The incidence of airway problems depends on the definition used

  • D. Keith Rose
  • Marsha M. Cohen
Reports of Investigation

Abstract

Purpose

Defintions currently used to describe airway difficulties are confusing, inconsistent, and may be misleading. To understand the “extent of the problem” better using three different definitions we examined the corresponding rates of airway difficulty in 3,325 consecutive adult patients who had direct laryngoscopy with tracheal intubation following induction of general anaesthesia.

Methods

Definitions were (i) poor view at laryngoscopy (GRADE 3–4) documented on modified diagrams of Cormack and Lehane; (ii) ≥3 laryngoscopy attempts; and (iii) failure of direct laryngoscopy. The incidences of airway difficulty attributable to each definition were compared.

Results

For the three definitions rates varied, 10.1% for poor view, 1.9% ≥3 laryngoscopies, and failure 0.1%. For patients with a GRADE 3–4 view, 15.8% required ≥3 laryngoscopies, but for those with ≥3 laryngoscopies, 84.1% had GRADE 3–4 view. All patients with failed laryngoscopy had ≥3 laryngoscopies and a GRADE 4 view.

Conclusion

This wide variation in defining the “extent of the problem” emphasizes the need for agreement of definitions and improved methods to document airway difficulties.

Key Words

airway: assessment, management complications: intubation, tracheal larynx: laryngoscopy 

Résumé

Objectif

Les définitions en usage actuellement pour caractériser les problèmes rencontrés au niveau des voies aériennes créent de la confusion, sont inconstantes et souvent trompeuses. Pour mieux comprendre l’importance du problème, nous avons étudié, à l’aide de trois définitions, la proportion correpondante de difficultés au niveau des voies respiratoires de 3325 adultes consécutifs qui subissaient une laryngoscopie directe avec intubation de la trachée sous anesthésie générale.

Méhodes

Les définitions choisies étaient: i) la visualisation médiocre à la laryngoscopie (grades 3 et 4) documentée sur des diagrammes modifiés de Cormack et Lehane; ii) trois tentatives de laryngoscopie ou plus; et iii) l’échec de la laryngoscopie directe. L’incidence des difficultés causées par les voies aériennes correspondant à chacune de ces définitions a été comparée.

Résultats

Les taux ont varié selon la définition; 10,1% pour ta visualisation médiocre, 1,9% pour trois laryngoscopies et plus, et 0,1 pour l’échec de la laryngoscopie. Des patients dont la visuasalisation était de grade 3–4,15.8% ont eu besoin d’au moins trois laryngoscopies mais pour ceux qui ont eu besoin d’au moins trois laryngoscopie, 84,1% avaient une visualisation de grade 3–4. Dans tous les cas d’échec, on a réalisé trois laryngoscopies et plus et la visualisation était de grade 4.

Conclusion

La grande variabilité des définitions souligne le besoin d’une concertation sur les définitions et de l’amélioration des méthodes qui servent à documenter les problèmes qu ’on rencontre au niveau des voies aériennes.

Copyright information

© Canadian Anesthesiologists 1996

Authors and Affiliations

  • D. Keith Rose
    • 1
    • 2
    • 4
  • Marsha M. Cohen
    • 1
    • 2
    • 3
    • 5
    • 4
  1. 1.Department of AnaesthesiaSt. Michael’s HospitalCanada
  2. 2.Department of AnaesthesiaUniversity of TorontoTorontoCanada
  3. 3.Clinical Epidemiology UnitSunnybrook Health Science Centre, and the Institute for Clinical Evaluative SciencesTorontoCanada
  4. 4.Department of Health AdministrationUniversity of TorontoTorontoCanada
  5. 5.Department of AnaesthesiaSunnybrook Health Science Centre, and the University of TorontoTorontoCanada
  6. 6.Department of AnaesthesiaSt. Michael’s HospitalToronto

Personalised recommendations