, Volume 23, Issue 2 Supplement, pp 433-436

Place des familles pendant la réanimation cardiopulmonaire en préhospitalier

Rent the article at a discount

Rent now

* Final gross prices may vary according to local VAT.

Get Access

Résumé

L’attitude de l’équipe soignante vis-à-vis des proches lors d’une réanimation cardiopulmonaire (RCP) reste très débattue. Les résultats récents de l’essai clinique « PRESENCE » montrent un effet bénéfique de la proposition à la famille d’assister à la réanimation en termes de stress posttraumatique et de symptômes d’anxiété et de dépression. De plus, la présence de la famille ne semble pas avoir d’influence sur la qualité de la réanimation, le stress de l’équipe soignante, ni le nombre de plaintes. Cette étude augmente le niveau de preuve des recommandations internationales sur la prise en charge de l’arrêt cardiaque qui, depuis 2005, préconisaient d’autoriser la présence des proches lors d’une RCP. Cette stratégie doit être encadrée par une procédure bien définie, un soignant accompagnant les proches et une formation préalable des équipes soignantes. Les études futures devraient viser à améliorer notre compréhension des raisons pour lesquelles la présence des membres de la famille pendant la RCP peut réduire leur souffrance et dans quels systèmes de santé une telle approche pourrait être mise en pratique d’une manière sûre et rentable.

Abstract

Health care providers’ attitude towards family members during cardiopulmonary resuscitation (CPR) remains highly debated. Recent results from the “PRESENCE” clinical trial show a beneficial effect of offering the family the opportunity to observe CPR in terms of posttraumatic stress disorder and symptoms of anxiety and depression. In addition, family presence does not interfere with medical efforts, increase stress in the health care team, or result in medicolegal conflicts. This study increases the level of evidence of international guidelines for cardiac arrest management that, since 2005, advocated allowing the presence of relatives during CPR. This strategy should be guided by a well-defined protocol, a designated support assistant charged with carefully explaining the resuscitative efforts and prior training of medical staff. Future studies should aim to improve our understanding of why the presence of family members during CPR may reduce their suffering and in what kind of health system such an approach could be implemented in practice in a safe and cost-effective manner.

Cet article correspond à la conférence faite par l’auteur au congrès de la SRLF 2014 dans la session: Arrêt cardiaque: controverses autour de l’évidence.