, Volume 28, Issue 3, pp 241-268,
Open Access This content is freely available online to anyone, anywhere at any time.

Partner Choice Patterns Among the Descendants of Turkish Immigrants in Europe

Abstract

We examine the partner choice patterns of second-generation Turks in 13 European cities in seven countries. We not only compare intermarriage versus endogamous marriage, but also explicitly include the choice of a second-generation partner of the same origin and of a partner of other migrant origin as important alternatives. In Europe, populations are made up increasingly of migrants and their descendants resulting in new alternative partner options not open before. Findings suggest that second-generation Turks who choose a second-generation partner seem to be located between the partner choice of a first-generation and native partner in terms of family values and contact to non-coethnic peers. The choice of a partner of other migrant origin hardly differs in these characteristics from the choice of a native partner. Context variables such as group size and type of integration policies seem to play a role for the likelihood of having a first-generation versus a second-generation partner of Turkish origin but not for the likelihood of exogamous partner choice. A second-generation partner is the most popular choice in Germany but represents a minor option in the other countries. Furthermore, a partner of other migrant origin is more common among men but is in some countries more popular than a native partner among Turkish second-generation men and women.

Résumé

Nous examinons les schémas de choix du partenaire pour les Turcs de seconde génération dans treize villes européennes de 7 différents pays. Nous ne nous limitons pas à comparer mariage mixte (entre un(e) partenaire d’origine turque et une(e) partenaire originaire du pays) versus mariage endogamique, mais nous incluons également le choix d’un partenaire de seconde génération de même origine ou d’un autre pays d’origine comme des alternatives importantes. En Europe, les populations incluent un nombre grandissant de migrants et de descendants de migrants, ce qui conduit à de nouvelles options possibles en termes de choix de partenaire. Les résultats suggèrent que les Turcs de seconde génération qui choisissent un partenaire de seconde génération se situent, en termes de valeurs familiales et contacts avec des pairs d’autres ethnies, entre ceux faisant le choix d’un partenaire de première génération et ceux choisissant un natif comme partenaire. En revanche, ces caractéristiques différent peu dans le cas de choix d’un partenaire d’une autre origine migratoire versus choix d’un partenaire originaire du pays. Des variables contextuelles telles que les effectifs du groupe et le type de politiques d’intégration semblent avoir un impact sur la probabilité d’avoir un partenaire de première génération versus un partenaire de seconde génération d’origine turque, mais pas sur celle d’un choix de partenaire exogame. Un partenaire de seconde génération est le choix le plus fréquent en Allemagne mais ne représente qu’une option minoritaire dans les autres pays. De plus, choisir une partenaire d‘une autre origine migratoire est plus fréquent chez les hommes, mais dans certains pays ce choix s’avère plus fréquent qu’une(e) partenaire originaire du pays tant pour les femmes que les hommes turcs de seconde génération.