analogique (EVA), la sédation, les niveaux d’hormones de stress [cortisol, les hormones adrénocortlcotropes (ACTH) et de croissance (GH)] et la consommation de morphine, ainsi que les niveaux sériques de morphine à quatre, 20, 28 et 44 h après l’opération. Les effets indésirables, incluant les nausées, les vomissements, la constipation, la rétention urinalre et le prurit ont été notés. Le sang total, les besoins liquidiens, le débit de drainage et la diurèse ont été enregistrés.

Résultats

À 44 h, la consommation de morphine postopératoire était plus faible dans le Groupe I (29,43 ±12,57 mg) que dans le Groupe II (50,14 ±16,44 mg), P = 0,0006. Il n’y avait pas de différence Intergroupe significative des scores à I’EVA, des niveaux de GH, des niveaux sanguins de morphine et d’effets Indésirables. Les scores à I’EVA, les niveaux d’ACTH et de GH ont diminué slgnificativement dans les deux groupes, mais le cortisol plasmatique a augmenté de façon significative dans le Groupe I, à quatre heures seulement. Dans le Groupe II, l’ACTH et le cortisol étalent respectivement plus élevés à quatre et 44 h.

Conclusion

L’AAC avec de la morphine réduit efficacement la douleur postopératoire en cardiochirurgie, L’ajout d’une perfusion de base de morphine n’améliore pas l’analgésie, mais augmente la consommatlon de morphine.

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 2003

Authors and Affiliations

  • Didem Dal
    • 1
  • Meral Kanbak
    • 1
  • Meltem Caglar
    • 2
  • Ulku Aypar
    • 1
  1. 1.Department of Anesthesiology and ReanimationHacettepe University, Faculty of MedicineAnkaraTurkey
  2. 2.Department of Nuclear MedicineHacettepe UniversityAnkaraTurkey

Personalised recommendations