, Volume 3, Issue 4, pp 198-202

Péritonites par perforations typhiques au CHU Gabriel-Touré de Bamako (Mali)

Purchase on Springer.com

$39.95 / €34.95 / £29.95*

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

Résumé

Les perforations typhiques restent une cause fréquente de péritonite dans les pays en développement. Nos objectifs ont été de déterminer la fréquence hospitalière, de décrire les signes cliniques et paracliniques, d’analyser les suites opératoires. Nous avons réalisé une étude rétrospective qui a porté sur une période de dix ans (janvier 1999–décembre 2008) dans les services de chirurgie générale et pédiatrique du CHU Gabriel-Touré. Elle a porté sur tous les malades opérés pour péritonite par perforation typhique. Nous avons colligé 385 perforations typhiques, soit 32,5 % des péritonites toute cause confondue. C’était 136 femmes (35,4 %) et 249 hommes (64,6%), l’âgemoyen a été de 15,2 ± 11,6 ans (2–65 ans). Deux cent cinquante patients (64,93 %) avaient entre 2 et 15 ans, 64 malades (16,62 %) avaient déjà été traités pour fièvre typhoïde. Le séjour hospitalier a duré en moyenne 18,4 jours (ET = 6,5). La radiographie de l’abdomen sans préparation réalisée chez 221 avait une sensibilité de 70,59 %, la sensibilité du Widal a été de 82 %. Les organes perforés étaient les suivants: iléon 367 (95,32 %); côlon 9 (2,34 %) et vésicule biliaire 9 (2,34 %). L’excision-suture a été réalisée 273 fois, 44 résections-anastomoses en un temps, 54 iléostomies, neuf cholécystectomies et cinq hémicolectomies droites avec iléostomies. La mortalité a été de 8,33 % et la morbidité de 21,56 % (61 abcès de parois, huit fistules digestives, sept péritonites postopératoires, sept éviscérations postopératoires). Les suites n’ont pas été influencées par la technique opératoire.

Conclusion

Il est nécessaire de mettre en place une méthode efficace de prévention de la fièvre typhoïde

Abstract

Abstract

The typhoid perforations remain a frequent cause of peritonitis in the developing countries. The aims of this study were to determine the frequency of hospital visit, describe the clinical and paraclinical signs, and analyze the complications after surgery, during 10 years (January 1999–December 2008), in the service of general and pediatric surgery at the Gabriel-Touré teaching hospital. The study involved all the patients operated for peritonitis due to typhoid perforation (385 cases, i.e., 32.5% of all peritonitis). There were 136 women (35.4%) and 249 men (64.6%), and the mean age was 15.2 ± 11.6 years (2–65 years). Two hundred and fifty patients (64.93%) were between 2 and 15 years, and 64 patients (16.62%) had been treated already for typhoid fever. The average of hospital stay was 18.4 days (DS = 6.5). The radiography of the abdomen without preparation was carried out in 221 patients and had a sensitivity of 70.59%; the sensitivity of Widal was 82%. The perforated bodies were the following: ileum 367 (95.32%), colon 9 (2.34%), and gall bladder 9 (2.34%). The excision closure was carried out 273 times, 44 resections with anastomosis in first time, 54 ileostomies, 9 cholecystectomies, and 5 right colectomies with ileostomies. Mortality was 8.33%, and the morbidity was 21.56% (61 wound infections, 8 digestive fistulas, 7 peritonitis, and 7 eviscerations). The follow-ups were not influenced by the procedure.

Conclusion

The typhoid perforations remain the second cause of peritonitis at the Gabriel-Touré teaching hospital. The complications after surgery are frequent and serious. It is necessary to set up an effective method for prevention of the typhoid fever.