Advertisement

Marine Biology

, Volume 5, Issue 3, pp 172–179 | Cite as

Etude comparative de macroplancton en Méditerranée nord-occidentale par plongées en soucoupe SP 350, et pêches au chalut pélagique

  • C. Franqueville
Article

Résumé

  1. 1.

    L'étude du macroplancton des 300 premiers mètres par plongées soucoupe et traits de chalut pélagique IKMT simultanés constitue une méthode intéressante, car elle permet de vérifier les déterminations faites à vue au cours des plongées, elle permet aussi d'aborder le problème de la densité des organismes, de la stratification, des essaims, et des migrations verticales in situ.

     
  2. 2.

    Les observations faites à bord de la soucoupe montrent qu'il faut être très prudent dans l'exploitation des résultats, de nombreuses causes d'erreur pouvant intervenir. Les résultats numériques n'ont qu'une valeur indicatrice locale et temporaire.

     
  3. 3.

    D'une manière générale il y a un gradient de richesse positif de 0 à 300 m pour les masses gélatineuses et les filaments pour le seston (avec quelques irrégularités) et pour le macroplancton sauf la nuit où les 50 premiers mètres sont plus riches.

     
  4. 4.

    Lors des 3 pêches, les espèces les plus représentées sont: Meganytiphanes norvegica (22,8%), Chelophyes appendiculata (21,5%), Phronima sedentaria (18,9%), Sergestes arcticus (8,3%), Abylopsis tetragona (7%), Pyrosoma atlanticum (2,7%), Nematoscelis megalops (2,5%).

     
  5. 5.

    La notion de concentration de populations du macroplancton est intimement liée à celle de migration verticale des organismes et d'essaim. Les résultats numériques donnés par les observations en plongées et les pêches au chalut pélagique sont très variables suivant le temps. Il semble que les organismes macroplanctoniques et micronectoniques soient en perpétuels mouvements ascendant et descendant, sauf pendant une courte période (4 ou 5 h) au milieu de la journée.

     
  6. 6.

    L'hétérogénéité de la distribution du macroplancton est une fois de plus constatée. La simultanéité des plongées et des pêches montre que la longueur du trait de chalut (30 min) donne une bonne idée de la distribution pélagique. L'amélioration de la méthode de pêche (fermeture du chalut...), et d'autre part le renouvellement d'opérations simultanées «soucoupe» «chalut pélagique» pourrait permettre de préciser la notion d'essaim.

     

Abstract

Three dives with the diving saucer SP 350 were made to a depth of 300 m, at twilight, dawn, and during daytime. The dives were carried out simultaneous to Isaacs-Kidd midwater trawl samplings. The results of observations and catches are compared. They provide an idea of the distribution of pelagic organisms in the study area.

Preview

Unable to display preview. Download preview PDF.

Unable to display preview. Download preview PDF.

Littérature citée

  1. Bernard, F.: Plancton et benthos observés durant trois plongées en Bathyscaphe au large de Toulon. Annls Inst. océanogr., Monaco 45, 287–326 (1958).Google Scholar
  2. Bourdillon, A.: L'échantillonnage du zooplancton marin, Paris: Masson 1970. (Sous presse).Google Scholar
  3. Drach, P.: Observations topographiques et biologiques effectuées dans une fosse de la mer Ionienne au SW de l'Ile de Sapientza. Annls Inst. océanogr., Monaco 46, 35–40 (1968).Google Scholar
  4. Patriti, G.: Les Siphonophores Calycophores du golfe de Marseille. Recl Trav. Stn mar. Endoume 35 (51), 185–258 (1964).Google Scholar
  5. Peres, J. M.: Trois plongées dans le canyon du cap Sicié effectuées avec le Bathyscaphe F.N.R.S. III de la Marine Nationale. Bull. Inst. océanogr. Monaco 1115, 1–21 (1958a).Google Scholar
  6. — Remarques générales sur un ensemble de quinze plongées effectuées avec le Bathyscaphe F.N.R.S. III. Annls Inst. océanogr., Monaco 35, 259–286 (1958b).Google Scholar
  7. — et J. Picard: Observations biologiques effectuées au large de Toulon avec le Bathyscaphe F.N.R.S. III de la Marine Nationale. Bull. Inst. océanogr. Monaco 1061, 1–8 (1955).Google Scholar
  8. — et M. Ruivo: Résultats de la campagne du Bathyscaphe F.N.R.S. III sur les côtes du Portugal. Bull. Inst. océanogr. Monaco 1092, 1–31 (1957).Google Scholar
  9. Tregouboff, G.: Prospection biologique sous-marine dans la rade de Villefranche-sur-Mer en Juin 1956. Bull. Inst. océanogr. Monaco 1085, 1–24 (1956).Google Scholar
  10. —: Le Bathyscaphe au service de la planctonologie. Annls Inst. océanogr., Monaco 35, 327–341 (1958).Google Scholar
  11. —: Prospection biologique sous-marine dans la région de Villefranche-sur-Mer en Mars 1959. Bull. Inst. océanogr. Monaco 1156, 1–18 (1959).Google Scholar

Copyright information

© Springer-Verlag 1970

Authors and Affiliations

  • C. Franqueville
    • 1
  1. 1.Station Marine d'EndoumeMarseilleFrance

Personalised recommendations