Date: 31 Mar 2012

Cardiac arrest in the operating room requiring prolonged resuscitation

Abstract

Purpose

Prolonged cardiopulmonary resuscitation (CPR) is often associated with limited success and poor long-term outcomes. The purpose of this report is to present the case of a patient who suffered an unanticipated cardiac arrest in the operating room and survived following a prolonged period of CPR.

Clinical features

A previously healthy 53-yr-old male with inflammatory bowel disease was diagnosed with a perforated bowel and underwent emergency exploratory laparotomy under general anesthesia. Approximately two hours after induction of anesthesia, the patient experienced cardiac arrest, and for 55 min, he underwent CPR and defibrillation according to the Advanced Cardiac Life Support (ACLS) protocols. As the decision to terminate CPR was being considered, a return of spontaneous circulation was detected 56 min after the onset of cardiac arrest. The patient survived with no major organ failure or adverse neurological outcome. No definitive cause of cardiac arrest was diagnosed in the postoperative period. At the follow-up 14 months after the event, the patient had returned to the pre-arrest level of functioning. The results of our literature search showed that no upper limit for the duration of CPR has been defined. Good outcomes after prolonged CPR depend on the patient’s pre-arrest condition and the etiology of the cardiac arrest.

Conclusion

Perioperative cardiac arrests are rare events, and there is little evidence to suggest an upper limit for the duration of resuscitation. Unknown etiologies and the presence of good patient predictors may support the continuation of prolonged CPR with good outcomes.

Résumé

Objectif

Une réanimation cardiorespiratoire (RCR) prolongée est souvent associée à un succès limité et à un mauvais pronostic à long terme. L’objectif de ce rapport est de présenter le cas d’un patient ayant fait un arrêt cardiaque non anticipé en salle d’opération et ayant survécu après une RCR prolongée.

Caractéristiques cliniques

Un homme âgé de 53 ans, jusque-là en bonne santé à l’exception d’une maladie inflammatoire intestinale, a présenté une perforation intestinale et a dû subir une laparotomie exploratoire d’urgence sous anesthésie générale. Approximativement deux heures après l’induction de l’anesthésie, le patient a fait un arrêt cardiaque et il a reçu une RCR pendant 55 minutes avec défibrillation conformément aux protocoles de réanimation cardiorespiratoire avancée (ACLS). Alors que la décision de mettre un terme à la RCR était envisagée, un retour à une circulation spontanée a été détecte 56 minutes après la survenue de l’arrêt cardiaque. Le patient a survécu sans défaillance d’un organe essentiel ni évolution neurologique préjudiciable. Aucune cause certaine de l’arrêt cardiaque n’a pu être diagnostiquée au cours de la période postopératoire. Lors du suivi, 14 mois après l’événement, le patient avait retrouvé le niveau d’activité qui était le sien avant l’arrêt cardiaque. Nos recherches dans la littérature ont montré qu’aucune limite supérieure de durée de la RCR n’a été définie. Un bon pronostic après RCR prolongée dépend de l’état clinique du patient avant l’arrêt cardiaque et de l’étiologie de ce dernier.

Conclusion

Les arrêts cardiaques périopératoires sont des événements rares et il y a peu de données probantes pour proposer une limite supérieure à la durée de la réanimation. Les étiologies inconnues et l’existence de facteurs prédictifs favorables liés au patient peuvent être en faveur de la poursuite d’une RCR prolongée avec de bons résultats.

Author contributions

Ilia Charapov cared for the patient, obtained consent, carried out the case follow-up, and wrote and revised the manuscript. Ilia Charapov and Naveen Eipe prepared the case report and reviewed the literature. Naveen Eipe revised and submitted the final version of the manuscript.
This article is accompanied by an editorial. Please see Can J Anesth 2012; 59(6).