, Volume 65, Issue 5, p 512

Influence of annual weather on growth of pedunculate oak in southern Sweden

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Abstract

  • • A network of oak (Quercus robur L.) chronologies containing 49 sites and 635 single trees was analysed to identify weather variables affecting annual tree-ring increment dynamics in southern Sweden during 1860–2000.

  • • We analysed (1) the growth response of oak to non-extreme weather, and (2) the temporal and spatial patterns of regional growth anomalies (pointer years) and associated climatic extremes resolved on a monthly scale.

  • • Growth was controlled by precipitation in the current (June–July) and the previous growing season (August) in 48% and 22% of all sites, respectively. Temperature during July of the current year and August of the previous year was negatively correlated with growth in 29% and 43% of the sites, respectively. Growth was positively correlated with temperature in October of the previous season in 72% of the sites. The most extensive growth anomaly occurred in 1965 and was probably caused by intrusion of cold Arctic air masses into the region at the end of March that year.

  • • During climatically non-extreme years, oak growth is driven mostly by the dynamics of summer precipitation. Many of the negative growth anomalies, however, were associated with temperature extremes. Southern Swedish oak pointer years tend not to coincide with the pan-European oak pointer years.

  • Résumé

  • • Une série de chronologies de chênes (Quercus robur L.) comprenant 49 stations et 635 arbres individuels a été analysée pour identifier les variables climatiques affectant la dynamique de croissance annuelle des cernes dans le Sud de la Suède, pendant la période 1860–2000.

  • • Nous avons analysé (1) la réponse de croissance des chênes aux événements météorologiques non extrêmes et (2) les patrons temporels et spatiaux des anomalies régionales de croissance (années indices) et les extrêmes climatiques associés au pas de temps mensuel.

  • • La croissance était contrôlée par les précipitations de la saison de végétation (juin–juillet) et les précipitations de la saison de végétation précédente (août), respectivement dans 48 % et 22 % de toutes les stations. Les températures du mois de juillet de la saison de végétation et du mois d’août de l’année précédente étaient corrélées négativement avec la croissance, respectivement dans 29 % et 43 % des stations. La croissance était corrélée positivement avec la température du mois d’octobre de l’année précédente dans 72 % des stations. L’anomalie de croissance la plus considérable est arrivée en 1965 et a été causée probablement par l’intrusion de masses d’air froid arctique dans la région, à la fin du mois de mars.

  • • Pendant les années climatiquement non-extrêmes, la croissance du chêne est principalement commandée par la dynamique des précipitations estivales. Cependant, beaucoup d’anomalies négatives de croissance ont été associées avec des extrêmes de température. Les années indices du Sud de la Suède ont tendance a ne pas coïncider avec les années indices pan-européennes.