, Volume 65, Issue 4, p 407

Spatiotemporal patterns in seedling emergence and early growth of two oak species direct-seeded on abandoned pastureland

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Abstract

  • • Fine-scale spatial and temporal establishment patterns of direct-seeded oaks on abandoned agricultural land have been little studied despite their potential importance for long-term stand structure.

  • • Here we periodically monitored seedling emergence and early growth of bur oak (Quercus macrocarpa Michx.) and red oak (Q. rubra L.) on an abandoned pasture, and tested the effects of herbaceous competition, rodents, and soil physicochemical properties.

  • • Herbaceous competition slightly decreased diameter growth, but rodents had little impact on establishment. Red oak seedlings emerged earlier than bur oak and in a greater proportion (92% vs. 56%). Seedling emergence and early growth of both species showed significant spatial structures that were partly explained by variation in soil physicochemical properties. Bur oak was more responsive to microenvironmental heterogeneity than red oak, yet much of the variation in emergence and growth of both species remained unexplained.

  • • This suggests that other factors, such as acorn size or genetic variability, may exert equal or greater control than microenvironmental heterogeneity over seedling emergence and early growth of these two oak species on abandoned pastureland.

  • Résumé

  • • Les patrons spatiaux et temporels à échelle fine de l’établissement de chênes semés en friche agricole ont été peu étudiés bien que ceux-ci puissent avoir des impacts à long terme sur la structure du peuplement.

  • • Nous avons périodiquement suivi l’émergence et la croissance initiale de semis de chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa Michx.) et de chêne rouge (Q. rubra L.) dans un pâturage abandonné et évalué l’effet de la compétition herbacée, des rongeurs et des propriétés physico-chimiques du sol.

  • • La compétition herbacée a légèrement réduit la croissance en diamètre, mais les rongeurs ont eu peu d’impacts sur l’établissement. Les semis de chênes rouges ont émergé plus rapidement que ceux du chêne à gros fruits et dans une plus grande proportion (92 % vs. 56 %). L’émergence et la croissance en hauteur des deux espèces exhibaient des structures spatiales significatives qui étaient partiellement expliquées par la variation des propriétés physico-chimiques du sol. Le chêne à gros fruits était plus influencé par l’hétérogénéité microenvironnementale que le chêne rouge, bien que la plus grande partie de la variation de l’émergence et de la croissance des deux espèces soit restée inexpliquée.

  • • Cela suggère que d’autres facteurs, tels que la grosseur des glands ou leur variabilité génétique, pourraient exercer un contrôle aussi ou plus important que l’hétérogénéité microenvironnementale sur l’émergence et la croissance initiale de ces deux espèces semées dans des pâturages abandonnés.