Réanimation

, Volume 23, Issue 2, pp 195–201

Dysfonction myocardique post-arrêt cardiaque

Authors

  • W. Bougouin
    • Réanimation médicale, AP-HPhôpital Cochin
    • Université Paris Descartes
    • INSERM U970, Paris Cardiovascular Research Centerhôpital européen Georges Pompidou
    • Réanimation médicale, AP-HPhôpital Cochin
    • Université Paris Descartes
    • INSERM U970, Paris Cardiovascular Research Centerhôpital européen Georges Pompidou
Mise au Point / Update

DOI: 10.1007/s13546-014-0849-1

Cite this article as:
Bougouin, W. & Cariou, A. Réanimation (2014) 23: 195. doi:10.1007/s13546-014-0849-1
  • 397 Views

Résumé

La dysfonction myocardique post-arrêt cardiaque est une complication fréquemment observée, qui aggrave la situation hémodynamique et est grevée d’une morbimortalité propre. Son identification précoce, associée à un traitement approprié, constitue un élément important de la prise en charge en réanimation des survivants d’arrêt cardiaque. Cette dysfonction myocardique, dont le diagnostic repose essentiellement sur l’échocardiographie, survient généralement précocement après le retour à une activité circulatoire spontanée, et est complètement réversible en 48 à 72 heures. Elle se manifeste par une dysfonction systolique et diastolique. Elle peut être observée même en l’absence de cause coronaire à l’arrêt cardiaque. Une éventuelle cause ischémique doit toutefois systématiquement être recherchée, et le cas échéant traitée, car elle constitue un facteur aggravant cette dysfonction myocardique. À ce jour, le traitement inotrope de référence dans cette situation demeure la dobutamine, aucun autre outil pharmacologique n’ayant démontré un bénéfice plus important. Dans les situations les plus sévères, il est parfois nécessaire de mettre en place une assistance mécanique circulatoire si le pronostic neurologique est considéré favorable.

Mots clés

Arrêt cardiaquechoc cardiogéniqueéchocardiographieassistance mécanique circulatoire

Postcardiac arrest myocardial dysfonction

Abstract

Post-resuscitation myocardial dysfunction (PRMD) is a frequent complication, which worsens hemodynamic status and may be lethal by itself. Early identification and treatment of this cardiac complication is one of the key-targets of support during hospitalization of these patients. Easy to identify using echocardiography, PRMD usually begins early after the resuscitation, and is completely reversible within 48 to 72 hours. Its presentation associates myocardial systolic and diastolic dysfunctions, even in the absence of coronary cause. However, detection and treatment of myocardial ischemia should be systematically performed when a coronary cause of cardiac arrest is suspected. To date, the most recommended treatment for systolic dysfunction remains dobutamine since no other pharmacological agents demonstrated its superiority in this setting. In the most severe cases, a mechanical circulatory assistance should be considered providing that neurological prognosis is not compromised.

Keywords

Cardiac arrestCardiogenic shockEchocardiographyMechanical circulatory assistance
Download to read the full article text

Copyright information

© Société de réanimation de langue française (SRLF) and Springer-Verlag France 2014