, Volume 6, Issue 4, pp 209-216,
Open Access This content is freely available online to anyone, anywhere at any time.
Date: 01 Dec 2012

« Avoir le moral » après l’annonce d’un cancer : une étude auprès de personnes atteintes d’une tumeur cérébrale de haut grade

Résumé

Malgré le recours fréquent au « moral » dans le discours profane lié au cancer, peu d’études se sont intéressées à sa nature même et à ce qui contribue au fait « d’avoir le moral ». Par le biais d’un questionnaire autoadministré, 43 personnes atteintes d’une tumeur cérébrale de haut grade ont été interrogées. Les résultats révèlent le caractère dynamique du « moral » puisqu’il s’est amélioré à la suite de l’annonce du diagnostic. Certaines stratégies d’adaptation et la perception d’avoir tenu un rôle plutôt passif dans les décisions de traitement semblent contribuer à cette amélioration du « moral ». D’autres études sont nécessaires afin de mieux comprendre la complexité du « moral ».

Abstract

Despite its frequent use in popular discourse about cancer, few studies have investigated the nature of being “in good spirits” and what contributes to it. To find out, 43 patients with high-grade glioma were asked to fill in a self-administered questionnaire. The results revealed the dynamic nature of this concept because being “in good spirits” improved since the diagnosis. The use of some coping strategies and the perception of having had a more passive role in the decision making seemed to contribute to the change in being “in good spirits”. Further studies are needed to better understand this complex issue.

Cet article est publié en Open Access sur link.springer.com